projet de lettre BDF de jojonico 64

Démarré par jojonico64, 11 mai 2014 à 20:00:21

« précédent - suivant »
En bas

jojonico64

11 mai 2014 à 20:00:21 Dernière édition: 11 mai 2014 à 20:07:42 par jojonico64 »
bonjour,
je vous soumets ma lettre pour la Bxx en souhaitant que vous puissiez la lire et me proposer des corrections...


Par la présente, nous sollicitons le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation.
En effet, nous nous retrouvons actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à nos dettes.
Historique : depuis septembre 2000, nous disposions de quatre crédits renouvelables (Cxxxxx, x, Rxxxxxxxx, Pxxxx  et Fxxxxxx), « réserves » que nous utilisions en fonction de nos besoins.
En juillet 2006, notre endettement s’élevait à 12 500 € environ (montant des échéances : 390 € par mois).
Entre juillet 2006 et juillet 2009, Monsieur étant militaire en poste en Pxxxxxx Fxxxxxxxxx (salaire moyen de 4 000 € par mois) et suite aux remboursements à un rythme accéléré sans utilisation des « réserves », l’endettement global a été ramené à 4 000 € environ (montant global des échéances : 355 € par mois).
De retour en métropole en août 2009, les revenus de Monsieur ont diminué très sensiblement : le salaire moyen mensuel perçu entre août 2009 et mars 2010 s’est élevé à 2 750 €.
Nous avons utilisé nos économies personnelles (environ 30 000 €) pour louer une voiture pendant deux mois et payer notre voiture, avancer les frais de déménagement, acheter de l’habillement, un ordinateur portable et une imprimante, téléphones et abonnements SFR, du mobilier et appareils ménagers, luminaires, ainsi que pour payer les frais d’agence et la caution du futur logement.
En septembre 2009, nous avons emménagé dans une maison (T3 ancien non meublé). Ayant épuisé nos économies, nous avons utilisé le disponible des « réserves » pour acheter du mobilier intérieur et financer des travaux d’aménagement du garage par crainte d’inondation (00 m3 provenant du garde-meubles y étaient entreposés depuis notre retour d’outre-mer).
En mars 2010, notre endettement s’élevait à 8 500 € environ (montant des échéances : 400 € par mois).
En avril 2010, atteint par la limite d’âge et placé en retraite d’office (pension mensuelle : 1 916.10 €), Monsieur signe un volontariat de 5 ans au titre de la réserve opérationnelle au sein de la Dxxxxx nxxxxx (maximum de 110 jours par an – estimation du salaire moyen sur 10 mois par an : 990 € par mois).
Las, compte tenu des restrictions d’emploi du personnel militaire réserviste, les contrats annuels signés d’avril 2010 à mars 2014 ont été irréguliers dans leur durée (détail en pièce jointe à mes revenus). L’apport financier au titre de cette période a été de xx x00 € (moyenne de 637 € par mois œuvré).
D’avril 2010 à mai 2011, nous avons réalisé des travaux en extérieur d’un montant de 2 400 € financés avec les « réserves ». Endettement fin mai : 11 500 € environ (montant des échéances : 520 € environ).


De juin 2011 à janvier 2013, nous avons contracté deux crédits renouvelables (Cxxxxxx et Fxxxx) et obtenu une augmentation des autres « réserves » pour faire face aux dépenses liées aux biens d'équipement et frais imprévus (détails de l’utilisation faite des crédits en pièce jointe au dossier).
En janvier 2013, désespéré et pensant repartir à Tahiti pour changer de vie (pension majorée de 75 %, possibilité de continuer la réserve opérationnelle – salaire indexé), Monsieur a obtenu un prêt personnel de 12 000 € auprès de Fxxxx ; il a rapidement abandonné cette utopie et a finalement utilisé ce prêt pour gérer le quotidien.
Fumeur (coût : 100 € par mois), Monsieur est devenu addictif aux jeux xxx (120 € par mois en 2014).
Sa préoccupation majeure étant d'honorer les prélèvements bancaires chaque mois, Monsieur reconnait ses erreurs et son entêtement, à tort, de vouloir s'en sortir sans aide. Monsieur a finalement informé Madame de la situation critique dans laquelle nous nous sommes retrouvés.
Le bilan de la situation financière établi le 14 avril dernier avec le conseiller financier de la Bxxxxx pxxxxxxx qui nous a confirmé l’impossibilité d’effectuer une opération de rachat global des crédits et l'étude du dossier avec l’aide de l’association Cxxxxxx, nous ont bien évidemment, démontré le contraire.
Notre situation actuelle est la suivante :
Monsieur perçoit une pension de retraite mensuelle militaire de 20xx,xx € à laquelle s’ajoute le salaire de Dxxxxx nxxxxxx (environ 250 € par mois jusqu’en décembre 2014). Je précise qu’à ce jour, je n’ai pas confirmation d’un contrat d’emploi pour l’année 2015.
Madame, sans diplôme, s’est consacrée à l’éducation de nos trois enfants de 1xxx à 2xxx. Opérée deux fois en xxxxx (ablation complète d’un rein et partielle de l’autre rein) est totalement prise en charge à 100% par la sécurité sociale). Madame est toujours restée « mère / épouse » au foyer.
Nous avons réduit toutes les charges courantes possibles (forfaits téléphoniques, abonnements, assurance). Monsieur a résilié son abonnement à la Fxx et va entreprendre un sevrage tabagique avec l’aide du médecin traitant. Nous avons également réduit l’alimentaire et l’habillement.
Enfin, nous avons proposé à tous les créanciers par lettre du xxxxxxx une échéance de contact de xx € en attendant la suite des événements.
A ce jour, l'ensemble de nos revenus s'élève donc à 2 2xx,xx€.
Nos charges mensuelles nettes sont de 19xx.xx€, auxquelles s’ajoutent les échéances des crédits qui se montent à 1 5xx.xx € et un découvert bancaire, pour une dette globale de 56 000 € environ.
Vous constaterez que dans l'état actuel des choses nous ne pourrons pas nous sortir de cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Nous nous en remettons donc à votre bienveillance afin de nous aider à trouver une solution qui puisse correspondre à notre situation actuelle et nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.
Nous vous remercions de votre attention, et vous prions d'accepter, Madame, Monsieur, l'expression de nos salutations distinguées.

BRUYERE

Voici une première proposition : j'ai quelque peu "élagué" car il y avait trop de détails..

Par ailleurs, c'est dans la lettre qu'il faut au maximum donner les détails de l'utilisation de vos crédits et des imprévus qui vous ont amené à repiocher dans les réserves .

Et une question : si vous êtes locataires, comment se fait-il que ce soit vous qui ayez financé tous ces travaux ?


Par la présente, nous sollicitons le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation.
En effet, nous nous retrouvons actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à nos dettes.

Depuis septembre 2000, nous disposions de crédits renouvables dont les mensualités correspondaient à nos possibilités financières.
Notre situation a commencé à se dégrader en 2009 ,lorsqu'à notre retour en France après 3 ans en poste en Polynésie  Française , il nous a fallu faire face à de nombreux frais de réinstallation et ce alors que le salaire de Monsieur diminuait très sensiblement, passant de 4000 EUR à 2750 EUR.

L'utilisation de nos économies personnelles n' ayant  pas suffi à payer la location puis l'achat d'un véhicule, régler les frais d'agence et la caution de notre nouveau logement, le meubler en totalité et financer également des travaux d'aménagement du garage afin de pallier des risques d'inondation, nous avons alors eu recours à ces réserves.

En avril 2010, atteint par la limite d'âge et placé en retraite d'office, avec une pension  mensuelle de 1 916.10 EUR, Monsieur signe un volontariat de 5 ans au titre de la réserve opérationnelle au sein de la Dxxxxx nxxxxx, espérant ainsi  percevoir un revenu complémentaire d'environ 990 EUR mensuels.
Malheureusement, en raison des restrictions d'emploi du personnel militaire réserviste, les contrats annuels signés d'avril 2010 à mars 2014 ont été irréguliers dans leur durée et l'apport financier au titre de cette période n' a été que de 637 EUR en moyenne par mois oeuvré.

d'avril 2010 à mai 2011, nous avons réalisé des travaux en extérieur d'un montant de 2 400 EUR ,(lesquels ?) toujours financés avec les « réserves ». 

Puis, de juin 2011 à janvier 2013, nous avons contracté deux nouveaux  renouvelables  et obtenu une augmentation des autres « réserves » pour faire face aux dépenses liées aux biens d'équipement et frais imprévus (à expliquer) qui finissent de déséquilibrer notre budget.

En janvier 2013, désespéré et pensant repartir à Tahiti pour changer de vie et bénéficier de conditions matérielles avantageuses  (pension majorée de 75 %, possibilité de continuer la réserve opérationnelle - salaire indexé), Monsieur obtient un prêt personnel de 12 000 EUR auprès de Fxxxx , mais abandonne rapidement cette utopie et utilise finalement  ce prêt pour gérer le quotidien.

Tous ces crédits peu à peu accumulés ont fini par rendre très difficile notre gestion.
Un bilan financier établi avec notre conseillère financière, ainsi que les conseils de l'association Crésus nous ont enfin décidé à déposer un dossier de surendettement.

Notre situation actuelle est la suivante :
Monsieur perçoit une pension de retraite mensuelle militaire de 20xx,xx EUR à laquelle s'ajoute le salaire de Dxxxxx nxxxxxx (environ 250 EUR par mois jusqu'en décembre 2014).
A ce jour, il n' y a encore aucune confirmation d'un contrat d'emploi pour l'année 2015.
Madame, sans diplôme, s'est consacrée à l'éducation de nos trois enfants.
L'ensemble de nos revenus s'élève donc à 2 2xx,xxEUR.
Nos charges mensuelles nettes sont de 19xx.xxEUR, auxquelles s'ajoutent les échéances des crédits qui se montent à 1 5xx.xx EUR et un découvert bancaire, pour une dette globale de 56 000 EUR environ.

Afin de reprendre en mains notre budget, nous avons réduit toutes les charges courantes possibles (forfaits téléphoniques, abonnements, assurance), diminué les postes nourriture et habillement et résilié notre abonnement à la Fxx.
Par ailleurs Monsieur va entreprendre un sevrage tabagique avec l'aide du médecin traitant, ainsi qu'un arrêt des jeux auxquels il avait commencé à développer une addiction ces derniers mois, la suppression de ces 2 postes entraînant environ 240 EUR mensuels d'économies.
Enfin, nous avons proposé à tous les créanciers par lettre du xxxxxxx une échéance de contact de xx EUR .

Vous constaterez que dans l'état actuel des choses nous ne pourrons pas nous sortir de cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Nous nous en remettons donc à votre bienveillance afin de nous aider à trouver une solution qui puisse correspondre à notre situation actuelle et nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.
Nous vous remercions de votre attention, et vous prions d'accepter, Madame, Monsieur, l'expression de nos salutations distinguées.

Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

jojonico64

12 mai 2014 à 00:14:49 #2 Dernière édition: 12 mai 2014 à 00:51:55 par jojonico64 »
re bonsoir, je viens de répondre et j'ai fait une fausse manip qui a effacé tout le texte. je recommence car j'ai gardé le brouillon

une question : si vous êtes locataires, comment se fait-il que ce soit vous qui ayez financé tous ces travaux ?
réponse :Venu poser deux prises électriques manquantes dans le séjour, le propriétaire nous a clairement dit que nous pouvions faire ce que nous voulions car il ne ferait rien de son côté pour améliorer le logement qui est ancien. Nous avons l’exemple de notre voisin à qui il loue une villa et qui se plaint régulièrement à mon épouse de ce que ce propriétaire ne veut rien faire … même si tout part en lambeaux (plafond, combles, toiture, etc… comme je suis un bricoleur éclairé et que nous nous sommes attachés à cette bicoque… et nous n’avons que cela pour nous occuper la tête et les mains… sans autre activité extérieure (loisirs, sport ou autre sortie (vu notre situation précaire).
autre commentaire :
Très bonne question ! Pour répondre à cela, il faut remonter aux années 1994 / 1996 où nous étions propriétaires d’une villa près de Bandol que nous avons dû vendre pour « liquider » un premier dossier de surendettement dont je n’ai plus d’archives (je me souviens d’un prêt à taux exorbitant et autres prêts pour des modifications complémentaires de la construction existante…).
Question : faut-il en parler dans la lettre ? je n’ai plus que des souvenirs enfouis dans la mémoire et seulement la date de vente de la maison…
-------------------------------------------
Pour ma lettre, voici les réponses :
D’avril 2010 à mai 2011, nous avons réalisé des travaux extérieurs : clôture (grillage usagé entourant le jardin de 1000m2, plantations de haies (absence de protection coté route très passante), crépi et peintures extérieures pour diminuer les infiltrations d’humidité, achats divers (karcher pour nettoyer la toiture pleine de mousses, tondeuse pour la pelouse, portail ancien renforcé par des panneaux en plexiglas pour éviter l’arrivée d’eau de pluie provenant de la route, serre pour les plantes), dalles pour la terrasse (pour éviter la boue devant le séjour) d’un montant total de 2 400 €

Puis, de juin 2011 à janvier 2013, nous avons contracté deux nouveaux  renouvelables  et obtenu une augmentation des autres « réserves » pour faire face aux dépenses liées aux biens d'équipement et frais imprévus : modification des gouttières extérieures, réalisation d’un caniveau devant le portail (trois inondations du garage en oct 2009, dec 2011 et oct 2012), isolation des combles (déperdition de chaleur et humidité au plafond), remplacement de plus de trente tuiles anciennes datant des années 50 (et peut-être aussi certaines cassées lors du nettoyage au karcher de la toiture exposée au nord).
Imprévus : remplacement en février 2013 du frigo HS, réparation de l'ordinateur en nov 2012 :150€, reliquat à charge 399€ suite au changement de lunettes en mars 2013.
A noter qu’à partir de juin 2011, l’endettement étant trop important, il nous est devenu nécessaire d’utiliser le disponible des « réserves » pour équilibrer le budget familial.
-----------------------------------------------------------------------------
Merci de bien vouloir m’aider, car à vouloir être précis je me perds dans les détails… cela fait deux semaines que je passe à chercher les éléments de réponse (heureusement que j’ai une trace dans les archives des « comptes personnels » mais qui remontent qu’à 2000 environ…
je reste en attente d’une réponse car le temps presse pour déposer le dossier et les créanciers se manifestent… pour ne pas me manquer, je ne prévisualise pas la réponse.A plus, amicalement, jojonico

bisane

Ca le semnble encore un peu long...
J'essaie de revenir demain...
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

jojonico64

12 mai 2014 à 09:45:34 #4 Dernière édition: 12 mai 2014 à 09:49:03 par jojonico64 »
bonjour,
je vous remercie de m'avoir répondu à une heure aussi tardive, j'en suis estomaqué... quel bonheur de se savoir soutenu à toute heure... merci.


pour la lettre, j'ajouterai bien ceci au titre du patrimoine  (écrit sans forme précise, cela reprend le seul document - copie de l'acte en préparation - que nous avons reçu en janvier 2006 et sans autre suite donnée après signature de l'accord de représentation donnée à la soeur de Madame coohéritiére ):


ayant vendu la maison nous ne disposons plus de patrimoine en propre. Monsieur n'a plus de parents.


Par contre, lors du décès du père de Madame le 02/09/2005, le notaire a établi en 2006 un acte  comme quoi le père ayant fait donation de son vivant au profit de son épouse le 22/02/1985, ... Évaluation de la maison 100 000 € dont moitié à chaque époux ou sa succession est de 50 000€.
récapitulation des évaluations : biens communs , la valeur transmise en pleine propriété est de 50 000 €
paragraphes figurant dans la copie de l'acte reçu :
Héritiers : laissant pour habiles à se dire et porter héritières ensemble pour le tout, ou chacun divisément pour moitié : sauf à tenir compte des droits du conjoint survivant la mère et ses deux enfants
Qualités héréditaires :
la mère a la qualité d'épouse commune en biens, donataire et bénéficiaire de l'usufruit de la totalité des biens du défunt en vertu de l'article 757 du CGI de mr (mari)
et ses deux enfants habiles à se dire et porter héritières de leur père
aux termes de cet acte, en application de l'article 757 du CV, le conjoint survivant a déclaré opter pour l'usufruit de l'universalité des biens meubles et immeubles composant la succession.
en résumé et à notre connaissance, la mère de Madame ne peut ou ne veut rien faire du vivant de la mère qui fait ce qu'elle veut...
-------------------------------------------------------
question : Faut-il en parler ?
A plus et merci

bisane

Selon les principes évoqués dans ce billet : Principes de rédaction de la lettre de saisine de la commission de surendettement, la lettre de saisine doit permettre une appréhension rapide de votre situation.
Si vous mettez trop de détails dans cette dernière, le résultat est trop touffu (voire confus) pour que ce soit le cas.

Tous  les détails importants, tels que ceux contenus dans votre dernier message, sont à détailler dans les sections réservées du dossier, en y ajoutant éventuellement des notes.




Par la présente, nous sollicitons le bénéfice de la procédure de traitement des situations de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation.
En effet, nous nous retrouvons actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à nos dettes.

Depuis septembre 2000, nous disposions de crédits renouvelables dont les mensualités correspondaient à nos possibilités financières.
Notre situation a commencé à se dégrader en 2009, lorsqu'à notre retour en France après 3 ans en poste en Polynésie  Française, il nous a fallu faire face à de nombreux frais de réinstallation, ainsi que la location puis l'achat d'un véhicule, ce alors que le salaire de Monsieur diminuait très sensiblement, passant de 4000 EUR à 2750 EUR.

En avril 2010, atteint par la limite d'âge et placé en retraite d'office, avec une pension  mensuelle de 1 916.10 EUR, Monsieur signe un volontariat de 5 ans au titre de la réserve opérationnelle au sein de la Dxxxxx nxxxxx, espérant ainsi  percevoir un revenu complémentaire d'environ 990 EUR mensuels.
Malheureusement, en raison des restrictions d'emploi du personnel militaire réserviste, les contrats annuels signés d'avril 2010 à mars 2014 ont été irréguliers dans leur durée et l'apport financier au titre de cette période n' a été que de 637 EUR en moyenne par mois oeuvré.

Nous avons par la suite, notre bailleur ne réalisant pas des travaux pourtant indispensables, dû nous résoudre à emprunter pour les réaliser nous-mêmes (clôture, réfection de la toiture, travaux d'isolation et de mise hors risque d'inondation de notre garage, etc.). Nous avons par ailleurs dû assumer des frais liés au remplacement d'équipements ménagers indispensables, ainsi que des frais de lunetterie importants.

En janvier 2013, nous avons espéré repartir à Tahiti pour bénéficier de conditions matérielles plus avantageuses  et avons contracté un prêt personnel de 12 000 EUR auprès de Fxxxx. Nous avons cependant abandonné ce projet illusoire et avons finalement utilisé ce prêt pour ne pas aggraver nos impayés et assainir notre situation.

Tous ces crédits peu à peu accumulés ont fini par rendre très difficile notre gestion.
Un bilan financier établi avec notre conseillère financière, ainsi que les conseils de l'association Crésus nous ont enfin décidé à déposer un dossier de surendettement.

Notre situation actuelle est la suivante :
Monsieur perçoit une pension de retraite mensuelle militaire de 20xx,xx EUR à laquelle s'ajoute le salaire de Dxxxxx nxxxxxx (environ 250 EUR par mois jusqu'en décembre 2014).
A ce jour, il n' y a encore aucune confirmation d'un contrat d'emploi pour l'année 2015.
Madame, sans diplôme, s'est consacrée à l'éducation de nos trois enfants.
L'ensemble de nos revenus s'élève donc à 2 2xx,xxEUR.
Nos charges mensuelles nettes sont de 19xx.xxEUR, auxquelles s'ajoutent les échéances des crédits qui se montent à 1 5xx.xx EUR et un découvert bancaire, pour une dette globale de 56 000 EUR environ.

Afin de reprendre en mains notre budget, nous avons réduit toutes les charges courantes possibles (forfaits téléphoniques, abonnements, assurance), diminué les postes nourriture et habillement et résilié notre abonnement à la Fxx.
Par ailleurs Monsieur va entreprendre un sevrage tabagique avec l'aide du médecin traitant, ainsi qu'un arrêt des jeux auxquels il avait commencé à développer une addiction ces derniers mois.
Enfin, nous avons proposé à tous les créanciers par lettre du xxxxxxx une échéance de contact de xx EUR .

Vous constaterez que dans l'état actuel des choses nous ne pourrons pas nous sortir de cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Nous nous en remettons donc à votre bienveillance afin de nous aider à trouver une solution qui puisse correspondre à notre situation actuelle et nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.
Nous vous remercions de votre attention, et vous prions d'accepter, Madame, Monsieur, l'expression de nos salutations distinguées.
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

jojonico64

bonjour,
je vous remercie d'avoir bien voulu reprendre la lettre de saisine. je vais bien assimiler le texte. Je vais la reprendre à mon compte et je vous présenterai la lettre définitive après les modifications mineures que je serai amené à faire  (exemple : remplacer "Tahiti" par "Polynésie française", ...
je vais également regarder un modèle de lettre pour accompagner mes chèques de "contact.
La jaune me proposant un livret populaire, je chercherai aussi combien peut-on laisser sur un compte bancaire à la jaune (insaisissable) je crois que c'est pour une personne 410 EUR mais pour un couple, je ne sais pas [/size]?A plus car je vais travailler.cordialement, jojonico

jojonico64

23 mai 2014 à 11:50:02 #7 Dernière édition: 23 mai 2014 à 11:55:44 par jojonico64 »
bonjour,
voici, à toutes fins utiles, la lettre envoyée à BDF :
----------------------------------------------------
Je, soussigné xxxxxxxxxxxxxxxxxdemeurant à xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx, téléphone xxxxxxxxxxxxxxx, demande à bénéficier de la procédure de traitement des situations          de surendettement mentionnée aux articles L. 331-1 et suivants du Code de la consommation.
Cette demande est justifiée par le fait que nous ne pouvons plus faire face à nos dettes.
En 2009, après avoir passé trois ans en poste en Polynésie française, il nous a fallu faire face à de nombreux frais de réinstallation malgré un salaire diminué de 1 300 euros.
Nous avons dû acheter un véhicule, régler tous les frais inhérents à une location (caution + premier loyer) et à l’ameublement de celle-ci, ainsi qu’à des travaux d’aménagement du nouveau logement.
Nous avons alors utilisé toutes nos économies et puisé dans les réserves d’argent des crédits existants pour faire face à ces frais.
En 2010, placé en retraite d’office, mes revenus ont été à nouveau revus à la baisse en passant de 2 xxxxxeuros à 1 xxxxxx euros.
Suite à ma mise à la retraite, j’ai signé un xxxxxxxxxxxx de x ans au titre xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx, espérant ainsi percevoir un revenu complémentaire d'environ 9xx euros par mois.
Malheureusement, en raison des restrictions d’emploi , les contrats annuels signés depuis avril 2010 ont été irréguliers dans leur durée et l’apport financier au budget familial a été de 270 euros par mois de 2010 à 2014.
A ce jour, il n'y a encore aucune confirmation d’un contrat d’emploi pour l’année 2015.
A partir de 2012, nous avons souscrit de nouveaux crédits consommation pour faire face au quotidien et régler en temps voulu les échéances. Nous étions à jour de toutes nos dettes jusqu’au mois dernier grâce à l’utilisation des réserves d’argent de ces crédits.
Croyant gagner le gros lot, je me suis mis à jouer et ai fini par développer une addiction que je regrette vivement et pour laquelle j’ai résilié mon abonnement xxx internet.
Fumeur, j’entreprends un sevrage tabagique avec l’aide de mon médecin traitant.
Ces décisions devraient générer une économie mensuelle de xxx euros.
Nous avons revu à la baisse chaque poste de charges courantes qui pouvait l’être.
Nous sommes bien conscients de devoir payer nos dettes, mais malgré tous nos efforts nous nous retrouvons dans une situation inextricable.
C’est pourquoi nous faisons appel à la Banque de France pour nous aider à trouver une solution.
Nous nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire utile au bon déroulement de la procédure.
Nous vous prions d'accepter, Madame, Monsieur, l'expression de nos salutations distinguées.
--------------------------------------------
j'y ai ajouté deux justificatifs en mode lettre sur les travaux exécutés et sur mes revenus complémentaires à la pension.
je verrai bien ce qui va se passer et je vous en informerai aussitôt. Merci de votre soutien et à bientôt.
nota (à toutes fins utiles) : s'agissant du montant insaisissable sur compte bancaire, j'ai lu que c'était celui du RSA donc 499 € quelque soit la sit familiale... 

BRUYERE

Si le dossier est déposé, merci de revenir sur votre fil d'origine et de nous donner la date exacte .. ;) ;)
Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

En haut