19 août 2019 à 08:39:19

Accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
Conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures recommandées et/ou imposées, PRP (Procédure de Rétablissement Personnel), commission de surendettement
Excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement

Courtier en rachat de crédits : un métier d'avenir ?

Démarré par bisane, 28 novembre 2010 à 11:52:15

« précédent - suivant »

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

En bas

bisane

Ce forum met régulièrement en garde contre le rachat de crédits (autrement dénommé restructuration des dettes, regroupement de crédits...), qui se présente trop souvent comme un miroir aux alouettes, une attrape-couillonsmouches, une solution en trompe l'oeil !
Une solution qui, trop souvent, en tout cas quand l'endettement est déjà excessif, consiste à maintenir (voire enfoncer) la tête sous l'eau...

Or, sauf à être dans une situation de surendettement avéré, une telle restructuration pourrait représenter une véritable bouée de sauvetage !

J'en vois d'ici certains bondir sur leurs chaises ou fauteuils, et se demander si leur ordinateur a été ensorcelé, ou plus simplement si l'âne a tourné casaque...  >:D
Que nenni !

Ce billet est inspiré par une conversation que j'ai eue hier avec le pragmatique Joël, qui m'a susurré à l'oreille que parfois on comprenait bien un problème en inversant le raisonnement, laquelle conversation fait suite à cette réponse.
Je m'y efforce, donc !

A quoi sert un rachat de crédit ?
A les regrouper, donc, en obtenant des taux d'intérêts plus faibles, et des mensualités réduites.
Cette démarche me semble comporter 2 pièges majeurs :
- taux d'intérêts plus faibles, mais étalés dans le temps, avec un coût final souvent exorbitant
- les mensualités sont certes réduites.... le sont-elles suffisamment ?
  --> si oui, le risque est d'être tenté de ré-emprunter
  --> si non, le risque est d'être pris à la gorge au moindre pépin
Joël, qui est comme l'âne, et radote un peu, invite quant à lui à se poser constamment cette question : qu'en est-il de ma capacité d'épargne, aussi minime soit-elle ?
Retrouver une petite bulle d'oxygène devrait inciter à se constituer une épargne, aussi réduite qu'elle soit, ce qui est rarement le cas !

Comment est-il fait ?
Assez simplement.... Les différents crédits sont remboursés, un nouveau contrat est signé, qui devrait regrouper tous les crédits en cours (ce qui est loin d'être toujours le cas...), et voilà !

Et c'est là que le fameux courtier pourrait se montrer inventif... sachant que cela lui demanderait bien évidemment beaucoup plus de boulot, mais pourrait aussi augmenter ses commissions !  ;D

Sauf restructuration quand les moyens sont là (un regroupement peut en effet être intéressant s'il contient un prêt immobilier à taux variable, par exemple), et que celle-ci vise essentiellement à baisser, pour le coup, le taux d'intérêt, la majorité des rachats se font avec de plus ou moins nombreux prêts conso, et surtout des revolvings, et vise essentiellement et prioritairement à faire baisser les mensualités.
Or, comme il est expliqué dans ce billet : Crédit Revolving et Contrat / taux d'intérêt / prêt classique (amortissable), la plupart de ces crédits peuvent être attaqués, soit sur leur éventuelle forclusion, soit parce que leurs contrats ou renouvellements ne respectent pas strictement la loi, et qu'en conséquence ils peuvent faire l'objet d'une déchéance du droit aux intérêts.

Rappel :
- si le délai de forclusion est atteint (en particulier si augmentation de réserve sans avenant) : la dette n'est plus dûe
- si déchéance du droit aux intérêts, les intérêts ne sont plus dûs, et ça peut chiffrer vite !

L'âne batifole, vous dîtes-vous, mais où veut-il en venir ?

Eh bien il veut en venir à ceci :
Si avant un rachat de crédit chaque crédit est dûment étudié, épluché, retourné dans tous les sens, il peut, au mieux être dénoncé (pour une des 2 raisons ci-dessus), au pire être négocié, lors du remboursement, pied à pied !

Et alors ?
Ben... cela signifierait que le rachat pourrait se faire dans des conditions "saines", en ayant éliminé toutes les scories de dettes légalement indues !
Ce qui diminuerait largement, dans la plupart des cas, le montant de celles-ci !  >:D
Et reconnaissez avec moi que si au moment du rachat le montant dû passe de 70 000 à 50 000 €, ça change un tout petit peu la conjoncture !  ;D

Mais encore ?
Eh bien, il faudrait inventer un nouveau métier.
Celui d'un courtier en rachat qui ne penserait pas seulement à toucher sa commission le plus rapidement possible en "négociant" avec des créanciers trop contents de se débarrasser de dossiers dont ils pressentent qu'ils pourraient rapidement devenir litigieux.

Et il ressemblerait à quoi, ce nouveau courtier ?
Ben... à un financier mâtiné de juriste, capable de vraiment examiner chaque dossier et chaque contrat.
Un courtier un peu moins pressé de toucher sa commission, mais qui pourrait en percevoir une plus grosse.
Raisonnement par l'absurde proche de la pensée de la médecine chinoise, qui ne se fait payer que tant que le "malade" éventuel reste en bonne santé :
- prendre des commissions sur les sommes effacées du rachat (vous avez gagné 10 000 €, vous m'en payez 1 500)
- diminuer la commission globale sur les sommes restant dûes, et donc sur le rachat lui-même


Plaise au Grand Manitou que ce billet puisse créer des vocations !  >:D
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

MARRAINE02

29/11/10

Bonsoir Bisane,

Merci pour ce billet " étonnant " !

Vous êtes sûre Bisane que vous n êtes pas "débordée " voire malade ?

Ou alors je n ai pas tout compris ?!

BONNE NUIT

BON COURAGE

MARRAINE02
A BIENTOT

bisane

CiterVous êtes sûre Bisane que vous n êtes pas "débordée " voire malade ?

Si, si ! L'âne frise le burn out !  >:D
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

mamanrom

Mais non bisane t'a pas pétais un plomb tu crois en l'avenir et tu as l'espoir de voir apparaitre une nouvelle espesce de courtier RESPONSABLE utopie??? Peut être ou pas....

Comailles

Je ne me souvenais plus de ce fil ;)

Cela me donne des idées de reconversion professionnelles ;D ;D ;D

Sérieusement, je partage à 100% ce point de vue ;)

gilaux

28 août 2012 à 18:46:44 #5 Dernière édition: 28 août 2012 à 18:56:47 par Comailles »
Bonjour,
Moi je travail dans le domaine du rachat de crédit et je ne comprends pas pourquoi vous dites tout cela. Vous avez raison d'une part mais d'autre part c'est pas forcément une mauvaise chose, souvenez vous bien qu'on ne vit qu'une seule fois! faut-il se priver des choses qu'on pourrait faire sur notre courte vie? Etre endettez c'est pas bon, mais payer ses dettes par petites tranches c'est simple et efficace sur le long terme. Bon à chacun son choix.
Bonne continuation


Lien supprimé

Comailles

Le dossier  Bdf est le rachat de crédits au taux le plus intéressant ;)

La vie est courte?
Oui, mais il y a tellement d'autre façon d'en profiter......

bisane

A chacun son choix, en effet !
Et si vous saviez le nombre de personnes sur le forum qui déposent un dossier de surendettement après un rachat (et se retrouvent d'autant plus en difficulté !), vous comprendriez mieux nos réticences....  ;)
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

celtic

Citermais payer ses dettes par petites tranches c'est simple et efficace sur le long terme. Bon à chacun son choix.


Actuellement

le taux d'un rachat va voisiner entre 6,5 et 9% un dossier de surendettement  0 à -2% >:D
Le long terme avec un dossier  sera toujours  moindre que le rachat  :P
N'ayez d'intolérance que vis-à-vis de l'intolérance. "

Hippolyte TAINE

En haut