09 août 2020 à 01:24:10

Nouvelles:

Ce site est destiné à archiver les fils inactifs du Forum Entraide Surendettement.
Retourner au forum d'aide aux surendettés actif


Surendettement et accidents de la vie...

Démarré par bisane, 09 juillet 2010 à 10:50:19

« précédent - suivant »
En bas

bisane

J'ai pété les plombs hier soir, après avoir lu Amandine...

Amandine, qui vient après tant d'autres, avec une image d'elle-même dégradée, une perte de confiance, une culpabilité abyssale, une inquiétude sur-dimensionnée...
Amandine qui, comme beaucoup (trop), repeint sa vie en noir.
Amandine, qui n'arrive plus à percevoir et mettre en valeur ce qu'elle a pu faire de constructif, ce qu'elle a apporté à ses enfants, ce qu'elle représente très vraisemblablement pour ses petits enfants.

Amandine, je ne m'acharne pas sur vous, hein !
Mais ça me fait hurler, vrombir, sursauter, dégoupiller à chaque fois !  ffouR

Le tapis de la vie se déroule souvent en terrain miné, et il est bien difficile de contourner et éviter toutes les mines.
Difficile aussi de ne jamais glisser sur une peau de banane ou tomber dans un trou.

Alors, bien sûr, chacun a sa part de responsabilité, et je crois que vous aurez compris que je ne suis pas de ceux qui dédouanent qui que ce soit, de quoi que ce soit. La responsabilité de ses décisions, de son attitude, de ses choix, appartient à chacun.

Mais nos choix interviennent dans un contexte, et sont souvent plus ou moins déterminés par des raisons obscures, et en tout cas non conscientes, qui tiennent au parcours de chacun, et n'ont pas forcément grand chose à voir avec la raison (dans les deux sens du terme : raison contraire de folie, et raison qui tient à une logique).

Or depuis le temps que je parcours ce forum, je suis étonnée de constater combien nombreuses sont les personnes qui ont connu des accidents de la vie (j'ai ce terme en horreur...), et en tout cas des souffrances, qui ont certainement grandement participé à l'obnubilation qui conduit au surendettement.
Un aveuglement qui tiendrait à une sorte d'injonction impérieuse et irrépressible à racheter (eh oui !) ou réparer quelque chose... à tout prix !

Nous n'actionnons pas tous les mêmes leviers, dans nos choix de vie et nos décisions, et il ne fait pas de doute que certains sont plus "piégeux" que d'autres... et que nous faisons de toutes façons tous des erreurs !
Et pour surmonter la souffrance, inhérente à la vie, certains s'expriment dans l'art, d'autres pratiquent le sport à outrance, d'aucuns multiplient les voyages... et quelques uns perdent de vue leur budget !  ;)
J'essaie de mettre un brin d'humour dans mon propos, mais je ne plaisante pas du tout !
Mais à moins de devenir un artiste reconnu, toute solution adoptée pour surmonter sa souffrance comporte sa part de dérisoire...

Mais il reste toujours possible de se mobiliser pour corriger certains de ses choix, ou en tout cas essayer.
Cela, me semble-t-il, s'appelle le courage...
Et même s'il en est à qui je me permets parfois de remonter les bretelles, ce courage, chez certains, ne peut que forcer mon admiration.
Et devrait en tout cas rendre à chacun(e) de ceux(celles) qui le manifestent une belle image (estime) d'eux-(elles)-mêmes.

Voilà, c'était la minute philosophique...

Mais je me répète : la culpabilité me semble encombrante et inutile.
Saisir vigoureusement le volant entre ses deux mains pour prendre avec détermination un virage radical est par contre digne de respect et de reconnaissance (au sens d'être reconnu, non de remerciement !  :D).

Et, comme dirait Coco, never give up !
Retrouvez votre fierté !  ;)


Le pétage de plombs d'hier a donné lieu à cet article, beaucoup moins philosophique  ;) : Des causes du surendettement... ou des parcours de vie.
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

ISI

Bisane,

je viens de te lire...
Et je suis de celles qui cultivent le positivisme... Je crois que ce positivisme n'est pas inscrit en moi... l'instinct de survie tout au plus, et encore... ou plutôt la fidélité aux propos de ma grand-mère de coeur...

Un jour, cette grand-mère (qui était en fait une nounou à temps complet, jour et nuit... et week-end, en période scolaire et en vacances...) m'a expliqué que j'étais née bien fragile, que le doute avait existé en ce qui concerne ma survie, mais qu'elle avait lu dans mes yeux que j'allais 'en sortir...

Elle m'a raconté comment elle avait connu ma mère, que cette dernière,déjà mère isolée, à nouveau enceinte de moi, avait tout essayé pour me faire passer et que j'avais poussé en son ventre avec peu de place puisqu'elle ceinturait sa taille pour que son état ne se voit pas... Et elle m'a dit: tu es là... J'étais bonne à l'école, elle m'a aussi dit que je ferais quelque chose de bien de ma vie... Elle s'est un peu plantée...

J'ai vécu quelques années aux côtés de cette femme, sans voir à quel point elle était merveilleuse... et un jour, ma maman, une troisième fois maman isolée a voulu me récupérer pour que je prenne le relais auprès d'elle avec ma petite demi-soeur au sortir de l'école et pendant qu'elle allait travailler (ménages à l'aube et de nuit...)...

Et puis, j'ai voulu vivre ma vie car je n'étais rien pour ma mère que ce relais... Et j'ai pensé que je serai indestructible le jour où le père de mes futurs enfants m'a trouvé jolie...Je ne m'étais jamais sentie jolie...

Il y a quelques temps, j'ai revu ma maman... à l'enterrement de ma mamie de coeur... Elle n'a pas voulu me parler car je suis depuis des années une mauvaise fille (d'ailleurs, je l'ai toujours été) d'avoir voulu vivre ma vie enfin...

Et puis, j'ai connu deux bonheurs avec la naissance de mes enfants et le reste au milieu dont le surendettement....

Hier, j'ai fait un MP à Bisane, que j'ai intitulé de guerre lasse... Parce-que, malgré les coups de pieds au cul que je ne manque pas de me donner en personne, je suis épuisée de lutter... J'arrive pourtant à saisir un tas de moments parfaits, un tas de petits bonheurs qui s'offrent à mes yeux, à mon coeur, à mes oreilles et à mon nez... Mais, de guerre lasse, je suis épuisée par la lutte d'un quotidien à gérer, des courses dont le budget ratatine sans fin...

Amandine, malgré tout ça, je suis persuadée qu'il y aura une issue pour chacun d'entres nous, qu'y croire nous donne la force nécessaire pour avancer, même si des fois on défaille, légitimement...

Je précise que j'écris tout ça le coeur en vrac, mais le coeur y est, je m'efforce de le faire battre encore... Le fait de souffrir parfois me prouve aussi que je suis vivante...

Je pense avec tendresse à vous tous.
Nounou d'enfer!

catsen

Isi,

Ta souffrance m'a fait très mal au coeur

Tu as encore du temps devant toi, gardes l'espoir que TA vie peut changer et être plus belle

La vie t'a accordé un temps, court certes mais il a existé, pour connaître cette grand-mère

Mon Père a eu un peu le même parcours que toi et il a 77 ans...... sa mère a eu 8 enfants, de pères différents, elle les a abandonné, mon père était nourri par des voisins.

Ca ne l'empêche par d'être un merveilleux père pour nous, mes parents ont eu aussi leurs galères, pour les mêmes raisons qu'on est sur ce forum, d'ailleurs à leur âge ils sont aussi en surendettement  mais ils s'en sortent même si le chemin est long

Donc je ne doute pas que tu es une merveilleuse maman pour tes petits et c'st ça qui compte le plus, l'amour que tu leur donnes et qu'ils te rendent
Je vous envoie un sourire pour faire vivre votre journée

celtic

09 juillet 2010 à 13:15:44 #3 Dernière édition: 31 octobre 2010 à 21:37:03 par celtic »
ISI
énormes  :-* :-* :-* :-* :-* :-*

On garde la pêche

Tu sais   ;)que la liberté est pour moi le plus important, la vie  ,ma famille m'ont brisé mes ailes , plus droit de suivre le courant d'air, j'ai réparé mes ailes je ne vole plus je volette et c'est déjà beaucoup..............et je pourrai toujours sautiller ;D

j'aimerai te prendre  sous mes ailes .................
N'ayez d'intolérance que vis-à-vis de l'intolérance. "

Hippolyte TAINE

cath

hé oui la vie n est pas un long fleuve tranquille
pour ma part ma vie a aussi mal commencé, ma mère a connu mon père pour se libérer de son père trop sévère et là l accident , j etais là dans son ventre et bien non prévu et non désiré et surtout par mon père
et puis 9 mois plus tard ma mère ne sent plus rien et file a l hopital ou on lui annonce mon déces, donc césarienne et puis pourquoi le médecin décide de me réanimé et au bout de 2 M 58 me voilà réveillé (au bout de 3 mn ils arretent) , j ai survécu malgrè un cordon autour du cou et j etais en siège la totale
le chirurgien annonce a ma mère ma survie tout en lui disant qui il peu problable que je survie car je fesais que 1k 2 et il y a 40 ans c etait pas gagné
après des mois de couveuse je sort et là mon père refuse de me reconnaitre, je ne suis pas ca fille
1 an après il accepte et mes parents se marient, tout va bien pour moi pendant 13 ans et puis l accident de ma mère et là on se retrouve avec mon frère ainé a se débrouiller seul, mon père quand il veut bien rentrer c est devant la tv et son repas doit etre près la maison rangé et quand je li réclame de l argent pour manger c est encore donc on mange que des pates
et puis au bout de plusieurs mois ma mère sort enfin de sa chaise roulante et me propose de la suivre car elle quitte mon père

pour vivre ma grand nous fait chaque wee kend un panier car ma mère ne peux plus travailler et la vie tourne , ma mère rencontre son mari acutelle, et la vie reprend son court, j ai 18 et pour finirla vie qui nous souris enfin je rencontre mon mari et son se prend un appart
on a tounourd dit avec ma mère que la vie tourne, quand tout va mal un jour la roue tourne et le bonheur arrive avec les joies de vivre
tout est plus beau quand la vie est en rose

coco17

Je suis issue d'un homme et d'une femme ,qui ont mis autant de constance à se haïr, qu'ils en avaient mis à se convaincre qu'ils s'aimaient...

"Papa très cher" a donc quitté le domicile alors que je n'avais pas 2 mois, convaincu que je n'étais pas sa fille.S'en est suivi un divorce houleux ( en 1962 vous pensez !!) que ma maman a d'abord perdu , puis gagné après avoir fait appel et mangé le peu d'économies qu'il lui restait..Nous avons donc vécu avec notre mère , aimante , disponible et si courageuse, qui cumulait 2 emplois afin de nous nourrir. Puis le "1 week end /2 " arrivé..Nous allions donc retrouver "papa très cher" , j'étais terrorisée , car il vivait avec ses soeurs et sa mère , qui ne me saluaient pas prétendant que je n'étais pas de la famille..

L'été , je servais de "souillon" pour mes cousins et cousines..A l'âge de 6 ans , j'ai été victime de l'amour incommensurable que me portait l'un de mes oncles, ça a duré 3 ans , trois années de douleurs et de honte , on ne parlait pas de ces choses là à cette époque et j'aurais bien été incapable de mettre des mots sur de tels actes..

J'ai donc grandi, tantôt heureuse chez ma maman et l'adolescence arrivant , démoniaque chez mon père.Je suis partie de la maison le jour de mes 18 ans , car entre temps mes parents s'étaient remariés ( 1975 ) et l'enfer était devenu quotidien, mon "papounet" s'amusant à dégainer le fusil de chasse et à nous viser comme ça , juste pour rigoler...

J'ai rencontré mon 1er mari à cet âge là , nous nous sommes mariés j'avais 19 ans et mon premier fils est arrivé 3 ans plus tard.Ces 11 années de mariage ont été relativement heureuses , même si nous n'avions pas grand chose à nous dire, au moins n'était-il pas méchant, tout juste d'une complète indifférence à mon égard. A 30 ans j'étais remariée et ma petite fille était née , ce deuxième mariage que je pensais solide comme le roc , s'est révélé être la pire erreur de ma vie.Mariée à un alcoolique , pervers manipulateur , de surcroît violent , j'ai attendu 20 ans avant d'oser m'en aller , ma fille sous un bras et 2 sacs poubelles de fringues sous l'autre.C'était il y a 2 ans , je ne regrette rien , aujourd'hui je suis aimée pour ce que je suis, je vis pour la première fois...

J'ai pris la plus belle des revanches, celle d'être heureuse malgré toi "papa très cher" et de ne pas me sentir trop abimée...

Never give up !

Coco.
J'ai toujours pensé que, tant que l'homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté.(Woody Allen)

celtic

N'ayez d'intolérance que vis-à-vis de l'intolérance. "

Hippolyte TAINE

bisane

Hé ben...
Je ne pensais pas que ce fil donnerait naissance à de tels témoignages, récits de la vie...
Cette fois, je ne sursaute pas, je ne me révolte pas, je ne maudis rien. Je pleure, tout simplement.
Et prie, les dieux, les saints, les anges, les démons, les cieux, les idoles... mais bien plus chacun d'entre nous, pour que ce forum reste l'ilôt d'humanité que, je crois, il a su conquérir, contre vents et marées...
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

Morphéus

Comment réagir après un tel sujet?

Certaines et certains on eu des blessures, plus ou moins longue a être cicatrisées. Et la vie parfois, en rajoute une couche juste histoire de faire bonne mesure.

J'ai la chance de faire partie des "privilégiés" de ce forum et j'en suis conscient, même si j'ai, moi  aussi, connue une période de doute et de culpabilité... MAIS!! Je me suis toujours tourné vers la lumière... J'ai 3 beaux enfants et je viens de fêter mes 26 ans de mariage (même si j'ai très, très mauvais caractère), voila MA lumière.

Si j'interviens (trop peut) sur ce forum, c'est aussi pour essayer de faire passer un peut d'optimisme, d'énergie, d'espoir  et peut-être parfois juste de redonner petit sourire sur un visage, même si je fais mon "show à la Bernard Tapie"... L'expérience ma appris que toutes actions était suivi d'une réaction... Amandine, vous avancez step by step, mais vous avancez...

Citation de: ISI le 09 juillet 2010 à 12:14:54

...Amandine, malgré tout ça, je suis persuadée qu'il y aura une issue pour chacun d'entres nous, qu'y croire nous donne la force nécessaire pour avancer, même si des fois on défaille, légitimement...

Je précise que j'écris tout ça le coeur en vrac, mais le coeur y est, je m'efforce de le faire battre encore... Le fait de souffrir parfois me prouve aussi que je suis vivante...


Citation de: cath le 09 juillet 2010 à 13:17:44
... quand tout va mal un jour la roue tourne et le bonheur arrive avec les joies de vivre...


Citation de: bisane le 09 juillet 2010 à 10:50:19

...Mais il reste toujours possible de se mobiliser pour corriger certains de ses choix, ou en tout cas essayer...

...Mais je me répète : la culpabilité me semble encombrante et inutile.
Saisir vigoureusement le volant entre ses deux mains pour prendre avec détermination un virage radical est par contre digne de respect et de reconnaissance (au sens d'être reconnu, non de remerciement !  :D)...


Morphéus


...dès que l'on cesse de se culpabiliser et de se morfondre, on a une vision plus lucide des choses, et l'on peut donc réagir (et agir !) de façon plus constructive !
(Bisane)
[*L'humour permet de dédramatiser certaines situations et nous aide à avancer plus sereinement] (Morphéus)

celtic

Morphéus

Vous êtes notre rayon de soleil

On garde la pêche

Merci, merci ;)
N'ayez d'intolérance que vis-à-vis de l'intolérance. "

Hippolyte TAINE

bisane

Et voilà un magnifique exemple que le terme "communauté" n'a pas perdu tout son sens !
Et que chacun peut apporter, à sa mesure et à sa façon, de l'eau au moulin ou une pierre à l'édifice.
Vous êtes de ceux-là, Morphéus... et merci de continuer à assumer ce rôle du pêcheux toujours de bonne humeur !
... malgré le mauvais caractère !  >:D  :D
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

amandine

Je ne sais pas comment et pourquoi ce matin ce fil est sur mon écran, ou peut être que, enfin bref, je lis et relis, et je me rends compte que je n'ai même pas pu remercier Bisane, C'est vrai, ces jours là j'étais en grande souffrance. Mais je n'ai aucune excuse envers vous tous, qui souffrez autant que moi, et malgré tout avez toujours un bon mot de réconfort

Morphéus, c'est que vrai vous êtes, allez je remets une petite couche, mon rayon -!!) de soleil.

Isi, votre gentillesse me touche beaucoup, toujours un petit mot sur mon fil, merci encore.

Coco, vous avez été courageuse d'exposé votre vie passée si douloureuse, je ne suis pas arrivée à ce stade, je crois que je ne pourrais jamais me confier, même pas à un psy.
Je n'ai plus du tout  confiance en qui que ce soit, cela me rend très suspicieuse et je le ressens dans toutes mes relations.
Je ne trouve pas de mots assez expressifs pour vous remercier tous de la force que vous me donnez chaque jour.
Je ne regretterai jamais d'avoir pu me connecter sur ce forum, le pire c'est que je n'ai aucun souvenir du comment je suis arrivée parmi vous, cela ne va pas aider Bisane, j'en suis désolée. ;)
  Amandine

bisane

Amandine, vous n'avez aucun besoin de vous excuser !!!!  :D
Chacun a sa manière d'errer sur le forum... plus ou moins rationnelle et efficace !  ;)

Ce que je retiens surtout (je me permets...) c'est le changement de ton radical de vos différents propos, sur ce fil ou ailleurs.
Et ça, c'est un vrai cadeau !

Citerje crois que je ne pourrais jamais me confier

Je me permets d'espérer, Amandine, que cela vous sera possible un jour, comme un acte libérateur, quelle qu'en soit sa forme.
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

coco17

CiterJe me permets d'espérer, Amandine, que cela vous sera possible un jour, comme un acte libérateur, quelle qu'en soit sa forme


Je vous le souhaite sincèrement Amandine et vous embrasse bien fort.

Coco.
J'ai toujours pensé que, tant que l'homme sera mortel, il ne sera jamais décontracté.(Woody Allen)

amandine

Bisane, vous parlez de changement de ton radical, sur ce fil ou AILLEURS ?
est-ce que vous avez pu me lire ailleurs, je n'ai ps bien compris,

Concernant le changement de ton j'ai souvent essuyé cette remarque, et à vrai dire je ne me l'explique pas vraiment, j'ai toujours l'impression d'être moi-même, et de beaucoup plaisanter.et je présente des excuses si mes propos ont pu blesser certain ou certaine peut être que je ne sais pas plaisanter

En haut