11 août 2020 à 20:09:30

Nouvelles:

Ce site est destiné à archiver les fils inactifs du Forum Entraide Surendettement.
Retourner au forum d'aide aux surendettés actif


La Crise des banques est finie

Démarré par jomaric, 20 février 2010 à 00:39:19

« précédent - suivant »
En bas

jomaric

La crise a-t-elle bien eu lieu ? Est-ce que nous n'avons pas fait un rêve collectif complètement abstrait ? À peine, le système bancaire venait-il d'être sauvé par les gouvernements que leurs dirigeants s'affichaient dans des séminaires particulièrement onéreux à Miami pour les Américains, alors que les banquiers français parlaient déjà de bonus à redistribuer sur le dos du contribuable... Où est la décence ? Où est l'humilité, voire l'autocritique ? Où sont passées les promesses des dirigeants du G20, les 20 pays les plus riches, de réorganiser et de moraliser le système financier ? Un paradis fiscal a-t-il été fermé ? Les pratiques bancaires ont-elles été modifiées ? Que nenni, la cupidité la plus immorale s'est à nouveau imposée comme la règle, la norme.

Qu'importe l'opinion publique, qu'importe le qu'en dira-t-on, qu'importe. Les banques se sont sauvées et affichent de nouveau des profits à faire pâlir certains chefs de gouvernements. Et là, le bât blesse cruellement. La frilosité des Anglo-Saxons quant à la proposition du président français, Nicolas Sarkozy, sur la moralisation du capitalisme, a permis l'impensable, l'inimaginable ! Les banques, et notamment celles de la City de Londres, s'attaquent aux pays d'Europe réputés les plus faibles comme le Portugal, l'Irlande, l'Italie la Grèce, l'Espagne, auxquels ces banquiers sans scrupule ont donné un acronyme, les Piigs (pig, signifiant cochon)...
Faute de la mise en place d'un pourtant promis Conseil international sur la stabilité financière, ces 5 pays sont au bord de la banqueroute, attaqués qu'ils sont par les traders anglo-saxons qui leur proposent des prêts à des taux prohibitifs pour les ruiner plus rapidement. Du coup, ces pays doivent adopter des plans de rigueur drastiques et forcément impopulaires sous peine de perdre leur crédibilité et leur solvabilité sur le marché international.
Car la mondialisation, c'est cela aussi. Tout le monde vit en interdépendance. Le chômage explose, les délocalisations vont s'accélérer, les pays européens s'affaiblissent toujours un peu plus chaque jour. S'il faut désigner un coupable, osons le dire, les agences de notation très laxistes avec les banques et leurs avoirs toxiques, hier, sont aujourd'hui sans pitié avec des pays qui pourtant ont contribué en s'endettant plus que de raison à sauver le système bancaire international.
La gratitude n'est pas le genre de la maison chez les banquiers. Les clients individuels le savent bien, eux qui reçoivent des coups de téléphone intempestifs parfois même sur leur lieu de travail dès qu'un découvert de quelques euros pointe à l'horizon ! L'Europe n'a toujours pas de réalité politique, ni économique malgré l'euro, la banque européenne, et le marché commun...
Une fois les pays d'Europe les plus faibles ruinés, à qui les banques vont-elles s'attaquer ? Qui sera le prochain pays à subir la loi des tyrans de la finance internationale ? À quand une loi sur ces comportements de voyous qui exacerbent les tensions et qui font de notre monde, un volcan prêt à exploser ? Le temps presse sinon nos lendemains pourraient s'annoncer des plus sombres.
Raymond Aquila

bisane

Jomaric, vous pourriez citer votre sourse ?
Merci !
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...


En haut