Accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
Conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures recommandées et/ou imposées, PRP (Procédure de Rétablissement Personnel), commission de surendettement
Excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement
10 avril 2020 à 02:57:06
Nouvelles:

Ce site est destiné à archiver les fils inactifs du Forum Entraide Surendettement.
Retourner au forum d'aide aux surendettés actif

Irrecevabilité et saisie sur salaire

Démarré par chouknet, 07 février 2010 à 12:42:50

« précédent - suivant »
En bas

chouknet

07 février 2010 à 12:42:50 Dernière édition: 25 février 2010 à 22:52:22 par chouknet »
Bonjour à tous :). j'espère m'adresser au bon endroit.
Je fais partie de ces personnes dont le dossier a été rejeté il y a dix ans pour "surendettement volontaire" et "mauvaise foi". La quotité saisissable nous connaissons, puisque le salaire de mon mari est saisi de 230 euros par mois pour des revenus de 1500 euros, et ce depuis 10ans.

Le montant de la dette est telle qu'à ce régime la saisie et toute l'incertitude liée à ce genre de situation ne prendra fin...qu'à notre mort (ou il nous faudrait vivre jusqu'à 130 ans au moins).

Y a- t-il d'autres situations similaires dans ce forum? ??? histoire de se sentir un peu moins seule...
" Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. " Twain

ISI

CHOUKNET,

un cas en tout point similaire au vôtre, je ne crois pas.
Vous n'avez pas essayé de re-déposer entre temps si un changement est intervenu dans votre situation?
Nounou d'enfer!

chouknet

07 février 2010 à 13:43:42 #2 Dernière édition: 25 février 2010 à 22:53:36 par chouknet »
En fait il n'y a pas eu de changement particulier dans la situation matérielle. Le seul "changement" c'est qu'entre temps j'ai été atteinte d'une maladie grave qui met mes jours en danger , ce qui renforce le sentiment d'incertitude et d'insécurité qui pèse sur ma famille.

Les personnes à qui j'ai demandé conseil sur ce point (représentants d'associations, avocat) m'ont laissé entendre que malgré cela le dépôt d'un nouveau dossier ne risquait  de déboucher que sur un nouveau refus et un "réveil" des créanciers, qui risqueraient alors de s'intéresser à mes revenus. D'un autre côté, s'ils les saisissaient, il nous faudrait vivre jusqu'à 100 ans au lieu de 130 :-\... En fait la situation semble totalement bloquée.

Pensez-vous qu'il nous faut encore laisser passer du temps et retenter un dépôt dans les dix ans qui viennent, autrement dit que le temps finira par jouer en notre faveur?
" Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. " Twain

julia26

07 février 2010 à 14:06:29 #3 Dernière édition: 07 février 2010 à 14:20:17 par julia26 »
Bonjour Chouknet

Cela fait quand même 2 changements importants dans votre situation!!

La reprise de votre emploi et malheureusement votre maladie !

Vous devriez opter pour un  dépôt de dossier, la BDF devra prendre en compte ces nouvelles infos .

Cela fait 10 ans que votre dossier a été rejeté ! c'est déjà loin vous devriez retenter

Que risquez vous un refus et comme vous dites !! le réveil des créanciers mais vivre de cette manière ce n'est certainement pas la meilleure des solutions
Là où la volonté est grande, les difficultés diminuent.

bisane

Hello, Chouknet !

IL me semble que la priorité pour vous, en fonctions de la région où vous habitez, serait de vous rapprocher d'une association C.S, qui pourra prendre en compte la globalité de votre dossier...

Sinon, pour que nous puissions vous conseiller, il faudrait nous en dire un peu plus.
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

Michel

07 février 2010 à 15:20:20 #5 Dernière édition: 07 février 2010 à 15:43:51 par Michel »
Bonjour Chouknet,

Je pense également qu'il faudrait que vous pensiez à redéposer avec les élements nouveaux comme dit julia

Quand à dire que celà pourrait réveiller les créanciers, vous savez vous ne pouvez vivre caché tout le reste de votre vie, cette angoisse permanente et un jour ils se réveilleront bien, avec l'informatique ils ont bonne mémoire et de bons disques durs.

Et vous n'êtes maintenant plus désormais seuls, vous avez trouvé le bon forum.

Jose33120

Bonjour chouknet,


Je me permettrais simplement de vous poser une question. bien que vous soyez mlaheureusement en saisie sur salaire, et dans un état de santé d'insécurité, ma question est:

depuis ces 10 années avez vous payez en fonction de vos moyens vos créanciers ? car je suppose mais pas certain qu'avec votre salaire en plus même si toute fois minime avez vous fait preuve de bonne fois.

Merci pour votre réponse.

Je vous demande cela non pas pour être curieux mais savoir si en effet vous ne payez que votre saisie sur salaire ou en = vous faites de temps a autres des versement aux créanciers.

comme le disent si bien mes ami(es) pouvez vous nous donner des chiffres sur vos revenus, sur vos charges fixes, ainsi que votre reste a vivre.

José33120
le bonheur est au bout du chemin,
la route sera longue mais heureuse à la fin.

chouknet

08 février 2010 à 13:01:08 #7 Dernière édition: 25 février 2010 à 22:57:22 par chouknet »
Je vous remercie pour toutes ces réponses, et pour l'aide que vous me proposez. J'avoue avoir encaissé tellement de jugements et de propos durs à ce sujet que j'ai un peu de mal à vous livrer les choses telles qu'elles sont.Je ne me suis guère épargnée non plus...

Pour tout vous dire, dans l'état actuel des choses je ne me fais guère d'illusions quant à l'issue si nous redéposons un dossier. De très nombreux éléments jouent contre nous : d'abord l'importance de la somme (autour de 350 000 euros), contractée auprès de 12 créanciers différents. Dans cette somme sont compris un prêt immobilier et divers prêts à la consommation, des prêts automobiles...

Nous sommes allés très loin dans le déni et l'inconscience. A un moment donné je pense que nous avons réellement "basculé", et notre seul but était de tenir le plus longtemps possible, en dépit du bon sens, pour tout un tas de raisons liées à notre hisoire personnelle et avec lesquelles je ne vous ennuierai pas...Pour ça il fallait reprendre des prêts, toujours plus de prêts pour rembourser d'autres prêts, en sachant qu'on s'enfonçait mais sans trouver la force de le reconnaître et de réagir avant qu'il soit trop tard.
A un moment donné nous en étions à 52 000 francs de remboursements mensuels pour 16 000 francs de revenus...A ce régime, les sommes s'additionnent très vite.

Nous avons dons présenté notre dossier une première fois. Il a été rejeté car la somme était jugée trop importante pour trouver une solution, et nous étions de "mauvaise foi". nous avons fait appel auprès du juge, qui a confirmé le rejet. Nous nous sommes toruvés dans une voie sans issue, livrés aux créanciers avec tout ce que cela implique... Nous nous sommes tournés vers toutes les associations, cherché tous les recours... Nous avons été bien souvent confrontés à la suspicion (cette somme semblait tellement invraissemblable, nous en avions forcément mis de côté quelque part...)

Nous avons alors décidé de partir et de tenter de redéposer un dossier dans une autre région. Bien sûr il a été de nouveau rejeté. Entre temps nous avions revendu la maison en urgence, bien en-dessous de sa valeur, et nous nous apprêtions à rembourser au moins le crédit immobilier. Ce second rejet ne nous laissant aucun espoir que cela s'arrange un jour, nous avons décidé d'utiliser cet argent pour rembourser des proches à qui nous avions emprunté de l'argent en leur cachant bien sûr pourquoi nous en avions besoin...Nous préférions "léser" les banques...

Nous avons traversé de gros moments d'angoisse et d'incertitude, puis la saisie est tombée et la "tempête" s'est un peu apaisée. Notre famille, que nous avons enfin mise au courant de la situation, a fait construire une maison pour que l'on puisse se loger (car avec un salaire saisi, c'est quasiment impossible, les services sociaux nous l'avaient confirmé à l'époque). Nous leurs payons un loyer et nous payons les charges.Nous sommes parvenus à retrouver un équilibre, fragile et précaire, certes, mais un équilibre quand-même.

A l'heure actuelle il nous faudrait payer plus de 1000 euros par mois jusqu'à 80 ans (j'en ai 38)  pour avoir une chance de rembourser... Et revendre un bien pour montrer notre bonne volonté est impossible, nous n'avons plus rien à nous.
Nous avons contacté l'association C.s, qui nous a laissé assez peu d'espoir même au regard de la situation actuelle. La seule chose qui, d'après les personnes que nous avons contactées pourrait permettre d'envisager une recevabilité du dossier serait...que je décède, ce qui bien sûr mettrait ma famille dans une situation impossible.

J'espérais pouvoir trouver une issue avant d'en arriver là, c'est pourquoi j'ai entamé toutes les dernières démarches. Mais je réalise que nous nous sommes vraiment mis dans une situation inextricable, car trop d'éléments jouent contre nous.


Par ailleurs, si notre dossier était à nouveau rejeté, nous nous retrouverions à nouveau livrés aux créanciers et tout recommencerait... Là, pour le coup, je ne suis vraiment pas certaine de "tenir le coup".

C'est pourquoi je souhaitais savoir si au moins nous pouvions fonder quelques espérances sur le "facteur temps", en espérant "tenir" comme cela jusqu'à ce que nos erreurs aient une chance d'être "pardonnées"...

Je suis consciente que vous ne pouvez pas me proposer de solution miracle, et vous ne seriez pas les premiers à me répondre que dans l'état actuel des choses il n' y en a pas, à part courir un risque que je ne suis pas sûr de pouvoir assumer.

En tous cas c'est bien que des forums comme le vôtre existe, et je vous remercie encore de l'aide que vous aurez tenté de m'apporter.








" Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. " Twain

bisane

Chouknet, si je comprends bien, vos créanciers ont lancé des poursuites judiciaires.
1ère question : l'ont-ils tous fait ?
2ème question : la saisie sur salaire, c'est pour un créancier, ou pour plusieurs ?
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

chouknet

Oui, ils l'ont tous fait, et tous les créanciers se "partagent" la saisie.
" Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. " Twain

bisane

Alors, je crois vraiment qu'il vaut mieux jouer les fantômes...
En précisant bien que ceci :
Citerque je décède

n'est certainement pas une solution !

Si un jour les créanciers reviennent à la charge, vous serez à temps d'aviser...
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

Michel

bonjour chouknet,

Sinon votre dernier re-dépôt date de quand ? et vous travailliez à ce moment la ?

La totalité de vos revenus actuels c'est combien ? Vos charges moyennes mensuelles s'élèvent à combien ? et vous êtes combien au Foyer ?

ISI

Chouknet,

dans votre cas, je ne réveillerais pas le loup qui dort.
Vous avez certes une saisie sur salaire, mais sur un seul des salaires du foyer.
Si quelque chose de grave venait à arriver, vous seriez à temps de déposer éventuellement.
Nounou d'enfer!

bisane

@ Michel :
- un dossier a été refusé
- C.S doute de la recevabilité d'un dossier qui serait déposé actuellement
ils vont pas aller chercher le bâton pour se faire battre !
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

chouknet

08 février 2010 à 21:02:53 #14 Dernière édition: 25 février 2010 à 22:59:13 par chouknet »
Merci pour vos réponses.
Bisane, si j'évoque mon décès, ce n'est pas par envie de mourrir mais parce que je n'ai n'ai que 30% de chance de survie dans les 4 ans qui viennent. Et je ne peux pas rester dans le déni une fois de plus. Il me semble que c'est mon devoir d'y penser avec 3 enfants de 5 à 10 ans...
Michel, j'étais en congé parental lors du dernier dépôt de dossier en octobre 2001 mais nous avions proposé une reprise d'activité professionnelle (je suis fonctionnaire) dans le cas d'un plan de remboursement. Mon mari ne travaille qu'à 75% pour diminuer le montant de la saisie pour, d'une part ne pas avoir à payer des impôts sur de l'argent que nous n'avons pas pour vivre et parce que, d'autre part, rembourser 200 ou 700 euros ne modifierait pas beaucoup le montant de nos dettes (en remboursant 1000 euros mensuels, il nous faudrait plus de 40 ans pour en venir à bout !). Mon mari se trouve dans une situation où il n'a pas d'autre choix que de refuser toute promotion professionnelle à moins de vouloir combler un puit sans fond... Nous sommes arrivés à la même conclusion qu'ISI même si cela n'est pas satisfaisant car nous ne pouvons plus faire aucun projet de quelque nature que ce soit, immobilier ou autre et l'avenir de nos enfants dans ce contexte nous inquiète (comment allons-nous pouvoir leur payer leurs études par exemple...) Mais certains diront que dans notre cas c'est le moindre mal...
" Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. " Twain

En haut