Accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
Conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures recommandées et/ou imposées, PRP (Procédure de Rétablissement Personnel), commission de surendettement
Excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement
02 avril 2020 à 22:46:53
Nouvelles:

Ce site est destiné à archiver les fils inactifs du Forum Entraide Surendettement.
Retourner au forum d'aide aux surendettés actif

2eme chance pour le surendettement?

Démarré par rosie, 04 janvier 2013 à 17:12:44

« précédent - suivant »
En bas

rosie

article trouvé sur association surendettement :'(

Ceci est un coup de gueule, mais aussi un appel. La situation des surendettés en France est totalement délirante, et l'attitude générale face à ce problème est d'une hypocrisie qui confine à l'aveuglement.
Qui est victime du surendettement ? Des personnes qui perdent leur emploi, qui subissent un « accident de la vie », un deuil, une maladie. L'ont-ils choisi ? Non. D'autres vivent cette situation parce qu'ils ont commis des erreurs de parcours, parce qu'ils ont vécu à un moment donné « au-dessus de leur moyen » ou parce qu'ils ont « rêvé trop haut ». Parce pour beaucoup, être raisonnable c'est se contenter de « survivre » au quotidien, sans plaisir ni fantaisie, même modeste. Cro-Magnon savait faire cela, et encore, il faudrait lui demander son avis... Est-ce encore enviable dans une société comme la nôtre ? Certains médias s'acharnent même à nous faire avaler que c'est là « le secret du bonheur »... Pouf pouf, n'ont qu'à commencer par le faire eux-mêmes...
Aujourd'hui, être surendetté, c'est être économiquement et socialement mort : si vous rentrez dans le cadre d'un plan de surendettement, on vous laisse à peine de quoi survivre et vous êtes condamné à grossir les rangs de ceux qui finissent le mois au restau du cœur, et ce pour des années, voire des décennies qui semblent longues, très longues. Si vous n'entrez pas dans le cadre, vous êtes condamné à renoncer à toute forme de projet et de rêve jusqu'à la fin de vos jours : saisi des rémunérations « ad vitam aeternam », aucune possibilité de s'inscrire dans un futur un peu meilleur, ou de faire des projets.... Les animaux s'accommodent très bien de cela. Est-ce souhaitable pour l'humanité du 21ème siècle ?
Aujourd'hui, en France, la deuxième chance n'existe pas pour les surendettés, et le seul argument pour justifier cela est que le « surendetté s'est mis dans cette situation, et qu'il faut rembourser ses dettes ». C'est un peu court ! N'y a-t-il donc aucun moyen de trouver des solutions humaines à ce problème ? Est-il normal de plonger des familles entières dans la précarité parce qu'elles se sont endettées ? Que gagne notre pays à laisser tant de foyers s'enfoncer dans la spirale de la pauvreté (on sanctionne des adultes, mais aussi des enfants dont l'avenir, et il est totalement malhonnête de prétendre le contraire, est directement corrélé à la situation matérielle des parents...) En France, il vaut mieux avoir tué ou volé que d'être tombé dans la spirale de la dette : au moins votre peine est limitée dans la durée, et la société veille à votre réinsertion... Je n'évoque même pas les « affaires » financières qui sont gentiment poussées sous le tapis pour les puissants de ce monde, quand d'autres subissent la sanction et la vindicte de petits cerveaux étriqués pour qui « s'endetter, c'est mal ! C'est normal d'en subir les conséquences ! » Mais quelles conséquences, et pour quelle durée ?... A aucun moment la responsabilité des créanciers n'est évoquée, ou alors si timidement... C'est qu'il ne faut pas les froisser, ces gentils banquiers, et puis il ne faut pas mettre en péril le « révolving » à 19 pour cent, autrement de nombreux foyers ne pourraient pas « boucler les fins de mois », et alors force serait d'admettre que les revenus de « ceux qui se lèvent tôt » sont vraiment, mais vraiment insuffisants. Il faudrait repenser la société, la répartition, la justice sociale... Rien que d'y penser, je suis au bord de l'apoplexie !
Ca, c'était le coup de gueule. Voici l'appel : surendettés, sortez du sentiment de honte qui est le vôtre et qui n'est pas légitime ! Vous n'avez tué personne, vous n'avez même pas mis en péril l'équilibre des banques pour qui vos petites dettes ne sont que roupie de sansonnet et qui récupéreront toujours sur le dos d'autres pauvres gens qui mourraient plutôt que de devoir un euro à ces escrocs légaux... Associons-nous pour qu'il n'y ait plus de Rose désespérée réduite à hurler son désespoir en simulant un braquage chez l'épicier du coin, ou de famille réduite au suicide par des vautours et ce dans l'indifférence et même l'adhésion générale. Heureusement, des associations existent, mais nous devons aussi faire entendre nos voix, et revendiquer sans vergogne le droit à une seconde chance, une vraie ... Sortez du silence et répondez-moi ! Nous restons des êtres humains, des parents, des conjoints, des amis, des « gens bien », nous ne méritons pas le sort qui nous est réservé ! Faisons le savoir, râlons, gueulons, écrivons, communiquons, partageons le peu de force qu'on nous laisse ! A bon entendeur, salut ! Je compte sur vous !





Comailles


BRUYERE


Ok, c'est un "cri du coeur" et je comprends très bien (et partage) certaines opinions de ce blog .

A titre personnel, je réagis cependant  à 2 points qui me paraissent choquants :

Citation de: rosie le 04 janvier 2013 à 17:12:44
En France, il vaut mieux avoir tué ou volé que d’'être tombé dans la spirale de la dette : au moins votre peine est
limtée dans la durée et la société veille à votre réinsertion


Désolée mais pour moi cette comparaison est fausse et démagogique .. Du même acabit que ceux qui parlent de prisons 3 étoiles ...et pour la réinsertion ... essayez de trouver un travail avec un casier judiciaire ..


Citation de: rosie le 04 janvier 2013 à 17:12:44
Aujourd’hui, en France, la deuxième chance n’existe pas pour les surendettés,


Si, pour la grande majorité cela s'appelle un plan ...et même si ce n'est pas la panacée et laisse encore sur le bord du chemin trop d'irrecevables... cela a le mérite d'apporter une solution.

Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain ..
Je n'entame nullement une polémique  mais je pense qu'il faut savoir rester mesuré ..et ne pas cautionner les excès ..






Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

bisane

Le blog ose ce titre : réflexions sur le surendettement en France
Permettez-moi de penser que ce dernier est usurpé...

Un coup de gueule, s'il peut se révéler salutaire, ne peut pas pour autant être assimilé à une réflexion.
Il sera d'ailleurs fait remarquer qu'il n'y en a qu'une de réflexion, dont elle émane d'on ne sait quel auteur, puisque le blog ne contient qu'un seul billet...  :P


Rosie... cessez de vous taper sur la tête !  ;)
Le surendettement, c'est dur, survivre avec le RSA, c'est très dur, être malade est injuste, et naître handicapé peut être révoltant.
La mort aussi est injuste, mais elle fait partie intégrante de la vie...

Essayons de faire avancer la réflexion plutôt que de nous livrer à l'invective.

Et merci de toujours veiller à citer vos sources !  ;)
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

En haut