accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures recommandées et/ou imposées, PRP (Procédure de Rétablissement Personnel), commission de surendettement
excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement

Auteur Sujet: Une provision pour frais de justice accordée à une association  (Lu 508 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne bisane

  • Administrateur
  • Océan
  • *
  • Messages: 121233
C'est apparemment une première, alors que cette pratique est "courante", en particulier en matière en matière de droit des familles, en particulier en cas de divorce, pour permettre à la personne en précarité financière de réellement assurer sa défense.

Une 1ère, donc, pour une association, créée à la suite d'un litige opposant un "grand groupe" à des particuliers, et lui permettant d'assurer sa défense avec tous les moyens nécessaires !  bbbo bbbo bbbo

Peu importe le litige en cause (avec une pensée émue, tout de même, pour les victimes et leurs proches) : cette 1ère devrait conduire à faire réfléchir ces fameux "grands groupes" à un accord amiable avant toute procédure... accord refusé par la SNCF en la circonstance !  :P

Brétigny : la SNCF condamnée à financer une partie des frais de justice des victimes


L’association, qui estimait de ne pas pouvoir lutter « à armes égales » dans ce dossier, avait alors saisi la justice fin janvier afin que la SNCF finance une partie de ses frais de justice. Cette demande visait à rétablir une égalité de moyens entre les victimes et la SNCF en permettant à l’association, partie civile dans l’enquête, d’avoir recours à des experts.

Le juge estime en effet que :
Ce déséquilibre ne lui permet pas « d’assurer utilement sa mission de défense des intérêts des victimes (…) compte tenu de la complexité du dossier eu égard à son volume, aux questions techniques et juridiques posées ».

L'avocat souligne quant à lui que :
Cela va donner à l’association les moyens de faire un travail réel dans son rôle de partie civile. Nous allons pouvoir missionner des experts techniques pour être moins impuissants face à la SNCF.


A noter que la somme n'est pas anodine : 60 000 € !
Mazette !
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...