Avis contraires sur la conduite à tenir après le dépôt du dossier

Démarré par Nadine, 07 mars 2010 à 17:39:35

« précédent - suivant »
En bas

Nadine

07 mars 2010 à 17:39:35 Dernière édition: 12 mars 2010 à 21:27:17 par bisane »
Bonjour à tous et toutes,

Je me présente, Nadine, 49 ans, malade et en invalidité.

Avant de vous demander conseil, je vais faire un récapitulatif de l'évolution de ma situation qui m'a conduite à cette démarche.

En mai 87, au 8ième mois de ma grossesse, j'apprends que je suis séropositive, et malgré un risque de 1 sur 5, je donne naissance à une petite fille séropositive également. A l'époque j'étais en couple avec le papa. Nous commençons à prendre des traitements qui, à l'époque, n'étaient pas « top », mais nous tenions bien la route quand même côté santé. J'avais un diplôme d'informaticienne, et comptait bien, malgré les contraintes médicales, exercer dans ce métier. Ce que j'ai commencé à faire.

En 92, j'ai du arrêter de travailler pour deux raisons. La première, ma santé qui déclinait, la deuxième, les contraintes médicales pour ma fille étant très lourdes, plus les miennes, il m'était difficile d'avoir une situation professionnelle stable.

Alors que je travaillais encore, et que j'étais encore en couple, j'ai contracté mon premier révolving, en 91. A l'époque, je ne comptais m'en servir que pour payer des achats en 3 fois. Lorsque j'ai été mise en maladie, j'ai voulu faire fonctionner l'assurance, mais l'annonce de ma sérologie étant antérieure à la souscription du contrat, je n'ai bien évidemment pas pu en bénéficier, ce qui est normal.

En 92, je me sépare du père de ma fille, j'étais alors en arrêt longue maladie. C'est ainsi que j'ai commencé à puiser dans la réserve financière pour faire face aux aléas de la vie, une voiture en panne, une note d'électricité plus élevée que prévue. Je m'en servais aussi pour faire des achats pour les cadeaux de Noël, les anniversaires, et parfois je me faisais quelques petits plaisirs.

En 93, je me remets en couple. En 95, la cpam me met en invalidité catégorie 2. Mes ressources baissent de façon assez conséquente, car  n'ayant pas assez travaillé à temps plein, j'ai une petite pension, complétée du FSI. En 98, je me sépare de nouveau de mon compagnon. Je dois trouver un autre logement. Après 3 mois d'hébergement chez mes parents avec ma fille, j'en trouve un qui me convient. Un peu plus cher que le précédent, mais à l'époque j'avais deux chiennes et 3 minettes, je pouvais difficilement être en appartement, de plus la maison se situait juste derrière le collège où ma fille devait rentrer en 6ième. Pour pallier au frais incontournables d'un déménagement, malgré l'obtention d'une aide financière par le FSL pour avoir le logement par agence, j'avais besoin de 10 000 F. (1524 EUR)

Entretemps, les trithérapies étaient arrivées, nous en avons bénéficié toutes les deux,  notre santé était bonne, et notre vie n'était plus en danger.

Ma banque était parfaitement au courant de mon invalidité. Je m'y rends avec l'espoir que malgré ce fait, ils puissent m'accorder ce prêt de 10 000 F. La banquière accepte, et me colle un deuxième revolving. Bien sûr, connaissant mon statut d'invalide, pour que j'obtienne le prêt, c'est elle-même qui décide de mettre sur le contrat mon dernier emploi avant l'arrêt de travail.

Les années passent, mais j'ai de plus en plus de mal à faire face à mes charges, les mensualités de mes revolvings commencent à peser sur mon petit budget. C'est ainsi qu'en 2005, je contracte mon troisième révolving afin de solder le deuxième et une grande partie du premier, ce qui me permettait d'avoir des mensualités plus "légères".

Mais cela n'a pas suffit, la vie augmentait toujours, mes ressources baissaient, les plafonds sociaux baissaient aussi, plus droit à la cmu, plus tard plus droit à l'aide à la mutualisation. A compter des 18 ans de ma fille, c'est la dégringolade des prestations Caf d'année en année. J'augmente deux fois ma réserve financière. Je jongle d'un révolving à l'autre, j'arrive quand même à m'en sortir.

Ma fille quitte le foyer en février 2009. Cet été, je perds encore une partie de mes prestations, ainsi qu'en janvier dernier. Là au pied du mur, ce n'est plus du tout possible, j'ai plus de charges que de ressources, je me décide enfin à faire ce dossier de surendettement. Je n'avais aucun impayé, c'était le moment de réagir, même si j'aurais du le faire bien plus tôt.

Ma dette s'élève à environ 13 800 EUR, plus un découvert autorisé de 750 EUR, mon compte n'est créditeur que quelques jours par mois.

Mes ressources, comprenant allocation logement, pension d'invalidité, FSI, complément AAH et majoration pour la vie autonome, s'élèvent à 1030.68 EUR.

Le total de mes charges courantes tout mensualisé s'élève à 893.61 EUR.

Le total mensuel des échéances de mes crédits revolvings s'élèvent à 446.22 EUR

Je n'ai pas de voiture, je suis locataire, et nu-propriétaire d'1/6ième de la maison de ma mère dont elle a l'usufruit et où, bien sûr, elle habite.

Il faut savoir aussi que même si ma vie n'est pas en danger par rapport au vih, les effets secondaires des traitements à long terme peuvent être très lourds. Depuis 2002, je passe rarement 2 ans sans pépin de santé. En septembre dernier, on m'a remplacé une molécule de mon traitement par une autre, car elle m'avait provoqué une insuffisance rénale, générant une mauvaise qualité de mes os, et mon squelette s'est fissuré de partout. Je suis fort heureusement sur la voie de guérison, je ne prends presque plus de morphine pour la douleur. Mais il est bien évident qu'il m'est impossible de retravailler.

En prime, le décès de deux êtres chers cette même année, je suis en pleine dépression nerveuse actuellement. Alors, je suppose que je dois aussi exagérer ma perception des choses, plus précisément pour ce qui suit, ma perception des interlocuteurs à qui j'ai eu à faire.

J'ai tout fait toute seule, sans aide, en m'aidant du net pour constituer au mieux mon dossier. Je suis allée deux fois à la permanence de la BDF de ma ville. Le monsieur m'a reçu cordialement, mais très avare en conseils, question de personne j'imagine, car je connais quelqu'un qui est allé dans une autre permanence, et là il a eu droit à de vrais conseils. Au téléphone, j'ai eu deux autres interlocuteurs de la BDF, mais non seulement j'ai l'impression de les faire suer, en plus, j'ai eu des avis contradictoires. Et je me suis faite limite raccrocher au nez la dernier fois, pourtant je suis restée très cordiale, je n 'avais aucune raison de ne pas l'être.

Mon dossier va passer en commission, à priori le 11 mars prochain. Je vous avoue que je suis un peu terrorisée (la dépression exacerbe mes angoisses ...) tout simplement parce que je n'ai eu aucun soutien autre que celui de ma famille, mais surtout pas de conseils de personnes avisées.

Lorsque j'ai déposé mon dossier il y a une semaine, j'ai demandé au monsieur, que dois-je faire maintenant ?

Il me répond - "rien, vous attendez".

Moi - « Mais ne faut-il pas que je prévienne mes créanciers ? »

Lui - « Non, ce n'est pas la peine, ils le sauront dans les 48 heures"

(je l'ai quand même fait).

Moi - « Est-ce qu'il faut que je fasse opposition sur mes prélèvements ? »

Lui - «  En quel honneur ? Surtout pas ! (ton sévère, je me faisais toute petite et bredouillait) Privilégiez vos dettes de vie courantes surtout ...

Je sors du bureau d'abord dubitative, puis je m'effondre. Comment je peux privilégier mes dettes courantes, alors que tout est prélevé, et que certains de mes prélèvements de vie courante, passent après mes créanciers.

Ma mère et ma soeur, très inquiète de mon état très dépressif, épluchent leurs comtes, et à elles deux, me font des chèques pour honorer tous les prélèvements, afin de m'éviter tout stress supplémentaire.

Samedi dernier, je reçois l'attestation de dépôt, où il est mentionné que l'on ne doit pas favoriser un créancier par rapport à l'autre.

C'est là que pour la dernière fois j'appelle la BDF, et j'explique à mon interlocutrice que ma famille s'est démenée pour honorer les échéances ce mois-ci en attendant la commission. Et là surprise !!! Elle me dit que je devrais faire opposition sur les prélèvements, et ne payer que mes charges courantes, car si je paie mes créanciers, ils ne vont pas comprendre pourquoi je fais un dossier de surendettement.

Je lui explique que son collègue de la permanence m'a formellement interdit de faire opposition  ??? Elle me répond sur un ton franchement désagréable, que je n'avais qu'à faire comme il m'avait dit et tout payer. Je passe sur les quelques blabla que j'ai tenté de lui expliquer, mais devant son mutisme, et son envie claire de se débarrasser de moi, je l'ai poliment remerciée, lui ait dit au revoir, elle a raccroché sans me saluer ...

Téléphone raccroché, je m'effondre de nouveau. Je ne sais plus quoi penser, quoi faire. De plus, l'un de mes révolvings a été contracté auprès de ma banque, 76.22 EUR prélevé le 5. Je me vois mal aller à ma banque faire opposition sur leur prélèvement. Et si eux le prélèvent, si je ne paie pas les autres, je vais les favoriser par rapport aux autres. Je m'y perds ...

J'ai beaucoup d'autres questions et conseils à demander, mais je vais m'arrêter sur ce dernier point pour l'instant, afin qu'on ne se mélange pas les pinceaux ...

Donc, sur ce problème d'avis contraires que j'ai eu auprès de la BDF, à propos de payer ou non les créanciers, de faire opposition ou non, le fait que l'un d'eux est ma banque, qu'en pensez-vous, que dois-je faire, sachant que n'ayant rien fait, de toutes façons, ma banque a déjà prélevé la mensualité de 76.22 EUR.

Je remercie tous ceux et celles qui voudront bien m'aider, m'éclairer, m'épauler, dans cette épreuve, sincèrement ... J'ai l'habitude des "combats", je n'en suis pas à mon premier, mais celui là  a quelque chose de particulier, celui de se sentir coupable.

Amicalement,

Nadine

clairettej

bonjour nadine, et bienvenue sur le forum, qui je suis sure, va vous apporter un soutien moral sans pareil.
Tout d'abord je souhaitais vous faire part de ma profonde émotion en lisant votre parcourt.
vous êtes une femme battante et ca se ressent quand on vous lis.
sachez que vous êtes au bon endroit pour être réconforté et aidé dans vos démarches.
je laisse le soins aux autre forumeurs pour répondre à vos questions puisque je suis encore novice dans le domaine.
mais je serais présente, ainsi que pleins d'autres personnes presente sur le forum, lors de vos angoisses et vos préoccupations.
claire 

coco17

Bonjour et bienvenue nadine :)

Tout d'abord faire révoquer vos prélèvements et ouvrir un compte bancaire à la banque jaune ( la seule qui accepte les gens dans notre situation) afin d'y faire verser vos prestations.

Verser un petit quelque chose chaque mois à vos créanciers (surtout la même somme à chacun si minime soit-elle ),en attendant la réponse de la BDF.

Voilà pour les premiers conseils,courage et continuez de vous battre.

Peut-être également vous rapprocher de l'association C...S s'il y en a une dans votre région ?

Qu'en pensent les autres ?

Bien à vous ,bises.Et surtout pas de culpabilité,ça ne sert à rien et vous n'avez fait que ce que vous pouviez à l'époque.

Coco.
J'ai toujours pensé que, tant que l'homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté.(Woody Allen)

sourire

bonjour,

alors je vais vous apporter mon témoignage , lors du dépot de notre dossier la personne de la bdf nous avait conseillé de suspendre les prélèvements et de toute façon a la fin c'etait rejeté et de payer en 1er

- le loyer afin de ne pas se retrouver a la rue
- les charges courantes

le reste eh bien ils attendront le plan, de toute façon même si on verse un peu ca ne couvre que les intérêts et très peu de capital

nous on a tout coupé , on a commencé a rerembourser quand le plan a été mis en place

je vous souhaite beaucoup de courage


julia26

Bonjour Nadine et bienvenue

Vous avez eu un parcours difficile et j'espère qu'ici vous trouverez du soutien  du réconfort et surtout des réponses a vos questions

Vous avez déposé votre dossier et il ne vous reste plus qu'a attendre !

Je pense que les personnes de la BDF sont choisies selon un même critère car on peut le dire ils sont chiches dans leurs renseignements  ;) ce ne sont pas des bavards
Là où la volonté est grande, les difficultés diminuent.

Nadine

Merci à toutes les trois ! Quelle émotion de vous lire ! De se savoir enfin entourée, énorme !!!

Pour la banque jaune, j'y avais déjà pensé, mais j'avais peur que l'on prenne ça pour une sorte d'entourloupe, et que l'on me juge de mauvaise foi. J'y ai déjà eu un compte, si ça se trouve, il n'est même pas clôturé. Même si c'est le cas, ce n'est pas un problème. Je peux effectivement avant le 20 mars faire virer toutes mes ressources et y faire prélever mes charges courantes. Mais pour mars cela va être trop tard.

Le prélèvement de 76.22 EUR du révolving de ma banque est passé. Donc si je suis bien ce que vous me dites, il faudrait que j'aille à ma banque faire révoquer le prélèvement du deuxième révolving,  (le troisième se règle par chèque) et j'envoie  à ces deux créanciers un chèque de 76.22 EUR  pour qu'ils aient tous le même montant.

Par contre la dernière fois que j'ai voulu révoquer un prélèvement, celui d'un Fai d'où j'étais partie, le banquier m'avait fait tout un topo comme quoi c'était impossible, qu'il ne pouvait que faire opposition, ce que j'avais fait ...

Je vais demander un rdv en urgence à ma banque pour mardi (lundi -> closed), le prélèvement en question de 270 EUR doit se présenter le 10 ...

Pour l'association C...s, oui je crois qu'il y en a une à La Rochelle. Comme Coco 17, je suis charentaise, une vraie de vraie ! Je suis de Saintes.

A la base je voulais voir une AS de La rochelle, qui par le passé m'a beaucoup aidée. Outre ses compétences d'assistance sociale, elle a des connaissances juridiques solides mais pas de chance, elle était en vacances, sa secrétaire m'avait dit qu'elle me rappellerait à son retour, mais elle a oublié sans doute. Et moi, il fallait quand même que j'agisse et vite ...

Pendant toute une semaine durant, j'ai appelé la défense du consommateur de Saintes, sans succès, je laissais des messages sur le répondeur pour qu'on me rappelle, nada ... Mais un jour, j'ai enfin eu quelqu'un, et j'ai rendez-vous mardi prochain.

Et maintenant, je ne suis plus seule, vous êtes là, et ça me donne ce courage que vous m'insuflez, merci à vous ...


Nadine

Oups, merci Julia et Bisane, je n'avais pas encore lu vos messages ! Vous êtes vraiment sympas et très reactifs sur ce forum. Bravo pour ce que vous faites !

Nadine

Je suis en train de lire le billet de Bisane "vous n'arrivez plus à gérer votre budget".

La révocation des prélèvements se fait auprès des créanciers et non à la banque. Je sens que je vais beaucoup apprendre ici  ;)

ISI

Non, la révocation se fait auprès de la banque et on en avertit les créanciers. ;)
Nounou d'enfer!

l'indien

Bonjour Nadine

Dommage vous trouvez le site quelques semaines trop tard, il faut récupérer le coup vis a vis de la Banque de  France. Et vous servir du forum pour vous forger une opinion.

L'ambigüité des deux positions des personnes de la banque de France, peut venir d'une mauvaise compréhension, parce que il faut arrêter les prélèvements des créanciers mais pas sur les dépenses de la vie courantes, loyer EDF téléphone.... Peut importe maintenant on fait avec.

Je dis qu'il faut rattraper le coup vis à vis de votre gestionnaire, parce que quand le dossier est à l'étude votre gestionnaire devient votre ambassadeur, c'est lui qui va négocier à votre place l'étalement de votre désendettement. C'est récupérable je n'en doute pas.

Ce qui est important c'est d'arriver au début du plan avec des dépenses courante à jour et ensuite on organise le remboursement des dettes si c'est possible c'est à dire si vos dépenses courante payées vous pouvez assurer le remboursement des crédits.

Pour soutenir votre courage je vous fait un message personnel

Joël

bisane

Re, Nadine !

Dommage que vous nous découvriez un peu tard, dommage que n'ayez pu rencontrer l'AS (essayez de la voir quand-même), et dommage que vous n'ayez pas rencontré C.S avant.

Mais il n'est jamais trop tard !
- Ouvrez vite ce compte sain.
- Ils sont OBLIGES d'accepter les révocations ! Mais de toutes façons, ils ne vous feront pas de problème désormais... car les oppositions sont devenues gratuites !  ;)
- prenez RDV avec C.S, pour anticiper d'éventuelles embûches.

Outre Coco, il y a Met à La Rochelle, à qui je fais un MP de ce pas...
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

coco17

Oui il y a bien un C...S à La Rochelle Nadine et si besoin ,je travaille à la CPAM..si vous avez besoin de renseignements je suis à votre disposition en MP où je vous donnerai mes coordonnées ;)
J'ai toujours pensé que, tant que l'homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté.(Woody Allen)

cathy

Bonsoir Nadine

et bienvenue sur ce forum !

Ici vous n'aurez, et vous pouvez déjà le constater, que de bons conseils et un soutien moral sans faille !

votre parcours m'a remué...

bon courage !
"La vie est comme un arc-en-ciel : il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs" (Jules Renard)

celtic



Nadine bonjour,

Je me pose la question à savoir votre capacité de remboursement, combien avez-vous de créanciers?

car d'après les chiffres que vous citez  qui sont pas détaillés mais  mis en globalités, vous auriez 136 euros de capacité, et j'ai vu plus haut que vous comptiez régler un montant de 76,22 à chaque créanciers et j'ai peur que ce soit pas tenable pour vous.

celtic

N'ayez d'intolérance que vis-à-vis de l'intolérance. "

Hippolyte TAINE

met

Bonsoir Nadine,

Oui, je suis de la rochelle et bénévole au  c.s.  appelez dès mardi (c'est fermé le lundi) pour prendre rendez vous ! Vous aurez du soutien et beaucoup de conseils.

- ouvrez vite un compte à la bank jaune, je vous donne en mp le nom du conseiller qui m'avait reçu en juillet, quelqu'un de très gentil qui ne juge pas !

- vous révoquez tous vos prélèvements, et ne payez rien ce mois ci le temps de vous retourner, et dès le mois prochain voyez ce que vous pouvez verser, la meme somme à chacun ! Même si ce n'est que 5 ou 10 euros !

- et surtout, car cela va arriver, vous ne répondez pas au téléphone, car les créanciers sont très forts pour vous faire peur, rabaisser, etc... alors vous laissez sonner !

Vous n'êtes plus seule Nadine :) :-*

Oui oui bisane nous sommes bien des "rochelaises"  ;)



En haut