accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures recommandées et/ou imposées, PRP (Procédure de Rétablissement Personnel), commission de surendettement
excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement

Auteur Sujet: Les sanctions civiles en matière de crédit à la consommation  (Lu 125 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

En ligne bisane

  • Administrateur
  • Océan
  • *
  • *
  • Messages: 124214
Elles sont répertoriées dans cette section du code de la consommation (articles L 341-2 à L 341-11) et font écho à celles qui sont mentionnées dans ce fil : Crédit Revolving et Contrat / taux d'intérêt / prêt classique

J'en reprends les principales mentions. La déchéance du droits aux intérêts est encourue si le prêteur :
- n'a pas rempli ses obligations d'information et de comparaison
- n'a pas fait remplir par son client une fiche reprenant ses revenus et encours financiers si le contrat est conclu sur un lieu de vente ou à distance
- ne respecte pas le formalisme légal dans la rédaction du contrat (et de ces conditions pour un renouvelable)


Sans oublier, bien sûr, les conditions pouvant entraîner une forclusion;)
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

En ligne bisane

  • Administrateur
  • Océan
  • *
  • *
  • Messages: 124214
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

En ligne bisane

  • Administrateur
  • Océan
  • *
  • *
  • Messages: 124214
Les sanctions civiles en matière de crédit immobilier
« Réponse #2 le: 15 avril 2017 à 18:04:07 »
C'est un peu plus subtil... encore que...
Explications fournies à l'emprunteur et évaluation de sa solvabilité

La DDI peut être plafonnée à 30 % des intérêts sans dépasser 30 000 € si les explications et mises en garde ont été insuffisantes.
Idem si l'évaluation de la solvabilité a été insuffisante.
Et si cette dernière a vraiment été faite "à la légère" et n'a pas respecté intégralement les préconisations de l'article L 313-16, la DDI peut être totale !

il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...