12 novembre 2019 à 07:31:33

Accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
Conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures recommandées et/ou imposées, PRP (Procédure de Rétablissement Personnel), commission de surendettement
Excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement

ATD suite à redressement fiscale de mon ex

Démarré par rabina, 21 octobre 2012 à 04:04:36

« précédent - suivant »

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

En bas

rabina

Bonjour,
Je me retrouve dans une situation très difficile suite à la réception d'un atd par mon employeur. Celui-ci bloque pour l'instant mes salaires car une opposition a été faite, mais cela risque de prendre du temps.
Mon ex a été redressé au titre des années 2008 et 2009 et à l'époque nous étions encore ensemble, donc je reste solidaire, lui est aujourd'hui insolvable.
Nous avons vu un avocat qui nous a dit que l'intégralité du redressement était contestable. Il travaille actuellement sur le dossier mais cela risque d'etre long.
Sur ses conseils, j'ai répondu au TP que je contestais l'atd et que nous enverrons dans les jours qui viennent la constestation du redressement fiscal. Ce courrier bloque pour deux mois l'atd, ce qui veux dire que pendant deux mois plus de la moitie de mon salaire est bloqué, MAIS cela risque également de durer pendant les négociations et au dela si le dossier est porté devant le Tribunal Administratif.
Le redressement porte sur 150 KE
Nous nous sommes séparés en 2011 et je suis retournée chez mes parents avec mes deux enfants.
En effet, avec mes crédits, et les frais de crèche importants, je m'étais donnée deux ans pour me refaire.
C'est à dire que mes deux enfants rentrent à l'école (rentrée de septembre 2012) et que je termine l'un de mes  trois crédits. Ce qui voulait dire qu'en Janvier 2013 je pouvais me prendre un appart et vivre convenablement avec mes deux bebes.
Cependant, fin aout j'ai recu l'atd; J'ai de bonnes relations avec mon ex, qui est autant perdu que moi, et lorsque nous sommes allés voir l'avocat, avant la réception de l'atd, je lui ai parlé de la désolidarisation, mais il nous a déconseillé en disant que c'était trop long, et qu'il valait mieux contester la dette :(
Mon employeur me dit qu'il est obligé  de conserver la part revenant au TP pendant encore deux mois, et surement plus si je n'ai aucune garantie à apporter aux impots.... ce qui veut dire qu'en novembre et décembre au moins, soit je paye mes crédits et dans ce cas je ne peux plus me rendre au traivail car il ne me restera plus rien, soit je vis avec ce qu'il me reste et je ne pourrais pas payer les crédits.
Mes parents ne peuvent que m'héberger malheureusement leur revenu est trop faible pour m'aider financierement
Je suis complètement perdue, mon dossier pourrait il etre recevable, je ne veux pas meler mes parents à ca
Car meme si la totalité du Redressement est contestable, il se peut que le TP ne veuille pas tout lacher, et pour avoir une main levée sur l'atd, il leur faudrait des garanties, mais nous n'avons plus rien.
J'envisage en fait de déposer un dossier à la bdf pour etre complétement libérer des impots.
Le fait que je sois hébergée pourrait il etre un obstacle ?
Que puis je faire d'autre ?
Merci de votre aide

Comailles

Bonjour et bienvenue Rabina,

Pourriez vous remplir ce tableau que l'on vous conseille au mieux ;)
https://forum-entraide-surendettement.fr/index.php?topic=2945.0

Le redressement est sur quel type d'impôt : revenus, fonciers.... ?
Quelle sommes devez vous aux impots?

Astian

21 octobre 2012 à 08:04:40 #2 Dernière édition: 21 octobre 2012 à 08:29:24 par astian »
Bonjour,

Je reprends ici un des posts auxquels j'ai répondu : même si la procédure est longue, elle vaut peut être le coût d'être tentée :

I - Fondements de la la demande en décharge de responsabilité : la procédure gracieuse.


A) Une procédure sans véritable encadrement du Juge...

Cette affirmation est une pure vue de l'esprit. Tout d'abord parce que sous l'empire de la législation précédente, la demande de décharge de responsabilité était une procédure gracieuse et qu'il était donc du pouvoir discrétionnaire de l'administration fiscale d'accorder ou non le bénéfice d'une remise gracieuse dans ce cadre.

Le critère principal de la décharge retenu par l'administration fiscale est l'existence d'une disproportion marquée entre le montant de la dette fiscale du couple et celui des revenus actuels du demandeur. Plus particulièrement, les comptables du Trésor ont été invités à examiner avec bienveillance les requêtes des épouses divorcées ou abandonnées, principalement si les intéressées ont un salaire modeste ou supportent de lourdes charges de famille.

L'instruction de la Direction de la comptabilité publique du 31 mai 1983, confirmant des directives antérieures, a prescrit « d'utiliser la possibilité d'accorder des décharges gracieuses de responsabilité toutes les fois où il apparaîtra que le conjoint mis en cause a, en réalité, été victime d'un comportement irresponsable de l'autre, qu'il n'a en rien été complice de ses fraudes éventuelles ou que sa situation actuelle est telle qu'il n'est pas à même de faire face à sa dette de solidarité ».

S'agissant d'une procédure gracieuse - qui ne découle pas d'un droit - celle ci n'est pas sujette au recours ni à la saisine du tribunal administratif, ni du juge de l'impôt. Quant à la saisine du Conseil d'Etat elle ne peut s'exercer que dans le cadre de la rectification d'erreur manifeste et non pas d'un point de droit.

B) Quel le législateur a souhaité refondre.

L'administration fiscale a longtemps été centrée sur ses procédures au détriment de l'usager. Dans un système déclaratif ce pouvoir exorbitant du droit commun était la contrepartie d'un système déclaratif. La demande en décharge de responsabilité à été conçue par le législateur afin que la solidarité entre époux définie par l'article 1685 du CGI ne soit inéquitable, au regard des déséquilibres pouvant exister postérieurement à une séparation dans la répartition des revenus. Cependant s'agissant d'une mesure gracieuse, elle restait emprunte de l'omnipotence de l'administration.

C'est ce que le législateur a souhaité réformer en instituant un véritable droit à décharge de l'obligation de paiement codifié au sein de l'article 1691 bis du CGI. Cette mesure est donc encadrée et soumise à l"appréciation des juges administratifs mais également à celle du Conseil d'État.

La contrepartie de l'existence d'un droit est l'existence de devoir.

On examinera les conditions d'octroi des droits définis au nouvel article 1691 bis du CGI.

II Le droit à décharge de l'obligation de paiement.

A) Le droit défini par l'article 1691 bis du Code Général des Impôts.

I. ― Les époux et les partenaires liés par un pacte civil de solidarité sont tenus solidairement au paiement :

1° De l'impôt sur le revenu lorsqu'ils font l'objet d'une imposition commune ;

2° De la taxe d'habitation lorsqu'ils vivent sous le même toit.

II. ― 1. Les personnes divorcées ou séparées peuvent demander à être déchargées des obligations de paiement prévues au I ainsi qu'à l'article 1723 ter-00 B lorsque, à la date de la demande :

a) Le jugement de divorce ou de séparation de corps a été prononcé ;

b) La déclaration conjointe de dissolution du pacte civil de solidarité établie par les partenaires ou la signification de la décision unilatérale de dissolution du pacte civil de solidarité de l'un des partenaires a été enregistrée au greffe du tribunal d'instance ;

c) Les intéressés ont été autorisés à avoir des résidences séparées ;

d) L'un ou l'autre des époux ou des partenaires liés par un pacte civil de solidarité a abandonné le domicile conjugal ou la résidence commune.

2. La décharge de l'obligation de paiement est accordée en cas de disproportion marquée entre le montant de la dette fiscale et, à la date de la demande, la situation financière et patrimoniale, nette de charges, du demandeur. Elle est alors prononcée selon les modalités suivantes :

a) Pour l'impôt sur le revenu, la décharge est égale à la différence entre le montant de la cotisation d'impôt sur le revenu établie pour la période d'imposition commune et la fraction de cette cotisation correspondant aux revenus personnels du demandeur et à la moitié des revenus communs du demandeur et de son conjoint ou de son partenaire de pacte civil de solidarité.

Pour l'application du présent a, les revenus des enfants mineurs du demandeur non issus de son mariage avec le conjoint ou de son union avec le partenaire de pacte civil de solidarité sont ajoutés aux revenus personnels du demandeur ; la moitié des revenus des enfants mineurs du demandeur et de son conjoint ou de son partenaire de pacte civil de solidarité est ajoutée à la moitié des revenus communs.

Les revenus des enfants majeurs qui ont demandé leur rattachement au foyer fiscal des époux ou des partenaires liés par un pacte civil de solidarité ainsi que ceux des enfants infirmes sont pris en compte dans les conditions définies à l'alinéa précédent.

La moitié des revenus des personnes mentionnées au 2° de l'article 196 ainsi qu'à l'article 196 A bis est ajoutée à la moitié des revenus communs du demandeur et de son conjoint ou de son partenaire de pacte civil de solidarité ;

b) Pour la taxe d'habitation, la décharge est égale à la moitié de la cotisation de taxe d'habitation mise à la charge des personnes mentionnées au I ;

c) Pour l'impôt de solidarité sur la fortune, la décharge est égale à la différence entre le montant de la cotisation d'impôt de solidarité sur la fortune dû par les personnes mentionnées à l'article 1723 ter-00 B et la fraction de cette cotisation correspondant à l'actif net du patrimoine propre du demandeur et à la moitié de l'actif net du patrimoine commun du demandeur et de son conjoint ou de son partenaire de pacte civil de solidarité.

Pour l'application du présent c, le patrimoine des enfants mineurs du demandeur non issus de son mariage avec le conjoint ou de son union avec le partenaire de pacte civil de solidarité est ajouté au patrimoine propre du demandeur ; la moitié du patrimoine des enfants mineurs du demandeur et de son conjoint ou de son partenaire de pacte civil de solidarité est ajoutée à la moitié du patrimoine commun ;

d) Pour les intérêts de retard et les pénalités mentionnées aux articles 1727,1728,1729,1732 et 1758 A consécutifs à la rectification d'un bénéfice ou revenu propre au conjoint ou au partenaire de pacte civil de solidarité du demandeur, la décharge de l'obligation de paiement est prononcée en totalité. Elle est prononcée, dans les autres situations, dans les proportions définies respectivement au a pour l'impôt sur le revenu, au b pour la taxe d'habitation et au c pour l'impôt de solidarité sur la fortune.

3. Le bénéfice de la décharge de l'obligation de paiement est subordonné au respect des obligations déclaratives du demandeur prévues par les articles 170 et 885 W à compter de la date de la fin de la période d'imposition commune.

La décharge de l'obligation de paiement ne peut pas être accordée lorsque le demandeur et son conjoint ou son partenaire lié par un pacte civil de solidarité se sont frauduleusement soustraits, ou ont tenté de se soustraire frauduleusement, au paiement des impositions mentionnées aux 1° et 2° du I ainsi qu'à l'article 1723 ter-00 B, soit en organisant leur insolvabilité, soit en faisant obstacle, par d'autres manoeuvres, au paiement de l'impôt.

III. ― Les personnes en situation de gêne et d'indigence qui ont été déchargées de l'obligation de paiement d'une fraction des impôts, conformément au II, peuvent demander à l'administration de leur accorder une remise totale ou partielle de la fraction des impositions mentionnées aux 1° et 2° du I restant à leur charge.

Pour l'application de ces dispositions, la situation de gêne et d'indigence s'apprécie au regard de la seule situation de la personne divorcée ou séparée à la date de demande de remise.

IV. L'application des II et III ne peut donner lieu à restitution.

B) De l'analyse du droit applicable.

L'analyse de l'article démontre l'existence de 3 conditions cumulatives :

1 - Rupture de la vie commune ;
2 - L'existence d'une disproportion marquée entre la dette fiscale du ménage et la situation financière et patrimoniale du demandeur
3-  Le respect par le demandeur de ses obligations déclaratives

Ce qui sous entend au cas d'espèce que Le bénéfice de la décharge de l'obligation de paiement est subordonné au respect des obligations déclaratives du demandeur au titre de l'impôt sur le revenu et de l'ISF, à compter de la date de la fin de la période d'imposition commune

En outre, la décharge de l'obligation de paiement ne peut pas être accordée lorsque le demandeur et son conjoint ou son partenaire se sont frauduleusement soustraits, ou ont tenté de se soustraire frauduleusement (exemple d'une déclaration manifestement erronée), au paiement de l'impôt sur le revenu, de la taxe d'habitation, ou de l'ISF, soit en organisant leur insolvabilité, soit en faisant obstacle, par d'autres manoeuvres, au paiement de l'impôt.

Sous entendu également, que le demandeur n'est pas profité directement ou indirectement de la situation créée par la fraude.

C) La forme de la demande.

Contenu de la demande

La procédure de décharge de responsabilité solidaire est applicable sur demande expresse de la personne poursuivie en responsabilité, dans laquelle elle :

   précise l'identification du demandeur ;
   précise la ou les impositions sur lesquelles porte la demande de décharge de responsabilité solidaire ;
   joint si possible des avis d'imposition ou l'avis de mise en recouvrement correspondant ;
   porte la signature manuscrite du contribuable ou de son mandataire.

Le demandeur doit fournir à l'appui de sa demande les éléments permettant au service de procéder à l'instruction de son dossier, sachant qu'il sera amené à communiquer les pièces permettant d'apprécier la réalité de la rupture de la vie commune et de sa situation financière et patrimoniale.

S'agissant des justificatifs afférents à la rupture de la vie commune, le demandeur doit notamment fournir :

   la copie du jugement de divorce ou de séparation de corps ;
   la copie de l'acte où la dissolution du PACS est mentionnée ;
   la copie de l'ordonnance de non-conciliation ;
   les éléments de preuve attestant de l'abandon du domicile conjugal ou commun.

S'agissant des justificatifs afférents à sa situation financière et patrimoniale, le demandeur doit notamment fournir :

   le détail de ses ressources à la date de la demande (bulletins salariaux, relevés bancaires du dernier trimestre,...) ;
   le détail des charges (avis d'imposition, quittances attestant du paiement du loyer, justificatifs attestant des charges correspondant à un emprunt immobilier, situation hypothécaire...) ;
   la composition de son patrimoine mobilier et immobilier (ex : pour les placements financiers : production des relevés de compte de titres, des relevés bancaires ; pour les biens immobiliers : évaluation récente et fiable).

Lorsque le demandeur est domicilié à l'étranger, il doit désigner un lieu d'élection de domicile en France.
Formalités

Selon les articles 382 bis et suivants nouveaux du Code général des impôts, la demande en décharge de responsabilité doit être adressée au Directeur départemental des finances publiques du lieu d'établissement des impositions concernées ou, s'agissant d'impositions et de pénalités recouvrées par un service à compétence nationale, au Directeur chargé de ce service. Elle est appuyée de toutes les justifications nécessaires à l'appréciation de la situation financière et patrimoniale, nette de charges, du demandeur.

L'autorité administrative se prononce alors dans un délai de 6 mois à compter de la date de sa réception sur la demande de décharge de responsabilité. Ce délai peut être prorogé dans la limite de 3 mois après information du demandeur par lettre simple.
Lorsque l'administration demande la production de pièces complémentaires nécessaires à l'instruction de la demande, le délai d'instruction est suspendu jusqu'à la date fixée pour produire les pièces requises. Toutefois, la production de ces pièces avant l'expiration du délai fixé met fin à cette suspension.
Contentieux judiciaire

Si aucune décision n'a été prise dans les délais impartis ou lorsque la décision, notifiée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception, ne lui donne pas satisfaction, le demandeur doit, à peine de forclusion, porter l'affaire devant le tribunal compétent dans le délai de 2 mois à compter :

   soit de la date d'expiration du délai dans lequel l'administration devait prendre position ;
   soit de la date de notification de la décision prise sur la demande en décharge.

La procédure ne peut, à peine d'irrecevabilité, être engagée avant ces dates.

Le demandeur ne peut soumettre au juge des pièces justificatives autres que celles qu'il a déjà produites à l'appui de la demande de décharge de responsabilité qu'il a présentée au directeur départemental des finances publiques ou au directeur en charge du service à compétence nationale, ni invoquer des faits autres que ceux exposés dans cette demande.

Enfin, pour la partie restant à sa charge le demandeur peut introduire une demande gracieuse. ( III de l'article 1691 bis )

Pour aller plus loin suivre le lien suivant




"Fais preuve de gentillesse envers tous ceux que tu rencontres, leur combat est peut-être plus dur que le tien."

Platon et Zorah par délégation...

lilinne

bonjour

vous pouvez peut être demander des pauses mensualités sur les crédits
certains acceptent pour un mois d'autres pour deux ou trois mois

Persévérance

Bonjour,

Le fait d'être hébergé n'est pas en soi un obstacle à un dossier de surendettement.
Je vais finir par réussir à essayer d'arriver de ne plus paniquer dans le vide

nounours

votre dossier de surendettement sera examiné en fonction de deux critères :

- votre bonne foi
- votre situation de surendettement ou non

remplissez le tableau pour que nous vous aidions :-*
j'ai arrêté de rêver et pourtant j'y crois encore

En haut