14 octobre 2019 à 03:44:20

Accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
Conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures recommandées et/ou imposées, PRP (Procédure de Rétablissement Personnel), commission de surendettement
Excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement

problèmes de prélèvements avec Syn-Cof - risques ???

Démarré par Dominic, 13 juin 2018 à 21:52:44

« précédent - suivant »

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

En bas

Dominic

13 juin 2018 à 21:52:44 Dernière édition: 14 juin 2018 à 08:53:30 par Caren »
Bonjour - dans la série des problèmes avec les sociétés de recouvrement de créance qui gèrent désormais les plans de surendettement, j'ai quelques démêlés avec ce groupe pour deux créances (crédits). Oublions les contacts téléphoniques particulièrment désagréables ("mauvais payeur", "on va s'informer auprès de votre employyeur par téléphone", "parano"etc.

Je passe sur le détail du chaos des prélèvements des derniers mois depuis novembre 2017. (et des sommes de dus jamais précisément justifiés envoyées par courrier).

Syn début avril entretien tel ou on s'engueule très vite, puis message sur mon portable dans les minutes qui suivent, chargé de reproches et me traitant d'excité, avec annonce d'une augmentation conséquente de la somme due ("j'ai tous les éléments du dossier sous les yeux"). La même somme m'est réclamée par courrier postal plus tard dans le mois, le 24 avril, sans aucune explication ni justification détaillée. Sans règlement avant le 2 mai blabla procèdera à la résiliation. Lettre évidemment reçue avec un bon délai d'acheminement postal (donc après le 2).
Depuis, rien.

De son côté Cof (en fait la même société même adresse) a cessé sans raison de prélever sur mon compte bancaire, et j'ai reçu une lettre le 27 mars "vous avez souhaité l'arrêt des prélèvements. Je vous confirme avoir fait le nécessaire et vous invite à envoyer votre mensualité par chèque pour le 05 au plus tard" Bien entendu je n'ai rien demandé de tel !



En accord avec ma banque, j'ai envoyé à la dame de Syn par mail le courriel suivant le 27 avril

"Madame,

Après vérification des opérations SYN-COF sur les écritures de mon compte bancaire, nous vous adressons ce jour 27 avril 2018 par voie postale :

1) un chèque de banque de 370.32€
- pour régularisation des 6 mensualités EX REVOLVING MON BQ contrat aaaaaaaa, 50.73€, pour lesquelles SYN-COF n'a présenté à ma banque aucun prélèvement SEPA à partir de novembre 2017 jusqu'à avril 2018 inclus (mandat pourtant "actif");
- pour régularisation de la mensualité PRET PERSONNEL contrat xxx, 65.94€, pour laquelle SYN-COF n'a présenté à ma banque aucun prélèvement en avril 2018 (mandat SEPA pourtant "actif").

2) un chèque de banque de 116.67€ couvrant les mensualités de MAI 2018 de EX REVOLVING MON BQ (50.73€) et PRET PERSONNEL (65.94€).

Je vous serais obligé d'en prendre bonne note et de m'accuser réception de ces deux chèques de banque.

Nous vous adressons d'autre part copie de l'émission du chèque de banque de 50.73€ en date du 28 février 2018, suivant votre demande d'envoi d'un chèque dans votre courrier postal en date du 3 février 2018."


Je suis donc à ce jour parfaitement en règle. Je précise que je ne peux émettre de chèque ordinaire, ai droit à la carte MAestro, et que les chèques de banque sont limités à deux oar mois, tout virement m'est inerdit, et facturé si nécessaire. Donc pas d'autre choix que de regrouper les sommes.


Courrier de Cof en date du 25 mai, avec détail des sommes dues (2761, réglé 349.84, indemnités de retard 4.05, vous nous devez au total 2416.03, prochain prél. au 10.06 50.73). Hic, je n'ai pas réglé 349.84, une simple addition suffit à voir quel b... Est leur compta.

Dernier épisode. J'ai bien entendu envoyé un nouveau chèque de banque pour les deux zozos au début de juin, et nous maintenons l'opposition à leurs prélèvements. Donc à ce jour parfaitement en règle de toutes mes mensualités chez eux et ailleurs.


Je reçois en courriel à mon ADRESSE PROFESSIONNELLE à l'université que je n'ai jamais communiquée (et syn cof jusque là communiquait - rarement - sur mon adresse privée."un prélèvement de 50.73eqt en cours de représentation sur votre compte - bien entendu "le responsable de votre dossier" (sans nom)

Risque qu'ils soient en train de concocter une saisie attribution sur mon traitement de fonctionnaire ? Comme ils m'en avaient menacé par tél. ? Peut-on faire une saisie légale - et donc déclarer le plan caduc - alors que toutes les mensualités sont honorées ???

bisane

Bonjour !

Quelle histoire !


Vous dîtes avoir maintenu l'opposition aux prélèvements. Pourquoi ? Les en avez-vous informés ?


Ces dettes avaient-elles été jugées ?
Si ce n'est pas le cas, il faut passer par la case tribunal avant d'opérer toute saisie.


Et j'ai déplacé votre fil dans la "bonne" section...
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

bisane

Et j'ai trouvé la réponse à cette question sur l'autre fil sur lequel vous avez posté. Merci de rester sur celui-ci désormais...


Citation de: bisane le 14 juin 2018 à 06:58:29Vous dîtes avoir maintenu l'opposition aux prélèvements. Pourquoi ?

Citation de: Dominic le 13 juin 2018 à 19:07:46j'ai vu passer deux prélèvements de la même mensualité début mai à quelques jours d'intervalles.

Ca ne répond pas à la suivante : les avez-vous informés ?
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

Dominic

Pour l'autre problème, voici, résumé

Bonjour, après une période de cafouillage des NtCxxx, cet hiver et évidemment des lettres de dénociation de plan, plus un chèque de banque encaissé n'importe comment, tout semblait normal, le relevé demandé par AR indiquait juste une mensualité manquante (qui fut prélevée en même temps que le transfert postal de lerur relevé). Surprise, sans aucune raison, j'ai vu passer deux prélèvements de la même mensualité début mai à quelques jours d'intervalles. Ce qui m'a rogné le budget BDF pour d'autres prélèvements. N'arrivant pas à voir où était le hic, on a décidé avec ma banque de laisser passer ce prélèvment, trop tard, mais ne plus autoriser qu'un prélèvement par mois, compte sous contrôle. Pour le reste de mon dossier et les exploits d'autres Sociétés de recouvrement et rachats de créance, je cherche le bon fil
PS je refuse désormais tout appel téléphonique (le plus souvent surtaxé, avec soit engueulade soit téléphone raccrorché) - et règleme,nt par chèque de banque privilégié quand ça cafouille dur. Ils mettent du temps à encaisser, n'accusent pas réception, etc., mais voient bien que la banque (il ya signature du responsable) a les yeux sur leurs magouilles.

Dominic

merci bisane - réponse aux questions
pas de jugement de tribunal, juste un plan de surendettement déposé en février 2014, refusé par un seul 'petit) créancier les cartes Castoche, puis imposé par la BDF , début fin mai 2015, fin en 2022. Cela fait au moins un ou deux transfert de créance depuis le début du plan initial. après un premier flottement des SEPA à leur instauration, tout s'est bien passé jusqu'à cet hiver, pour la majorité des recouvreurs, avec ces prélèvements. Pas eu le temps de relire tout de suite le plan BDF définitif, mais non, pas de jugement tribunal.
Non j'ai cessé de communiquer avec les deux organismes, on a droit au tel surtaxé avec soit engueulade soit téléphone non joignable soit raccroché. Il ya eu des lettres AR pour demander le relevé exact des mensualités, avec rappel de leurs errements   il ya deux- 3 mois, avec des montants ne correspondant pas exactement pour les derniers prélèvments. Après contrôle avec ma banque des opés sur le compte, faites, non présentées, nous avons régularisé par chèque de banque et décidé de ne payer que par ch de banque chaque mois tant que je n'aurai pas las certitude d'un prélèvement en bonne et due forme -surtout que comme je l'explique dans un autre post, ma situation professionnelle est à haut risque dans les prochains mois. D'après ma banque, seuls font foi les opérations ordonnées, et je suis en règle en cas de contentieux (il est probable d'ailleurs qu'ils auraient alors affaire au servic juridique de ma banque). Je pense que par sécurité je vais envoyer un AR juste pour rappeler que suite à leurs b... successifs, je règle jusqu'à nouvel ordre les mensualités x et y par chèque de banque et que mon compte est sous contrôle.

Dominic

14 juin 2018 à 16:44:34 #5 Dernière édition: 15 juin 2018 à 01:37:54 par Dominic »
Situation pro : Porfesseur affecté en université à titre définitif sur poste profilé, par nomination ministérielle en 2003, j'ai vu se déchaîner contre moi un harcèlement au travail depuis 11 ans, suscité poar des collègues qui cherchaient peut-être (???!) à libérer la place et pouvoir recruter localement, dans le cadre de l'autonomie des universités. Bref, je passe sur les classiques des procédés, j'ai eu droit aussi aux tentatives de retrait de salaire et de mise en congé maladie psy, à des poursuites (de part et d'autre, et le bilan est
- 8 ans de service de cours non fait (non attribué, attribué en cours de soutien dans une salle vide sans public sans mobilier pendant 3 ans, 3 années sans fiche de service, pas de bureau, pas d'existence sur les listes, etc.). Ces joyeusetés ont entrainé en raison de brutaux frais judiciaires le passage à la case BDF.

L'urgence est maintenant que, suite à ma demande d'un bilan de compétence, mon DRH (pas mon sup hiérarchique) m'a expliqué qu'il ne pourrait plus dissimuler pour la cour des comptes et cie le "service fictif" et que l'université cessera de verser mon traitement pour la prochaine année universitaire - sauf départ en retraite anticipée ou retour au travail avec mes "tortionnaires" (avec lesquels je suis en procès pour harcèlement donc impensable). Cela veut dire que d'ici 2 -4 mois ??? mon compte en banque sera désormais vide, et sans droit au chômage, sans assurance, sans couverture maladie, sans de quoi bouffer et chauffer etc., car cas particulier de la fonction publique d'état. A ce jour pas de solution viable, la DRH m'oublie depuis deux mois, alors que je devais avoir un CR écrit et le servicie organisé en mai. La procédure de partie civile a été enclenchée ce semestre, mais mon avocate ne suit QUE la procédure.

Je termine une thèse que je rends cet été et suit une formation en ce sens  etc. assez couteuse par ailleurs (dont danse). La question est faut-il vider son compte chaque mois en prévision d'un arrêt de traitement (pour l'instant uniquement oral et virtuel) ou plutôt continuer jusqu'à ce que tout à coup rien ne soit versé (et donc avoir une preuve pour la BDF) Il est évident que si j'arrête maintenant, le plan est dénoncé, et ce sans raison "papier" à objecter, comme me l'a expliqué une personne au TP¨.

Avis  ??? Merci !

PS bien entendu la mutation n'existe pas pour un prof du supérieur, et les postes ... inexistants ou très demandés, avec des limites d'âge implicites.

En haut