Lettre saisine tenir

Démarré par BRUYERE, 23 août 2014 à 17:00:36

« précédent - suivant »
En bas

BRUYERE

23 août 2014 à 17:00:36 Dernière édition: 23 août 2014 à 17:18:19 par Smilysoul »
FIL principal ICI
Voici mon courrier de saisine : vous pouvez me dire ce que vous en pensez ? D'avance merci  :-*
Je, soussigné Ilfo TENIR, demeurant au XXX à YYY, 06 xx xx xx xx, demande à bénéficier de la procédure de traitement des situations de surendettement prévue aux articles L 331-1 et suivants du code de la consommation.
Cette demande est justifiée par le fait que je ne peux faire face à mes dettes.
Je me suis mis à mon compte le 1er janvier 2013 pour exercer une activité de formateur en tant qu'autoentrepreneur. Comptable de formation (titulaire d'un DECF obtenu en juin 2000), il s'agissait d'initier des adultes à la comptabilité, à l'informatique de gestion, à la bureautique, aux techniques administratives.
j'ai été amené à déménager en février 2014, jusqu'alors hébergé par mes parents à leur domicile de YYY depuis l'été 2012. j'uoccupais à l'époque un poste de formateur itinérant qui m'amenait à partir en déplacement toute la semaine, rendant la cohabitation avec mes parents relativement tenable. Puis à mon compte en janvier 2013, la situation est devenue beaucoup plus compliquée, l'essentiel de l'activité étant produit à Périgueux. j'étais amené à faire des allers-retours incessants entre leur domicile et les centres de formation pour lesquels j'étais sous-traitant. En février 2014, je pensais que l'activité aurait été suffisante pour faire face à un nouveau départ, ne souhaitant plus, à 36 ans, bien que célibataire et sans enfant, continuer à dépendre de mes parents au quotidien. Afin de m'acquitter des frais inhérents au déménagement (caution, frais d'agence, déménagement de mes meubles stockés dans un garde meuble à Bordeaux vers Périgueux, frais de mise en service divers...) j'ai souscrit un emprunt de 3000 EUR à la XXX.
Mon activité de formateur s'est ensuite tarie petit à petit. Pour vivre et faire face à mes dettes, j'ai été amené à consommer la quasi-totalité de mon épargne, puis à piocher dans des réserves d'argent revolving, et à multiplier des petites missions de « mystery shopping » sous le statut salarié (CDD d'usage). Outre l'aggravation de mes dettes, les nouvelles charges induites par mon emménagement ont contribué à la détérioration de la situation financière.
Au 1er juillet, j'ai décidé de mettre un terme à mon activité de formateur indépendant, trop précaire pour en vivre. Je reste redevable de 1568 EUR à l'uRSSAF, à laquelle j'ai proposé un échéancier (courrier joint).
Des ressources très faibles en juin, juillet et août, ont rendu ma situation financière extrêmement problématique et m'ont amené à solliciter l'aide financière de ma mère.
Réinscrit à Pôle Emploi et bénéficiant de l'aRE à compter du 08 août 2014, j'ai recherché activement un emploi salarié.
Ces recherches ont porté leur fruit, et m'ont permis de signer un CDI à temps plein le 20 août. j'exerce désormais les fonctions de « technico-commercial » (Consultant progiciels Sage) dans une petite société de XXX, la société YYY.
Seule ombre au tableau : le salaire versé ne me permet pas, pour autant, de rembourser mes créanciers.
Fait à YYY, le 23 août 2014.
Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

BRUYERE

Première proposition :


Madame, Monsieur,

Je, soussigné Ilfo TENIR, demeurant au XXX à YYY, 06 xx xx xx xx, demande à bénéficier de la procédure de traitement des situations de surendettement prévue aux articles L 331-1 et suivants du code de la consommation.
Cette demande est justifiée par le fait que je ne peux faire face à mes dettes.

Cette situation remonte à janvier  2013, date à laquelle j'ai souhaité exercer une activité pour mon propre compte.
Comptable de formation (titulaire d'’un DECF obtenu en juin 2000), j'ai alors débuté une activité de formateur en tant qu'’auto entrepreneur. Il s'’agissait d'’initier des adultes à la comptabilité, à l' ’informatique de gestion, à la bureautique, aux techniques administratives.

Résidant jusqu'alors chez mes parents, les aller-retours incessants entre leur domicile et les centres de formation pour lesquels j'étais sous-traitant se sont avérés très compliqués et m'ont conduit à emménager dans mon propre appartement en février 2014.

Afin de faire face aux frais en découlant (caution, frais d’'agence, déménagement de mes meubles stockés dans un garde meuble de Bordeaux vers Périgueux, frais de mise en service divers…) j’'ai souscrit un emprunt de 3000 EUR€ à la XXX.

Mon activité de formateur s’'est ensuite tarie petit à petit. Pour vivre et faire face à mes dettes, j'’ai été amené à utiliser la quasi-totalité de mon épargne, puis à piocher dans des réserves d'’argent revolving, et à multiplier des petites missions de « mystery shopping » sous le statut salarié (CDD d'’usage). Outre l’'aggravation de mes dettes, les nouvelles charges induites par mon emménagement ont contribué à la détérioration de ma situation financière.

Au 1er juillet 2014, j’'ai décidé de mettre un terme à mon activité de formateur indépendant, trop précaire pour en vivre. Je reste redevable de 1568 €EUR à l'’URSSAF, à laquelle j'’ai proposé un échéancier (courrier joint).
Des ressources très faibles en juin, juillet et août, ont rendu ma situation financière extrêmement problématique et m'ont amené à solliciter l'aide financière de ma mère.

Réinscrit à Pôle Emploi et bénéficiant de l’'ARE à compter du 08 août 2014, j'’ai recherché activement un emploi salarié.
Ces recherches ont porté leur fruit, et m'’ont permis de signer un CDI à temps plein le 20 août. J'’exerce désormais les fonctions de « technico-commercial » (Consultant progiciels Sage) dans une petite société de XXX, la société YYY.

Malheureusement, le salaire versé (xxxx EUR), ne me permet pas de rembourser mes dettes qui s'élèvent à xxxx EUR, tout en faisant face à mes charges fixes d'un montant de xxx EUR

C'est pourquoi je sollicite l'aide de votre Commission afin de m'aider à trouver une solution qui corresponde à ma situation actuelle
Je me tiens à votre disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.

Je vous remercie de votre attention et  je vous prie d'accepter, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.
Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

tenir

Merci pour la correction Bruyère  :-*


"Malheureusement, le salaire versé (xxxx EUR), ne me permet pas de rembourser mes dettes qui s'élèvent à xxxx EUR, tout en faisant face à mes charges fixes d'un montant de xxx EUR"
[/size]
[/size]Je suppose que je parle des échéances mensuelles ? C'est bien ça ?
Lorsque tout semble aller contre vous, souvenez-vous que les avions décollent toujours face au vent.

BRUYERE

Vous mettez le total dû, et vous pouvez rajouter" pour des mensualités de xxx EUR
Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

tenir


OK merci Bruyère...


Mais.........

LOL ça fait flipper  :o :o :o


Malheureusement, le salaire versé (1 375 EUR par mois), ne me permet pas de rembourser mes dettes qui s'élèvent à 10 764 EUR soit 580 EUR par mois, tout en faisant face à mes charges fixes mensuelles d'un montant de 1 008 EUR.
Lorsque tout semble aller contre vous, souvenez-vous que les avions décollent toujours face au vent.

BRUYERE

Citation de: tenir le 23 août 2014 à 17:40:55
Malheureusement, le salaire versé (1 375 € par mois), ne me permet pas de rembourser mes dettes qui s'élèvent à 10 764 € soit 580 € par mois, tout en faisant face à mes charges fixes mensuelles d'un montant de 1 008 €.


Vous êtes donc clairement en situation  de surendettement...pas de quoi flipper .. c'est un dossier hélas tristement "classique".. mais qui de ce fait ne devrait pas poser trop de soucis... ;)
Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

bisane

J'espère que vous avez enlevé les doubles apostrophes !  ;)
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

tenir

Lorsque tout semble aller contre vous, souvenez-vous que les avions décollent toujours face au vent.

En haut