23 Septembre 2020 à 21:05:37

Conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures imposées, RP (Rétablissement Personnel), commission de surendettement
Accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
Excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement

Walkingdettes - lettre (roman?) de saisine

Démarré par Walkingdettes, 01 Août 2017 à 17:17:39

« précédent - suivant »

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Walkingdettes

01 Août 2017 à 17:17:39 Dernière édition: 01 Août 2017 à 18:09:03 par Walkingdettes »
voilà, je vous transmets la lettre (je n'arrive pas à faire "copier-coller", je l'ai donc attachée.

Je sais, qu'elle est trop longue,  mais je n'arrive pas à synthétiser...  :o ???

"Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut." (George Bernard Shaw)

Caren

C'est en effet un peu long !  ;D


Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionné à l'art. 711-1 et suivant du Code de la consommation.

En effet, je suis actuellement dans l'impossibilité de faire face à mes dettes.

Depuis le 1er septembre 2003 je suis en CDI auprès de...., en tant qu'Assistante de Direction trilingue, employée surtout pour un de leurs clients, un  financier germanophone.
Depuis quelques mois je ne sais plus si je pourrai garder mon emploi, mon « patron » se trouve de plus en plus souffrant et souhaite m'embaucher en tant qu'assistante personnelle, mais sans les tracas administratives, surtout sans payer l'indemnité mais on me demande quand-même de démissionner - somme toute une situation stressante hormis le fait que je fait depuis toujours des horaires complètement anormaux, ça peut aller jusqu'à 22h00 et plus.

Depuis janvier 2004 je suis séparée. Une séparation difficile, et à cause d'une maison en commune, mon ex-mari ne me donnait que l'allocation familiale monégasque (il était à la Sûreté Publique)  mais pas de pension, donc en tout env 450.--  jusqu'au jugement en 2010, puisque de mon côté je ne pouvais plus participer aux remboursements des crédits immobiliers.

D'un premier appartement meublé et bancale dans un quartier de Beausoleil désagréable pour les enfants, on a déménagé en 2005.

Déjà, j'ai toujours eu du mal à gérer correctement mon budget, mais sous la pression de devoir m'installer de A à Z (pas de meubles du domicile conjugale), plus les frais des déménagements (2 en tout) et de vouloir compenser les souffrances de mes enfants (nés en 1992 pour ma fille et 1995 pour mon fils, donc assez jeunes au moment de la séparation) plus une dépression qui se faisait de plus en plus ressentir, ont renforcé mon inaptitude à faire usage de mes ressources de manière cohérente.

Les frais de soins et thérapies pour mon fils, atteint de troubles du développement qui ont été apparentés au syndrome d'Asperger, et qui n'étaient pas remboursés, notamment une tentative de scolarisation dans un établissement privé, n'ont rien arrangé.

Un petit soulagement pendant 2 ans ½ lorsqu'il a été reconnu handicapé auprès de la MDPH et j'ai pu obtenir une AEEH de la CAF (2012 jusqu'en été 2015), mais depuis qu'il est passé en Pôle d'Adulte, on a tout coupé et lui ne voulant plus se sentir stigmatisé donc ne plus compter comme « handicapé », je n'ai pas insisté à faire appel.

Puis le dernier déménagement à Nice en 2010 (on était à Beausoleil avant) pour scolariser mon fils dans un établissement semi-privé (Ecole Saint Vincent De Paul) afin qu'il puisse sortir du cercle SegPa qu'on lui avait destiné à l'éducation nationale de Monaco, malgré un QI au-dessus de la norme, mais juste différent... et aussi pour rapprocher les enfants de leur père qui habitait à Villefranche.

Celui-ci est parti au début de sa retraite - octobre 2011 - dans le Gers avec sa nouvelle femme, je n'ai donc plus eu l'allocation familiale - puisqu'en tant qu'Allemande je n'y ai pas droit à Monaco, même en tant que chef de famille.

Jusqu'il y a env. 7 ans je pouvais améliorer mes fins de mois avec des extras, m'occuper des appartements des clients, travailler les WEs où les enfants étaient chez leur père (contre une petite rémunération supplémentaire), mais la fameuse crise de 2008  s'étant faite ressentir - ou plutôt servant de prétexte à supprimer les extras ainsi que les augmentations de salaire, ont commencé à m'enfoncer de plus en plus.

Il a réussi son BacProGEstA en 2016 après beaucoup de tergiversations, mais depuis il se trouve inscrit u Pôle Emploi et à la mission locale, évidemment sans aucune aide financière, puisqu'il n'a que 21 ans. Et il n'y a pas moyens de le convaincre de faire une formation supplémentaire.

Depuis 3 semaines il a (enfin) une mission intérim à Monaco - auprès de la SMA en tant que balayeur (pour dire, qu'il ne rechigne pas devant des tâches peu gratifiantes, malgré les commentaires dépréciatifs de son père !) - je ne sais pas encore, combien il gagnera, c'est pour cela que je n'ai pas mis ses revenues.

Ma fille est partie à la rentrée 2014 pour les études à Lille et puis à Bruxelles, et je lui ai versé quasi la totalité de la pension alimentaire, donc 1'100.-- jusqu'au mois dernier d'ailleurs, où le père a décidé en vue de ma situation précaire, de lui faire le virement directement.(elle en aura encore pour 2 ans d'études), -( le virement qu'il devrait me faire pour le garçon, serait pratiquement identique aux complément à virer par moi à notre fille, donc il lui vire la totalité).

En fin décembre 2015 j'ai  réussi à faire un rachat de mes dettes, qui devait me permettre de souffler un peu en diminuant mes remboursements mensuels d'env 1700.-- à 927.--.

Mais sans amélioration de mon salaire, les charges, impôts et frais de vie  augmentant, plus les dépannages effectués auprès de ma fille, qui se trouve dans la situation difficile de devoir gérer un budget avec des études coûteuses demandant beaucoup de matériel (les métiers du tissu),  m'ont amené de puiser de nouveau dans des crédits (qui n'ont pas été clôturé malgré mes lettres de remboursement après le rachat, sollicitant la résiliation des contrats, c'était donc trop facile et tentant !) - toujours en me disant, je rembourserai un plus petit et puis je vais trouver un deuxième job (que je cherche depuis deux ans, mais à mon âge, ce n'est pas facile, et puis, vu qu'il y a tant de jeunes qui cherchent, j'ai presque des scrupules !).

Je reconnais me sentir très honteuse de m'être mis dans une situation pareil avec un salaire de 3'083.--.

Mais actuellement, les remboursements mensuels de mes crédits s'élèvent à 1'887.--, avec des charges de 2'033 - (en plus, comme j'ai pu voir lors d'une simulation, mes impôts ont augmentés et je vais avoir des paiements supplémentaires d'environ 1'000.--) - je ne pourrais même pas déménager, déjà mon loyer est assez bas pour la région, mais même si je trouverais (pas évident avec mes quittances toujours en retard), je ne pourrais pas financer un déménagement, avec la caution, des loyers d'avance, les frais de déménagement !.

Ne pouvant plus faire face, et deux propositions de rachat des deux organismes auprès desquelles j'ai les crédits les plus importants refusés,  j'ai dû révoquer les prélèvements pour les crédits, afin de pouvoir assurer les paiements du loyer et des charges courantes, en envoyant des lettres en RAR demandant des règlements par virement et selon mes moyens actuels.

Je dois reconnaître qu'il ne me reste plus d'autre recours que de faire appel à votre commission et me remettre à votre bienveillance  afin de m'aider à trouver une solution qui corresponde à ma situation actuelle.

Je me tiens à votre entière disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.

Je vous remercie de votre attention et je vous prie d'accepter Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

Walkingdettes

oh, merci Caren, déjà mis en clair, et pourtant, il manquent deux points importants... - j'ai remplacé la lettre  ;D 8)
"Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut." (George Bernard Shaw)

Caren

Citation de: Walkingdettes le 01 Août 2017 à 18:08:28
j'ai remplacé la lettre

Euh... comment ça remplacé ? C'est pas la pièce jointe qui est à modifier !

bisane

A 1ère vue, c'est encore BEAUCOUP trop long...  :P
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

Walkingdettes

Bonjour,


Dslée, je n'ai pas pu revenir avant.


Caren, Bisane, je vais essayer de raccourcir, mais je n'ai pas trop les pensés clairs - et puis, ce n'est pas ma langue maternelle :/ ... en plus pression au travail....


"Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut." (George Bernard Shaw)

Walkingdettes


Bonjour,

J'ai raccourci de presque un tiers - en me faisant violence 😩, est-ce quelqu'un aura le courage et la gentillesse de me donner un coup de main, un immense merci à l'avance 🙂:

Par la présente
, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionné à l'art. 711-1 et suivant du Code de la consommation.

En effet, je suis actuellement dans l'impossibilité de faire face à mes dettes.

Depuis le 1er septembre 2003 je suis en CDI auprès de ......................., en tant qu'Assistante de Direction trilingue, employée surtout pour un de leurs clients, qui compte s'arrêter bientôt et ma boîte m'a annoncé ne pas me garder au-delà., malgré une maîtrise en droit allemand et mon expérience, vu mon âge, je crains donc pour l'avenir.
J'ai commencé avec un salaire net d'env 1950.-- et actuellement j'ai 3'083.--.

Depuis janvier 2004 je suis séparée. Jusqu'au jugement en 2010, mon ex-mari ne payait pas de pension mais donnait juste l'allocation familiale monégasque.

D'un premier appartement meublé et bancale dans un quartier de Beausoleil désagréable pour les enfants, on a déménagé en 2005, toujours à Beausoleil.Les frais d'installation (pas de meubles du domicile conjugale) et de vouloir compenser les souffrances de mes enfants (nés en 1992 pour ma fille et 1995 pour mon fils, donc assez jeunes au moment de la séparation) plus une dépression qui me plombait, ont renforcé moninaptitude à faire usage de mes ressources de manière cohérente.

Les frais de soins et thérapies pour mon fils, atteint de troubles du développement qui ont été apparentés au syndrôme d'Asperger, notamment une tentative de scolarisation dans un établissement privé, ont pu être été comblés de 2012 à 2015,  mais depuis qu'il est passé en Pôle d'Adulte, on ne reçoit plus rien.

Le déménagement à Nice en 2010 pour scolariser mon fils dans un établissement semi-privé (Ecole Saint Vincent De Paul) afin qu'ilpuisse sortir du cercle SegPa qu'on lui avait destiné à l'éducation nationale de Monaco, malgré un QI au-dessus de la norme, mais juste différent... et aussi pour rapprocher les enfants de leur père qui habitait à Villefranche.

Celui-ci est parti au début de sa retraite - octobre 2011 - dans le Gers, je n'ai donc plus eu l'allocation familiale - puisqu'en tant qu'Allemande je n'y ai pas droit à Monaco, même en tant que chef de famille.

Jusqu'il y a env. 7 ans je pouvais améliorer mes fins de mois avec des extras, m'occuper des appartements des clients, travailler les WEs où les enfants étaient chez leur père (contre une rémunération supplémentaire), mais la fameuse crise de 2008  s'étant faite ressentir - ou plutôt servant de prétexte à supprimer les extras ainsi que les augmentations de salaire, et j'ai commencé à m'enfoncer de plus en plus.

Ma fille est partie à la rentrée 2014, pour les études à Lille et puis à Bruxelles, et je lui ai versé quasi la totalité de la pension alimentaire, donc 1'100.-- jusqu'au mois dernier d'ailleurs, le père a décidé en vue de ma situation précaire, de lui faire le virement directement.

Dans ma première relation depuis la séparation fin 2014/2015 avec ce qu'il est convenu d'appeler un pervers narcissique, j'ai laissé beaucoup de plumes, aussi sur le plan matériel.

Fin décembre 2015 j'ai réussi à faire un rachat de mes dettes, qui devait me permettre de souffler un peu en diminuant mes remboursements mensuels d'env 1700.-- à 927.--. Mais sans amélioration de mon salaire, les charges, impôts et frais de vie augmentant, et l'échec de trouver un deuxième job, m'ont amené de puiser de nouveau dans des crédits (qui n'ont pas été clôturé malgré mes lettres de remboursement après le rachat, sollicitant la résiliation des contrats, c'était donc trop facile et tentant !).

Actuellement, les remboursements mensuels de mes crédits s'élèvent à 1'887.-- (pour un endettement de 75'485.--), plus des charges de 2'033 - (puis une augmentation des impôts en vue et impossibilité de financer un déménagement en moins cher), je ne peux donc plus faire face. Deux propositions de rachat des deux organismes auprès desquelles j'ai les crédits les plus importants refusésj'ai doncrévoqué les prélèvements pour les créditsen envoyant des lettres en RAR demandant des règlements plus adapté à mes moyens actuels afin de faire face aux charges courantes.

Jedois reconnaître qu'il ne me reste plus d'autre recours que de faire appel à votre commission et me remettre à votre bienveillance  afin de m'aider à trouver une solution qui corresponde à ma situation actuelle.

Je me tiens à votre entière disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.

Je vous remercie de votre attention et je vous prie d'accepter Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.


"Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut." (George Bernard Shaw)

agathe

Vous pouvez faire beaucoup mieux, supprimez tous les détails inutiles allez à chaque fois à l'essentiel, dites vous que de toute maniere c'est ce que fera votre lecteur, les faits les chiffres et c'est tout.

Smilysoul


Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionné à l'art. 711-1 et suivant du Code de la consommation.

En effet, je suis actuellement dans l'impossibilité de faire face à mes dettes.

Séparée depuis 2004, mon ex-mari n'a assuré le paiement de pension qu'à compter d'un jugement datant de 2010.

Il m'a fallu durant ces années assurer le bien-être de mes enfants notamment les frais de soins et thérapies pour mon fils, atteint de troubles du développement qui ont été apparentés au syndrôme d'Asperger.
Ma fille est partie à la rentrée 2014 pour continuer ses études et je lui ai versé la quasi la totalité de la pension alimentaire soit 1100 euros jusqu'au mois dernier d'ailleurs, où le père a décidé en vue de ma situation précaire, de lui faire le virement directement.

Depuis le 1er septembre 2003 je suis en CDI auprès de ......................., en tant qu'Assistante de Direction trilingue, employée surtout pour un de leurs clients, qui compte s'arrêter bientôt et ma boîte m'a annoncé ne pas me garder au-delà., malgré une maîtrise en droit allemand et mon expérience, vu mon âge, je crains donc pour l'avenir.

Actuellement, mon salaire est de 3083 euros, les remboursements mensuels de mes crédits s'élèvent à 1887 euros plus des charges de 2033 euros pour un endettement de 75 485 euros.

Vous constaterez que dans l'état actuel des choses je ne peux honorer mes créanciers sans mettre en péril l'équilibre financier de mon foyer.

Je ne pourrai pas m'en sortir de cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.

Je me tiens à votre entière disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.

Je vous remercie de votre attention et je vous prie d'accepter Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.
L'espérance est un risque à courir.
Georges Bernanos

Walkingdettes

Oui, Agathe, je sais, ça a toujours été mon problème! même en Allemand, pas trop grave pour les entortillages juridiques pendant mes études, puis c'est différent aussi, mais pour le reste...

et puis

woooowwwwhhh, je suis épatée! Merci Smiling Soul, trop gentil (comme quoi, une fois sur l'écran, ça paraît tellement évident et facile... ça m'encourage à faire des cours de rédaction...  :D bbbo bbbo )

j'y vais donc demain, pas besoin de RDV à Nice, j'ai appelé!  xxl! xxl! xxl! xxl! xxl! xxl!
"Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut." (George Bernard Shaw)

bisane

Très menues modifications :


Par la présente, je sollicite le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionné à l'art. 711-1 et suivant du Code de la consommation.

En effet, je suis actuellement dans l'impossibilité de faire face à mes dettes.

Séparée depuis 2004, mon ex-mari n'a assuré le paiement d'une pension qu'à compter d'un jugement datant de 2010.

Il m'a fallu durant ces années assurer le bien-être de mes enfants, notamment les frais de soins et thérapies pour mon fils, atteint de troubles du développement qui ont été apparentés au syndrome d'Asperger.
Ma fille est partie à la rentrée 2014 pour poursuivre ses études et je lui ai versé la quasi la totalité de la pension alimentaire, soit 1100 euros, jusqu'au mois dernier, son père ayant décidé, au vu de ma situation précaire, de lui faire le virement directement.

Depuis le 1er septembre 2003 je suis en CDI auprès de ......................., en tant qu'Assistante de Direction trilingue, employée surtout pour un de leurs clients, qui compte s'arrêter bientôt et mon employeur m'a annoncé ne pas me garder au-delà. Malgré une maîtrise en droit allemand et mon expérience, vu mon âge, je crains donc pour l'avenir.

Actuellement, mon salaire est de 3083 euros, les remboursements mensuels de mes crédits s'élèvent à 1887 euros plus des charges de 2033 euros pour un endettement de 75 485 euros.

Vous constaterez que dans l'état actuel des choses je ne peux honorer mes créanciers sans mettre en péril l'équilibre financier de mon foyer.

Je ne pourrai pas m'en sortir de cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.

Je me tiens à votre entière disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.

Je vous remercie de votre attention et je vous prie d'accepter Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

Walkingdettes

merci Bisane, c'est très gentil,

c'est vraiment une bénédiction, votre forum et votre dévouement :)
"Une banque vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il pleut." (George Bernard Shaw)