Lettre de saisine Utopia67

Démarré par utopia67, 22 mai 2014 à 16:34:34

« précédent - suivant »
En bas

utopia67

Bonjour à tous, voici le premier jet de ma lettre de saisine, bien trop longue à mon goût mais difficile de réduire  :-\

Madame, Monsieur,
Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation.
En effet, je me trouve actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à mes dettes.
Depuis maintenant une quinzaine d'années, j'ai contracté plusieurs crédits révolving associés à des cartes de grande enseigne (Redoute, Printemps, 3 Suisses ...) principalement pour bénéficier de remises supplémentaires, de délais de paiement et malheureusement assouvir mes achats compulsifs.
j'ai également contracté deux crédits tradionnels pour combler mon découvert ainsi que mon encours carte et faire face aux dépenses liées à mon relogement suite à une séparation (biens d'équipement, électroménager et factures diverses).
En 2004, j'ai emménagé avec mon conjoint actuel et celui-ci m'a aidé en 2010 à restructurer mes crédits en se portant co-emprunteur de mon rachat de crédit.
Je pensais que le rachat de crédit était la meilleure solution et qu'u ne fois mes comptes révolving clôturés, j'arriverais à maîtriser mes achats compulsifs.
En 2011, à travers de différents courriers, je me suis rendue compte que mes crédits révolving étaient en fait encore ouverts et disponibles, j'ai donc à nouveau piocher dans les réserves pour faire des achats, mon salaire me permettant de couvrir les échéances.
En 2012, j'ai appris que j'étais enceinte et j'ai multiplié les achats en puériculture et vêtements de grossesse.
En 2013, la reprise du travail ne se passa pas du tout comme je l'avais envisagé, mon poste ne m'a été réatribué que partiellement et chaque semaine mes tâches changées, aucune de mes collègues ne me parlaient et je sentais bien que quelquechose avait été décidé lors de mon départ. Etant plus faible psychologiquement (fin de l'allaitement, début de garde de mon fils, perte de poids excessive...) j'ai craqué au bout d'un mois et acceptée une rupture conventionnelle accompagnée d'une prime de 20 000 euros correspondant au minimum conventionnel. Cette prime a servi à couvrir le décalage de paiement de mon allocation (2 mois et demi), mon code et des heures de conduite, mes impôts sur le revenu, ma taxe d'habitation, mon découvert, la perte de salaire mensuelle (environ 600 euros) et mes échéances.
Pour retrouver un travail avec une rémunération équivalente à celle de mon poste de cadre comptable, j'ai débuté grâce à une VAP une formation en Contrôle de Gestion valorisée Bac + 5 à compter de septembre 2013 et ceux jusqu'à mi septembre 2014.
Celle-ci devrait me permettre de retrouver dans les six mois après la fin de la formation un travail à temps plein.
Depuis le début de l'année tout s'est compliqué car j'ai réglé mes frais de scolarité de 2 500 euros en plusieurs mensualités de janvier à mai. j'ai donc eu du mal à honorer toutes mes échéances, ma famille et des amis m'ont aidé financièrement. Je paye en priorité mes charges courantes (loyer, électricité, alimentation) et mon échéance de rachat de crédit mais pour les autres échéances je commence à avoir des retards de paiement et je n'arrive pas à négocier des mensualités adaptées à mon budget.
Je fais aujourd'hui le constat que ces différentes échéances grèvent mon budget, et que ces crédits ont aggravé ma situation financière et fragilisé mon quotidien.
Je n'arrive plus à régler d'une part l'intégralité de mes échéances, et de l'autre mes charges fixes et incompressibles, ainsi que celles liées à l'alimentation et l'habillement.
A ce jour,  je vis en union libre, j'ai un fils de 19 mois à ma charge , mon conjoint a une fille de 16 ans en garde alternée.
Mes revenus sont de xxxxx, les mensualités de crédit cumulées xxx, pour une dette totale de xxxx euros.
Je ne pourrai pas me sortir de cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Je me tiens à votre disposition pour vous fournir toute information ou document qui vous serait utile pour compléter ce dossier.
Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien porter à mon dossier et vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, mes cordiales salutations.

Merci par avance pour votre aide  ;)

Persévérance

Première ébauche  ;)

Madame, Monsieur,

Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation.
En effet, je me trouve actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à mes dettes.

Depuis maintenant une quinzaine d'années, j'ai contracté plusieurs crédits révolving associés à des cartes de grande enseigne (Redoute, Printemps, 3 Suisses ...) principalement pour bénéficier de remises supplémentaires, de délais de paiement et malheureusement pour faire face aux dépenses suite à une séparation et assouvir mes achats compulsifs. (vous êtes suivie ?)

j'ai également contracté deux crédits tradionnels pour combler mon découvert ainsi que mon encours carte et faire face aux dépenses liées à mon relogement suite à une séparation (biens d'équipement, électroménager et factures diverses).

En 2004, j'ai emménagé avec mon conjoint actuel et celui-ci m'a aidé en 2010 à restructurer mes crédits en se portant co-emprunteur de mon rachat de crédit.
Je pensais que le rachat de crédit était la meilleure solution et qu'u ne fois mes comptes révolving clôturés, j'arriverais à maîtriser mes achats compulsifs. J'ai malheureusement de nouveau utilisé ces crédits qui n'avaient pas été clôturés de nouveau pour des achats compulsifs majorés par une grossesse (achat de matériel de puériculture).

En 2011, à travers de différents courriers, je me suis rendue compte que mes crédits révolving étaient en fait encore ouverts et disponibles, j'ai donc à nouveau piocher dans les réserves pour faire des achats, mon salaire me permettant de couvrir les échéances.
En 2012, j'ai appris que j'étais enceinte et j'ai multiplié les achats en puériculture et vêtements de grossesse.


En 2013, la reprise du travail (après un congé parental ?)  ne se passa pas du tout comme je l'avais envisagé, modification des tâches attribuées et des conditions de travail.  mon poste ne m'a été réatribué que partiellement et chaque semaine mes tâches changées, aucune de mes collègues ne me parlaient et je sentais bien que quelquechose avait été décidé lors de mon départ. Fragilisée par les suites de l'accouchement, j'ai craqué et ai signé une rupture conventionnelle le XXX pour laquelle j'ai perçu une prime de 20 000EUR.

Etant plus faible psychologiquement (fin de l'allaitement, début de garde de mon fils, perte de poids excessive...) j'ai craqué au bout d'un mois et acceptée une rupture conventionnelle accompagnée d'une prime de 20 000 euros correspondant au minimum conventionnel.
Cette prime a servi à couvrir le décalage de paiement de mon allocation (2 mois et demi), mon code et des heures de conduite, mes impôts sur le revenu, ma taxe d'habitation, mon découvert, la perte de salaire mensuelle (environ 600 euros) et mes échéances.


Pour retrouver un travail avec une rémunération équivalente à celle de mon poste de cadre comptable, j'ai débuté grâce à une VAP Validation des Acquis Professionnels et une formation en Contrôle de Gestion valorisée Bac + 5 à compter de septembre 2013 et ceux jusqu'à mi septembre 2014. J'ai ainsi pu retrouver un emploi à temps plein le XXX.

Celle-ci devrait me permettre de retrouver dans les six mois après la fin de la formation un travail à temps plein.

Depuis le début de l'année tout s'est compliqué car j'ai réglé mes frais de scolarité de 2 500 euros en plusieurs mensualités de janvier à mai. j'ai donc eu du mal à honorer toutes mes échéances, ma famille et des amis m'ont aidé financièrement. Je paye en priorité mes charges courantes (loyer, électricité, alimentation) et mon échéance de rachat de crédit mais pour les autres échéances je commence à avoir des retards de paiement et je n'arrive pas à négocier des mensualités adaptées à mon budget.

Je fais aujourd'hui le constat que ces différentes échéances grèvent mon budget, et que ces crédits ont aggravé ma situation financière et fragilisé mon quotidien.
Je n'arrive plus à régler d'une part l'intégralité de mes échéances, et de l'autre mes charges fixes et incompressibles, ainsi que celles liées à l'alimentation et l'habillement.

A ce jour,  je vis en union libre, j'ai un fils de 19 mois à ma charge , mon conjoint a une fille de 16 ans en garde alternée.
Mes revenus sont de xxxxx, les mensualités de crédit cumulées xxx, pour une dette totale de xxxx euros.
Je ne pourrai pas me sortir de cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Je me tiens à votre disposition pour vous fournir toute information ou document qui vous serait utile pour compléter ce dossier.
Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien porter à mon dossier et vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, mes cordiales salutations.
Je vais finir par réussir à essayer d'arriver de ne plus paniquer dans le vide

zorah0412


modifs mineures.....

Citation de: Persévérance le 22 mai 2014 à 17:46:07
Première ébauche  ;)

Madame, Monsieur,

Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation.
En effet, je me trouve actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à mes dettes.

Depuis maintenant une quinzaine d'années, j'ai contracté plusieurs crédits révolving associés à des cartes de grande enseigne (Redoute, Printemps, 3 Suisses ...) principalement pour bénéficier de remises supplémentaires, de délais de paiement et malheureusement pour faire face aux dépenses suite à une séparation et assouvir mes achats compulsifs. (vous êtes suivie ? question très importante! autre question, c'est la séparation qui vous a amenée au achats compulsifs?)

j'ai également contracté deux crédits tradionnels pour combler mon découvert ainsi que mon encours carte et faire face aux dépenses liées à mon relogement suite à une séparation (biens d'équipement, électroménager et factures diverses).

En 2004, j'ai emménagé avec mon conjoint actuel et celui-ci m'a aidée en 2010 à restructurer mes crédits en se portant co-emprunteur de mon rachat de crédit.
Je pensais que le rachat de crédit était la meilleure solution et qu'u ne fois mes comptes révolving clôturés, j'arriverais à maîtriser mes achats compulsifs. J'ai malheureusement de nouveau utilisé ces crédits qui n'avaient pas été clôturés de nouveau pour des achats compulsifs majorés par une grossesse (achat de matériel de puériculture).

En 2011, à travers de différents courriers, je me suis rendue compte que mes crédits révolving étaient en fait encore ouverts et disponibles, j'ai donc à nouveau piocher dans les réserves pour faire des achats, mon salaire me permettant de couvrir les échéances.
En 2012, j'ai appris que j'étais enceinte et j'ai multiplié les achats en puériculture et vêtements de grossesse.


En 2013, la reprise du travail (après un congé parental ?)  ne se passa pas du tout comme je l'avais envisagé, modification des tâches attribuées et des conditions de travail.  mon poste ne m'a été réatribué que partiellement et chaque semaine mes tâches changées, aucune de mes collègues ne me parlaient et je sentais bien que quelquechose avait été décidé lors de mon départ. Fragilisée par les suites de l'accouchement, j'ai craqué et ai signé une rupture conventionnelle le XXX pour laquelle j'ai perçu une prime de 20 000EUR.

Etant plus faible psychologiquement (fin de l'allaitement, début de garde de mon fils, perte de poids excessive...) j'ai craqué au bout d'un mois et acceptée une rupture conventionnelle accompagnée d'une prime de 20 000 euros correspondant au minimum conventionnel.
Cette prime a servi à couvrir le décalage de paiement de mon allocation (2 mois et demi), mon code et des heures de conduite, mes impôts sur le revenu, ma taxe d'habitation, mon découvert, la perte de salaire mensuelle (environ 600 euros) et mes échéances.


Pour retrouver un travail avec une rémunération équivalente à celle de mon poste de cadre comptable, j'ai débuté grâce à une VAP Validation des Acquis Professionnels et une formation en Contrôle de Gestion valorisée Bac + 5 à compter de septembre 2013 et ceux jusqu'à mi septembre 2014. J'ai ainsi pu retrouver un emploi à temps plein le XXX.

Celle-ci devrait me permettre de retrouver dans les six mois après la fin de la formation un travail à temps plein.

Depuis le début de l'année 2014, tout s'est compliqué  ma situation financière s'est encore aggravée car j'ai réglé mes frais de scolarité de 2 500 euros en plusieurs mensualités de janvier à mai. j'ai donc eu du mal à honorer toutes mes échéances, malgré l'aide financière de ma famille et des d'amis m'ont aidé financièrement. Je paye en priorité mes charges courantes (loyer, électricité, alimentation) et mon échéance de rachat de crédit. mais pour les autres échéances je commence à avoir des retards de paiement et je n'arrive pas à négocier des mensualités adaptées à mon budget.

Je fais aujourd'hui le constat que ces différentes échéances grèvent mon budget, et que ces crédits ont aggravé ma situation financière et fragilisé mon quotidien.
Je n'arrive plus à régler d'une part l'intégralité de mes échéances, et de l'autre mes charges fixes et incompressibles, ainsi que celles liées à l'alimentation et l'habillement.

A ce jour,  je vis en union libre, j'ai un fils de 19 mois à ma charge , mon conjoint a une fille de 16 ans en garde alternée.
Mes revenus sont de xxxxx, les mensualités de crédit cumulées xxx, pour une dette totale de xxxx euros.
Je ne pourrai pas me sortir de remédier à cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Je me tiens à votre disposition pour vous fournir toute information ou document qui vous serait utile pour compléter ce dossier.
Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien porter à mon dossier et vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, mes cordiales salutations.
mieux vaut être optimiste et se tromper que pessimiste et d'avoir raison!

zorah0412

Vous nous la remettez au propre?  ;)
mieux vaut être optimiste et se tromper que pessimiste et d'avoir raison!

utopia67

Citation de: zorah0412 le 22 mai 2014 à 20:36:49
Vous nous la remettez au propre?  ;)

Merci beaucoup  bbbo oui je la remets au propre et posterais la nouvelle.

utopia67

23 mai 2014 à 17:04:34 #5 Dernière édition: 23 mai 2014 à 17:11:43 par utopia67 »
 Version corrigée


Madame, Monsieur,
Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation. En effet, je me trouve actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à mes dettes.
Depuis une quinzaine d'années, j'ai contracté plusieurs crédits pour faire face aux dépenses suite à une séparation et assouvir mes achats compulsifs.
En 2004, j'ai emménagé avec mon conjoint actuel et celui-ci m'a aidé en 2010 à restructurer mes crédits en se portant co-emprunteur de mon rachat de crédit. Je pensais que le rachat de crédit était la meilleure solution et qu'u ne fois mes comptes révolving clôturés, j'arriverais à maîtriser mes achats compulsifs.
J'ai malheureusement de nouveau utilisé ces crédits qui n'avaient pas été clôturés pour des achats compulsifs majorés par une grossesse (achat de matériel de puériculture).

En 2013, la reprise du travail ne se passa pas du tout comme je l'avais envisagé, modification des tâches attribuées et des conditions de travail.  Fragilisée par les suites de l'accouchement, j'ai craqué et ai signé une rupture conventionnelle le XXX pour laquelle j'ai perçu une prime de 20 000EUR.
Cette prime a servi à couvrir le décalage de paiement de mon allocation (2 mois et demi), mon code et des heures de conduite, mes impôts sur le revenu, ma taxe d'habitation, mon découvert, la perte de salaire mensuel (environ 600 euros) et mes échéances. Pour retrouver un travail avec une rémunération équivalente à celle de mon poste de cadre comptable, j'ai débuté grâce à une Validation des Acquis Professionnels et une formation en Contrôle de Gestion valorisée Bac + 5 à compter de septembre 2013 et ce jusqu'à mi septembre 2014.

Depuis le début de l'année 2014, ma situation financière s'est encore aggravée car j'ai réglé mes frais de scolarité de 2 500 euros en plusieurs mensualités de janvier à mai. j'ai donc eu du mal à honorer toutes mes échéances, malgré l'aide financière de ma famille et d'amis.
Je paye en priorité mes charges courantes et mon échéance de rachat de crédit.

Je fais aujourd'hui le constat que ces crédits ont aggravé ma situation financière et fragilisé mon quotidien. Je n'arrive plus à régler d'une part l'intégralité de mes échéances, et de l'autre mes charges fixes et incompressibles, ainsi que celles liées à l'alimentation et l'habillement.
A ce jour,  je vis en union libre, j'ai un fils de 19 mois à ma charge , mon conjoint a une fille de 16 ans en garde alternée. Mes revenus sont de xxxxx, les mensualités de crédit cumulées xxx, pour une dette totale de xxxx euros. Je ne pourrai pas remédier à cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Je me tiens à votre disposition pour vous fournir toute information ou document qui vous serait utile pour compléter ce dossier. Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien porter à mon dossier et vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, mes cordiales salutations.

Pour les questions :[/color]Vous êtes suivie ? question très importante! autre question, c'est la séparation qui vous a amenée au achats compulsifs?j'ai été suivie de 2008 à 2013 et ensuite j'ai arrêté d'aller le voir car je supportais pas les antidépresseurs et je voyais pas d'amélioration.Non ce n'est pas la séparation qui a mené aux achats compulsifs, je sais pas trop ce qui me pousse à acheter le psy pensait que cela venait du fait que mon travail m'ennuyait et ne me correspondait pas... J'ai laissé un message sur répondeur pour avoir un rdv et reprendre[/color][/font]

[/color]après un congé parental ? Non congé mat de septembre 2012 à janvier 2013 et ensuite CP + RTT jusqu'à fév 2013.

[/color]
[/font][/color]J'ai ainsi pu retrouver un emploi à temps plein le XXX        Supprimé car je cherche mais en stage obligatoire pour l'instant

Merci pour vos précieux conseils !!!
[/font][/color]

zorah0412

Une dernière question et je la remets au propre ;)


Pourquoi: "fragilisée par les suites de l'accouchement" ?
mieux vaut être optimiste et se tromper que pessimiste et d'avoir raison!

utopia67

En fait c'est une partie de la lettre déjà corrigée😊
J'avais mis "étant plus faible psychologiquement ..." car quand j'ai repris le boulot mon petit bout avais 5 mois, j'ai du stopper l'allaitement, le confier à une nounou et j'ai perdu 10 kg par rapport à avant la grossesse.
Voilà ...

zorah0412

OK!
On va l'intégrer en "très résumé"  ;)


Je vous fait une version propre demain! ;)


On en voit le bout!!!! bbbo bbbo bbbo bbbo bbbo bbbo
mieux vaut être optimiste et se tromper que pessimiste et d'avoir raison!

bisane

Je te laisse faire, Zor, mais "au survolage", c'est trop long...
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

zorah0412

Citation de: bisane le 24 mai 2014 à 14:04:02
Je te laisse faire, Zor, mais "au survolage", c'est trop long...



OK! ;) 


oui, en effet!
je fais ça cet aprem!
mieux vaut être optimiste et se tromper que pessimiste et d'avoir raison!

zorah0412

24 mai 2014 à 16:16:25 #11 Dernière édition: 24 mai 2014 à 16:19:27 par zorah0412 »
Citation de: utopia67 le 23 mai 2014 à 17:04:34



Madame, Monsieur,

Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation. En effet, je me trouve actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à mes dettes.
Depuis une quinzaine d'années, j'ai contracté plusieurs crédits pour faire face aux dépenses suite à une séparation et pour répondre à une pulsion d'achats compulsifs pour laquelle j'ai été suivie par un psychologue / psychiatre ? de 2008 à 2013.

En 2010, mon conjoint actuel s'est porté co-emprunteur d'un rachat de crédit pour m'aider à restructurer mes dettes. J'ai malheureusement été amenée à utiliser des réserves non clôturées pour plusieurs raisons:


- L'achat de matériel de puériculture lors de ma grossesse, dépenses aggravées par un retour aux achats compulsifs lié à une fragilisation de mon état psychologique suite à mon accouchement.


- les difficultés liées à la reprise à de mon activité professionnelle suite à mon congé maternité en 2013: modifications des tâches professionnelles qui m'étaient auparavant attribuées, conditions de travail modifiées, etc.

J'ai par conséquent signé une rupture conventionnelle le XXX pour laquelle j'ai perçu une prime de 20 000EUR. J'ai utilisé cette somme  pour rembourser des retards de charges courantes (perte de revenus, retards d'impôts, mensualités de crédits) et préparer un nouvel avenir professionnel (permis de conduire, formations pour retrouver un travail). Ainsi, j'ai débuté,  grâce à une Validation des Acquis Professionnels, une formation en Contrôle de Gestion valorisée Bac + 5 à compter de septembre 2013 et ce jusqu'à mi septembre 2014.

En dépit de ces efforts, ma situation financière s'est encore aggravée début 2014. En effet, j'ai du régler mes frais de scolarité de 2500 euros en plusieurs mensualités de janvier à mai tout en priorisant mes charges courantes et les échéances de mon rachat de crédits. De fait, je ne peux honorer l'ensemble des mensualités de mes prêts.

Je fais aujourd'hui le constat que ces crédits ont aggravé ma situation financière et fragilisé mon quotidien. Je ne suis plus en mesure de régler d'une part l'intégralité de mes échéances, et de d'autre part mes charges fixes et incompressibles.

A ce jour, ma situation est la suivante: je vis en union libre, j'ai un fils de 19 mois à ma charge , mon conjoint a une fille de 16 ans en garde alternée. Mes revenus sont de xxxxx, les mensualités de crédit cumulées xxx, pour une dette totale de xxxx euros. Je ne pourrai pas remédier à cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Je me tiens à votre disposition pour vous fournir toute information ou document qui vous serait utile pour compléter ce dossier. Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien porter à mon dossier et vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, mes cordiales salutations.


mieux vaut être optimiste et se tromper que pessimiste et d'avoir raison!

zorah0412

mieux vaut être optimiste et se tromper que pessimiste et d'avoir raison!

BRUYERE

Quelques aménagements.. et une question .. ;)

Madame, Monsieur,

Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation. En effet, je me trouve actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à mes dettes.
Depuis une quinzaine d'années, j'ai contracté plusieurs crédits principalement pour faire face aux dépenses résultant d'une séparation mais aussi en raison d'une addiction aux achats compulsifs pour laquelle j'ai dû être suivie par un psychologue / psychiatre ? de 2008 à 2013.

Afin de m'aider à restructurer mes dettes  mon conjoint actuel s'est porté co-emprunteur d'un rachat de crédit en 2010, mais j'ai malheureusement été amenée à ré utiliser des réserves non clôturées pour plusieurs raisons :


- Achat de matériel de puériculture lors de ma grossesse, dépenses aggravées par un retour aux achats compulsifs lié à une fragilisation de mon état psychologique suite à mon accouchement.

- les difficultés liées à la reprise à de mon activité professionnelle suite à mon congé maternité en 2013: modifications des tâches professionnelles qui m'étaient auparavant attribuées, conditions de travail modifiées, etc.  : en quoi ces problèmes ont-ils entrainé des dépenses supplémentaires ??
,

J'ai par conséquent signé une rupture conventionnelle le XXX pour laquelle j'ai perçu une prime de 20 000EUR EUR. J'ai utilisé cette somme  pour  pallier ma perte de revenus,  régler des retards de charges courantes (impôts, mensualités de crédits) et préparer un nouvel avenir professionnel (permis de conduire, formations pour retrouver un travail). Ainsi, j'ai débuté,  grâce à une Validation des Acquis Professionnels, une formation en Contrôle de Gestion valorisée Bac + 5 à compter de septembre 2013 et ce jusqu'à mi septembre 2014.

En dépit de ces efforts, ma situation financière s'est encore aggravée début 2014. En effet, j'ai dû régler mes frais de scolarité de 2500 euros en plusieurs mensualités de janvier à mai tout en priorisant mes charges courantes et les échéances de mon rachat de crédits. De ce fait, je ne peux honorer l'ensemble des mensualités de mes prêts.

Je fais aujourd'hui le constat que ces crédits ont aggravé ma situation financière et fragilisé mon quotidien. Je ne suis plus en mesure de régler d'une part l'intégralité de mes échéances, et de d'autre part mes charges fixes  incompressibles.

A ce jour, ma situation est la suivante: je vis en union libre, j'u'ai un fils de 19 mois à ma charge , mon conjoint a une fille de 16 ans en garde alternée. Mes revenus sont de xxxxx, les mensualités de crédit cumulées xxx, pour une dette totale de xxxx euros.
Je ne pourrai donc pas remédier à cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Je me tiens à votre disposition pour vous fournir toute information ou document qui vous serait utile pour compléter ce dossier. Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien porter à mon dossier et vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, mes cordiales salutations.


Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

zorah0412



merci bruy!!!!!!


juste une remarque  ;)


Citation de: BRUYERE le 24 mai 2014 à 17:19:13
Quelques aménagements.. et une question .. ;)

Madame, Monsieur,

Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation. En effet, je me trouve actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à mes dettes.
Depuis une quinzaine d'années, j'ai contracté plusieurs crédits principalement pour faire face aux dépenses résultant d'une séparation mais aussi en raison d'une addiction aux achats compulsifs pour laquelle j'ai dû être suivie par un psychologue / psychiatre ? de 2008 à 2013.

Afin de m'aider à restructurer mes dettes  mon conjoint actuel s'est porté co-emprunteur d'un rachat de crédit en 2010, mais j'ai malheureusement été amenée à ré utiliser des réserves non clôturées pour plusieurs raisons :


- Achat de matériel de puériculture lors de ma grossesse, dépenses aggravées par un retour aux achats compulsifs lié à une fragilisation de mon état psychologique suite à mon accouchement.

- les difficultés liées à la reprise à de mon activité professionnelle suite à mon congé maternité en 2013: modifications des tâches professionnelles qui m'étaient auparavant attribuées, conditions de travail modifiées, etc.  : en quoi ces problèmes ont-ils entrainé des dépenses supplémentaires ??  pour moi, ça justifie la rupture conventionnelle  ;)
[/b]
,

J'ai par conséquent signé une rupture conventionnelle le XXX pour laquelle j'ai perçu une prime de 20 000EUR EUR. J'ai utilisé cette somme  pour  pallier ma perte de revenus,  régler des retards de charges courantes (impôts, mensualités de crédits) et préparer un nouvel avenir professionnel (permis de conduire, formations pour retrouver un travail). Ainsi, j'ai débuté,  grâce à une Validation des Acquis Professionnels, une formation en Contrôle de Gestion valorisée Bac + 5 à compter de septembre 2013 et ce jusqu'à mi septembre 2014.

En dépit de ces efforts, ma situation financière s'est encore aggravée début 2014. En effet, j'ai dû régler mes frais de scolarité de 2500 euros en plusieurs mensualités de janvier à mai tout en priorisant mes charges courantes et les échéances de mon rachat de crédits. De ce fait, je ne peux honorer l'ensemble des mensualités de mes prêts.

Je fais aujourd'hui le constat que ces crédits ont aggravé ma situation financière et fragilisé mon quotidien. Je ne suis plus en mesure de régler d'une part l'intégralité de mes échéances, et de d'autre part mes charges fixes  incompressibles.

A ce jour, ma situation est la suivante: je vis en union libre, j'u'ai un fils de 19 mois à ma charge , mon conjoint a une fille de 16 ans en garde alternée. Mes revenus sont de xxxxx, les mensualités de crédit cumulées xxx, pour une dette totale de xxxx euros.
Je ne pourrai donc pas remédier à cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Je me tiens à votre disposition pour vous fournir toute information ou document qui vous serait utile pour compléter ce dossier. Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien porter à mon dossier et vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, mes cordiales salutations.
mieux vaut être optimiste et se tromper que pessimiste et d'avoir raison!

En haut