05 Août 2021 à 10:38:19

Conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures imposées, RP (Rétablissement Personnel), commission de surendettement
Accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
Excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement

Ma spirale vers le surendettement.

Démarré par rolandunord, 30 Août 2016 à 15:56:02

« précédent - suivant »

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

rolandunord

Merci BISANE!

Alors, toujours dans les nouvelles...

Nième appel aujourd'hui (çà doit être le 6ème en deux semaines sur mon portable ou sur mon lieu de travail) du service recouvrement de C....... B..... (les autres me foutent relativement la paix). A chaque fois, c'est le même cinéma pour un crédit dont je rappelle, ma signature a été imitée et dont je leur ai envoyé ma position par LRAR : ne pas me reconnaitre comme débiteur, copie de la plainte...

Extrait de ma conversation du jour (je note tout de même qu'aucun n'est agressif) :
_ Bonjour M .....
_ Bonjour, que me voulez-vous?
_ Pour le crédit
_ J'ai déjà expliqué çà à votre collègue hier : je suis victime d'une usurpation d'identité, vous avez une copie de ma plainte, mon dossier doit être repris par votre service juridique. Votre collègue devait bloquer les appels de votre service, manifestement, çà n'a pas été fait.
_ Mon collègue n'indique pas cela sur votre dossier, il indique "discussion stérile"
_ Elle le sera tout autant pour votre premier objectif du jour, à savoir récupérer du pognon. Je vais porter plainte pour harcèlement madame, d'autant que je détiens la preuve d'un recommandé datant de plus de trois mois où je vous explique être victime d'usurpation d'identité et une copie de la plainte contre mon ex donc... je ne paierai pas, inutile de m'appeler, je ne vous donnerai pas un centime sans un jugement. Il n'y a pas d'amiable entre nous possible. Voyez avec l'ex-conjointe pour recouvrir
_ Elle ne répond pas à nos appels mais je note que vous oui, c'est tout à votre honneur
_ Oui je réponds et je suis de bonne foi moi. Mais du coup, je suis emmerdé par vos appels qui ressemblent fort à du harcèlement puisque, en plus, je ne vous suis redevable de rien.
_ Pour harcèlement , il faut 7 appels par jour Monsieur
_ Marrant, votre collègue m'a sorti la même ineptie hier... Selon quel article de loi?
_ Je ne sais plus mais j'ai étudié la chose, c'est la loi
_ Il ne savait pas non plus! On vous apprend çà en "formation"?
_ Non, c'est la loi
_ Ben je vais tout de même tenter la plainte, je me demande si un juge ne le verra pas autrement. Surtout que vous avez depuis 3 mois les éléments. Au revoir madame.

Voilà! Qu'en pensez-vous???

bisane

Que vous pouvez en effet porter plainte !
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

rolandunord

Bonjour tout le monde,

Toujours dans la suite de mes affaires, j'ai donc eu RDV avec ma conseillère en clientèle bancaire vendredi dernier. Je passe sur le sourire, la café proposé, le défilé de collègues devant le bureau... Bref, une scène aussi inhabituelle que surréaliste!

Après m'avoir demandé où en étaient toutes mes histoires avec mon ex-conjointe :
- Impossibilité de fermer le compte-joint sans la signature de l'autre qui n'est pas joignable
- Pour des raisons pratiques, je reprends les prélèvements "légitimes" sur mon compte perso (immos + un conso que j'ai effectivement co-signés)

Concernant mon litige avec MA banque, il s'avère la chose suivante : A demi-mot, elle m'a avoué qu'il était peu probable qu'ils me poursuivent et que la prêteur (une filiale de la banque) lui avait refilé la patate chaude en lui répondant qu'après tout, c'était chez eux qu'avait été contracté le crédit où ma signature a été imitée. En somme, c'est ma conseillère qui va revenir vers moi pour me faire connaitre leur position. Elle m'a également indiqué que ce n'est pas une mais quatre assurances décès qui avaient été souscrites chez eux à mon nom et au bénéfice de mon ex-conjointe, qui deviendrait presque multimillionnaire si demain, par mésaventure, mes jours devaient s'arrêter! Les contrats doivent tous m'être envoyés durant les prochains jours.

Je me suis donc étonné que, dans l'interstice, le fameux prêteur en question, via son service recouvrement, ait pris contact avec moi par téléphone. Ils n'auraient pas reçu la LRAR de début juillet où j'indiquais avoir été victime d'une usurpation d'identité avec copie de la plainte et que je ne me sentais pas débiteur. La dame, fort gentille au demeurant, m'a indiqué prendre contact avec ma conseillère d'une part et transférer mon dossier au service juridique d'autre part...



bisane

Vous pouvez les clôturer, les assurances ?
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

rolandunord

Citation de: bisane le 13 Septembre 2016 à 14:13:25
Vous pouvez les clôturer, les assurances ?


Je suppose que oui... J'ai un seul contrat en ma possession pour le moment, j'attends les autres mais une chose est sûre : je ne paierai pas les cotisations de ses assurances.


rolandunord

06 Octobre 2016 à 13:36:05 #30 Dernière édition: 06 Octobre 2016 à 13:53:37 par BRUYERE »
Bonjour tout le monde, me voici de retour après quelques semaines pour vous faire part des... avancées :

1/ SG : finalement il n'existe (que?!) deux contrats d'assurance décès à mon nom, les deux autres sont au nom de mon ex. Je ne les paie pas, ils vont donc s'arrêter.

2/ crédit SG : des contacts réguliers avec ma conseillère... qui joue surtout la montre (FIPC tout de même) mais ils semblent bien emmerdés. Aucune réponse écrite.

3/ Discussion difficile avec O..Y, le dernier crédit découvert (puisque prélevé sur le compte de l'ex qui n'honore plus) : J'ai envoyé un courrier avec AR avec copie de la plainte suite à la réception du contrat où ma signature est (risiblement) imitée. Retour écrit rapide me disant prendre acte de mon écrit mais que la copie de la plainte est absente des pièces jointes (???!!!). Je m'en étonne et la renvoie par mail (en PDF avec copie à mon avocat) à leur demande. Réponse mail rapide me disant ne pas l'avoir reçu. Je les ai donc appelé mais c'était inutile. Ils ont effectivement reçu le document (verbal) mais laissent comme trace écrite que "non". En fait pour eux, dixit (verbal), un courrier RAR où "j'ai l'honneur de porter plainte" adressé directement au procureur n'est... PAS UNE PLAINTE! "Il faut faire en gendarmerie, moi je dis çà c'est pour vous aider hein...". Bref, on a coupé court et j'ai renvoyé par mail vers un lien du service public expliquant les procédures de plainte et les invitant à me donner leur position écrite sous quinzaine. Plus de nouvelle jusqu'à un SMS ce jour "O..Y : une solution peut encore être trouvée! Appelez moi au 09blablabla"

4/ C..S m'a adressé un courrier expliquant attendre les suites données à ma plainte pour valider ma responsabilité ou pas quant à la dette (bonne nouvelle!)

5/ CARROUF... ne me harcèle plus suite à un effacement de mon n° par le dernier conseiller (rappel automatique). Par contre, comme pour avoir le contrat (finalement reçu après 3 courriers recommandés en 6 mois), pas de réponse quant à la position de cet organisme qui fait le mort depuis plus de 3 mois.

6/ Ma plainte contre l'ex pour faux et usage de faux date d'avril... Dieu que la justice est longue. Nous sommes toujours en attente des suites par le procureur malgré deux relances du cabinet de mon avocat...

7/ le bien commun avec l'ex (+un crédit conso)... Emprunts souscrits conjointement (et là j'étais au courant et j'ai vraiment signé!)... Je continue à honorer seul. J'ai mis mon bien en vente sur les sites d'annonces (quelques mails, peu de visites) mais je suis bloqué puisque l'ex... a plus ou moins disparu et ne répond pas à mes demandes de mandat.

Voili, voiloù

BRUYERE

Bon, çà avance.. très lentement certes... >:( mais çà avance quand même ..

C'est clair qu'il vous faut beaucoup de patience et de ténacité pour vous sortir de cet embrouillamini. mais vous allez y arriver  xxl! xxl!
Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

BRUYERE

Et merci de ne pas citer nommément les créanciers : message modifié ;)
Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

rolandunord

Mes excuses pour avoir cité les organismes, je ne me suis même pas rendu compte.

Ca avance... très lentement. Je m'inquiète moins à présent pour les crédits souscrits en imitant ma signature. Je dois d'ailleurs, avec mon avocat, faire une demande de vérification d'écriture auprès du tribunal (enfin qq chose comme çà) dans un mois si les autres organismes ne bougent pas. Reste à financer mes frais d'avocat et de justice (je dois voir avec la défense juridique de mon assurance habitation).

Ce qui m'inquiète le plus, c'est le mutisme de l'ex pour la mise en vente de la maison ainsi qu'elle n'honore plus ces dettes là, situation difficilement tenable à long terme (et dangereuse pour moi).

bisane

Il y a moyen de vendre sans le consentement de votre ex... Quelqu'un sur le forum l'a fait... mais je n'arrive pas à retrouver qui !
Votre avocat ne vous en a pas parlé ?
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

rolandunord

Il parait qu'il existe effectivement un moyen de vendre en saisissant le tribunal. Nous n'avons pas encore abordé ce point avec mon avocat puisque nous étions concentrés sur les crédits conso souscrits e imitant ma signature.

Caren

06 Octobre 2016 à 18:46:48 #36 Dernière édition: 06 Octobre 2016 à 19:10:24 par Caren »
Bonjour Gregolens,

L'appui sur l'article 815-5 du Code civil, 1er alinéa, pourrait vous aider... mais votre avocat le connaît assurément ! ;)

Et je vous renvoie à ceci !

rolandunord


Caren

Merci à Bisane, qui a su faire dresser les oreilles de quelques autres ! ;)

bisane

Et là : https://forum-entraide-surendettement.fr/index.php?topic=20904.msg735533#msg735533


Ainsi que :

Il résulte de cette décision que l'un des époux peut choisir de vendre seul un bien commun sans l'accord de l'autre à condition de pouvoir prouver l'existence d'emprunts souscrits pendant le mariage ou que la vente répond à un intérêt de la famille.
Autorisation de vente seul d'un bien commun par un époux après divorce


Cour de cassation - chambre civile 1 - 9 septembre 2015 - 14-11901



Je pense que vous avez un peu de grain à moudre !  ;)
Merkik à Caren et Celtic !  bbbo bbbo bbbo
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

Caren

Citation de: Caren le 06 Octobre 2016 à 18:46:48
L'appui sur l'article 815-5 du Code civil, 1er alinéa, pourrait vous aider...

J'ai cherché à comprendre, et du coup je rectifie et précise, ce qui donne plus de justesse...

L'article 815-5, 1er et 3ème alinéas, entrent dans le cadre que vous décrivez mais dans le Code civil, ils sont à proprement parler relatifs aux successions et au régime légal de l'indivision qui en découle.

Toutefois, l'article 217 du Code civil qui reprend sensiblement les mêmes termes que le précédent, porte quant à lui sur le mariage et les devoirs et les droits des époux, ce qui correspond bien davantage à votre situation. C'est donc ce dernier qui prévaut, mais que votre avocat connaît tout autant ! ;)

rolandunord

20 Janvier 2017 à 11:37:12 #41 Dernière édition: 22 Janvier 2017 à 10:57:31 par bisane »
Bonjour à tous!

Alors pour les suites de mes affaires :

- C......S : pas de nouvelle, pas de fichage et sont en attente des suites du parquet.

- C.......r B....e : un courrier recommandé à la boite de recouvrement nommée "NEMO" expliquant que je porterai plainte contre elle pour harcèlement à toute prochaine relance a, semble-t-il, suffi. Par contre, CB m'a envoyé une mise en demeure avant poursuite par LRAR dans l'interstice. 

- SO............T : a prononcé la déchéance de terme et m'invite à ne prendre contact qu'avec "jenesaisquelhuissier" dont les coordonnées me seront fournies ultérieurement. Assez drôle d'ailleurs, ma conseillère en clientèle jouant la montre quant à la position de la banque depuis plusieurs mois. Attendu également qu'ils ont été destinataire des aveux écrits de l'ex (où elle ne précise certes pas d'organisme mais avoir souscrit en imitant ma signature) et qu'il n'est pas impossible que le contrat ait été souscrit en agence (en mon absence, sans mon consentement et avec imitation risible de ma signature... outre les deux assurances décès souscrites chez eux et dont le procureur a maintenant une copie en sa possession).

- O..Y : Encore plus drôles! Ils m'ont envoyé un courrier stipulant qu'ils prenaient bien en compte ma correspondance (le 3ème essai en recommandé fut le bon) concernant dixit "l'abus de confiance dont [je suis] victime". Une dame du service contentieux m'a appelé hier pour m'expliquer que mon dossier n'était pas transmis à leur service fraude dans la mesure où les documents pour souscrire sont authentiques. Elle m'a également annoncé qu'ON*Y se porterait partie civile dans le litige qui m'oppose à mon ex-conjointe, j'ignore ce qu'elle entend par là... (si quelqu'un peut m'expliquer)

Pour le moment, hormis C.....S, tous ont procédé à mon inscription au FICP. Etant en voie d'adhésion à l'AFUB, le correspondant au téléphone a fait des bonds dans tous les sens en entendant cela. Bref, cette association a été sensible à mon dossier contre mes "tortionnaires" et m'a invité à renvoyer un courrier recommandé à tous ceux qui m'ont fiché et leur expliquant que l'AFUB suivait dorénavant le dossier. Qu'en connaissance de cause, ils n'auraient pas du me "ficher" et de leur demander d'enlever mon inscription immédiatement sous peine de poursuites pour l'ensemble des préjudices... Pour lesquelles ils m'accompagneront dorénavant.

Je ne sais pas si cela aura un effet mais çà m'a fait beaucoup de bien de me sentir soutenu par une structure ayant pignon sur rue.

Il est vrai que j'ai déposé plainte contre l'ex mais me voyais difficilement assumer (notamment financièrement) les poursuites contre tous ces organismes, la justice étant mal faite pour les petits. Bref, un petit coup de pouce bienvenu pour David contre Goliath.

Concernant ma maison, je rencontre un agent immo la semaine prochaine (une connaissance) en sus des annonces gratuites que j'ai réactivées. Je vais entamer aussi la démarche auprès du juge pour permettre une éventuelle vente vu le mutisme de l'ex.

Pour tous les emprunts co-souscrits que je qualifierai de légaux, je continue d'honorer seul malheureusement.

Voilà pour les news! Bon Week-end!

catsen

CiterO..Y : Encore plus drôles! Ils m'ont envoyé un courrier stipulant qu'ils prenaient bien en compte ma correspondance (le 3ème essai en recommandé fut le bon) concernant dixit "l'abus de confiance dont [je suis] victime". Une dame du service contentieux m'a appelé hier pour m'expliquer que mon dossier n'était pas transmis à leur service fraude dans la mesure où les documents pour souscrire sont authentiques. Elle m'a également annoncé qu'banque au miel se porterait partie civile dans le litige qui m'oppose à mon ex-conjointe, j'ignore ce qu'elle entend par là... (si quelqu'un peut m'expliquer)



je pense qu'ils ont voulu dire qu'ils s'ajouteront à la plainte contre Mme ex (dommage collatéraux car ils ont octroyés un prêt qu'ils n'auraient pas accordés sans la prise en compte de vos revenus, perte de chance d'être remboursés  etc....)
Je vous envoie un sourire pour faire vivre votre journée

feufolette

dans une procédure pénale, il y a deux choses :


. le pénal (le procureur de la république demande à la juridiction de déclarer l'accusé coupable des faits qui lui sont reprochés.  Donc si coupable, amende à payer au trésor public, agrémentée parfois de travaux d'intérêt général à effectuer, de privation de droits civiques, de prison ferme ou avec sursis, ou d'un simple rappel à la loi


. le civil (c'est lui qui génère l'indemnisation des victimes). les juges vont statuer sur les demandes d'indemnisation des victimes.  Sachant que lorsqu'on est concerné par les faits, on peut se porter civile à la procédure initiée par quelqu'un d'autre, sans être obligé de porter soi-même plainte.


  En pratiquant ainsi, onéreux confère un caractère frauduleux à sa créance ce qui lui permettra de la faire traiter hors plan de surendettement . Sous réserve qu'elle n'ait  été déjà effacée via prp pour madame ex, et que les faits ne soient pas considérés comme prescrits. 
l'artiste est menteur mais l'art est vérité (François Mauriac)

bisane

Citation de: gregolens le 20 Janvier 2017 à 11:37:12mais çà m'a fait beaucoup de bien de me sentir soutenu par une structure ayant pignon sur rue.

C'est toujours mieux que par un forum sans pignon du tout !  >:D
Blague à part : signalez aussi votre cas à Cresus, qui a aussi pignon sur avenue...


Pour le courrier de fichage abusif, je vous propose un peu de lecture dont vous pouvez utilement vous inspirer :
délai de levage du fichage FICP - CNIL : avertissement public
fichage abusif au FICP - mise en demeure de la CNIL à l'adresse de la paribasienne
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

rolandunord

Bonjour à tous,
Manifestement, une presse écrite locale semble intéressée par mon histoire. Je suis partagé quant à expliquer mon combat... Qu'en pensez-vous?

BRUYERE

Citation de: gregolens le 02 Février 2017 à 14:02:39
Qu'en pensez-vous?


Très difficile de vous donner ce genre de conseil.. C'est très personnel comme choix ..

Prenez quoi qu'il en soit le temps de la réflexion et pesez bien le pour et le contre ..
Je m'empresse de rire de tout de peur un jour d'être obligée d'en pleurer

rolandunord

Bonjour,

Alors pour les suites...

VENTE DE LA MAISON

Concernant le bien, j'ai eu un avis de valeur d'un agent immobilier compris entre 55000 et 65000 euros. Le hic, c'est qu'il reste 73000 euros de capital restant dû. J'ai bien entendu les arguments à la "Stephane Plaza"... M'enfin, après renseignements, il s'avère que mon cas relève du "negative equity". J'ai donc été financé à 110% à une époque où les prix immobiliers étaient élevées (les taux aussi) et je mets en vente au moment où ils sont au plus bas alors que j'ai surtout remboursé des intérêts... Il faut ajouter que dans mon malheur, ma ville se distingue par le PIB par habitant le plus bas de France et la situation ne cesse de s'aggraver (d'où des baisses de prix plus fortes que la moyenne nationale voire régionale). De plus, mon quartier ne s'est pas amélioré ces dernières années. J'ai néanmoins pris contact avec deux autres agents qui passeront vendredi, ce qui me permettra d'affiner le prix que je peux en espérer. Ca me parait d'autant plus étrange que 3 avis de valeur ont été émis il y'a un an (entre 70 000 et 95 000, moyenne à 80). Quoi qu'il en soit, je suis prêt à y laisser d'autres plumes plutôt qu'une vente à la bougie.

Toujours dans ce cadre, j'ai pris RDV avec le notaire (03/03/2017). La dame que j'ai eue au téléphone m'a posé les questions suivantes : 
"Vous avez acheté la maison alors que vous n'étiez pas pacsés?"
_"non on ne l'était pas, on s'est pacsé à posteriori"
_"vous vous êtes depacsés et Mme ne rembourse plus le crédit et ne donne plus signe de vie"
-"oui"
-"c'est vous qui occupez la maison mais aucune démarche n'a été faite donc elle vous appartient encore à tous les deux"
_"on s'est compris!"
Bref, "wait and see".

Je vais néanmoins, par acquis de conscience, tenter de nouveau l'envoi d'une demande de mandat par mail, courrier recommandé ou encore signaux de fumée à l'ex-conjointe. Sur la base de sa probable absence de réponse, je solliciterai le juge comme l'avait suggéré le précieux Fred.


EX-CONJOINTE

Comme manifestement, il n'y a toujours pas le moindre frémissement dans mon dossier au parquet, j'ai fait quelques recherches. Google étant mon ami, il semblerait que l'ex a toujours une adresse déclarée près de chez moi. Or, il s'avère (et ce n'est pas une homonyme) qu'elle aurait trouvé un emploi... à 600 km. Bref, si elle se cache, elle parait solvable.


C......S et C.......R

Bah rien, font les morts... en attendant la prochaine offensive


MA PROPRE BANQUE

Ma propre banque est toujours étonnante. J'ai sollicité un RDV avec ma conseillère afin de faire le point notamment sur la décheance de termes qui a été prononcées pour le crédit litigieux, les assurances décès mais aussi mon accompagnement global... Il a été reporté à son initiative à une date qui ne me convenait plus. Elle m'explique par ailleurs que M Bidulechose sera présent...
Qui est ce Monsieur? Manifestement "un responsable de groupe". J'ai l'impression que çà ne rigole plus non?
Bon, il va me falloir trouver une date mais je suis curieux de le rencontrer. Qu'en pensez-vous?

J'ai saisi également le médiateur de la SG en lui expliquant tous les tenants et aboutissants de mon litige avec eux.


O... B...... A......

Vraiment, ils sont forts nos amis d'O..Y!!!! Ils octroient des crédits un peu à la légère et manquent de professionnalisme quant aux vérifications de signatures. Après, ils usent de toutes les méthodes possibles et imaginables pour récupérer les sommes, quand bien même vous êtes victimes, pas trop cons et un peu hargneux de nature (moi quoi!). Ils envoient donc hier, sur ma boite mail personnelle, l'adresse d'un mandataire "huissier de justice" (pas territorialement compétent au passage) qui va gérer le dossier... Ce mail ne m'est pas adressé personnellement mais bien à mon usurpatrice d'identité... Je réponds donc qu'il y'a erreur de destinataire!!!
Je me ravissais déjà d'une banale erreur humaine tout en constatant qu'ils allaient donc arrêter de m'emmerder pour des emprunts que je n'ai pas souscrits... pour se retourner uniquement vers la coupable.
Eh bien non! Ils ne perdent pas une occasion de montrer leur "censuré ;-)" et je me fais fort de relater nos échanges avec mes contemporains. Bref, ils me répondent donc la chose suivante (bon courage pour comprendre):

"Nous venons vers vous votre mail concernant les correspondances que vous avez reçues au nom de Madame xxxxx xxxxxxx. Il s'agit de l'adresse déclarée lors des différentes souscription de crédit, sachant que sur l'un des crédits vous êtes emprunteur et sur l'autre co emprunteur.
Espérant ainsi avoir répondu à vous différentes interrogations.Cordialement.
Le Service Contentieux"."

Je rétablis donc la vérité en réponse...

"Bonjour,
J'avais déjà pu souligner la mauvaise foi de O..Y lorsque j'avais demandé l'ensemble des contrats qui ont été souscrits en mon nom et qu'un seul contrat m'était revenu... avant de m'indiquer des impayés sur un deuxième contrat!
Mon adresse mail n'apparait pas sur les contrats de crédits qui m'ont été envoyés. Bref, après vérification, la seule adresse mail qui apparait sur les documents que j'ai reçus de votre part est : yyyyyyyyy@machin (qui est une adresse mail de Mme xxxxxx en effet) et non celle de notre correspondance actuelle, laquelle vous a été fournie lors de ma découverte de ces emprunts frauduleux.
J'ajoute donc ce nouvel élément dans le litige qui nous oppose. Ce comportement me pose réellement question quant à vos motivations.
Pour Nième rappel, ces emprunts ont été souscrits à mon insu, avec imitation de ma signature et font l'objet d'une contestation de ma part dans le cadre d'une plainte pour faux et usage de faux contre Mme xxxxxxx (dont vous avez reçu une copie ainsi que les suites du parquet et pour laquelle vous m'avez indiqué votre volonté de vous constituer partie civile).
Enfin, puisque votre mail s'adressait à Mme xxxxxxx et pas à moi, je vous invite à effacer mes coordonnées dans toute correspondance entre O..Y et Mme xxxxxx. Je vous invite à faire de même auprès de votre mandataire (SCP machin chose bidule).
Cordialement,
Gregolens

Pas de réponse...

VOILA POUR LES NOUVELLES... Dont j'aurais voulu connaitre votre sensibilité!

bisane

Ben le "negative equity" est un cas très fréquent...


Méfiez-vous de vos propres recherches...
Si vous souhaitez vous livrer à ce genre d'exercice, faites le via un huissier.


C'est difficile de penser sur des suppositions. Mais ce n'est peut-être pas plus mal que vous ayez affaire à un responsable.


Pour les échanges de mails, rien à ajouter...
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

rolandunord

Bonjour tout le monde...
Après deux courriers recommandés la semaine dernière, je reçois donc aujourd'hui deux courriers simples d'un huissier de Bordeaux (manifestement bien connu ici comme ailleurs) soit à 800 km de chez moi (Valenciennes) :
"Monsieur,
Votre dossier est à présent géré par notre service judiciaire. Je vous informe qu'une requête en injonction de payer a été déposée ce jour (11/02/2017) au tribunal d'instance de 59300 Valenciennes.
Vous restez devoir au titre de crédit impayé O... B..k la somme de 6695.78 euros. (+ une copie de ce courrier avec une dette de 2600 euros environ)
L'ordonnance qui sera rendue par le juge permettra d'engager la saisie de vos biens, de vos comptes bancaires, de votre véhicule et de vos rémunérations.
Prenez contact avec notre étude au 000000000
Veuillez agréer l'expression de nos sentiments distingués"

Euh, çà me parait pas bien légal tout çà non? Il est voyant pour savoir ce que j'ai et ce qu'on va me prendre? Il est territorialement compétent? Il peut saisir un tribunal à 800 bornes?

Qu'en pensez vous avant que je ne lui réponde dans mon style caractéristique pour deux dettes où mon identité a été usurpée?

Bien cordialement,

Grégolens