20 octobre 2019 à 10:52:32

Accompagnement budgétaire & financier, soutien moral, marche à suivre, lettres type (modèles de lettres), aide aux surendettés, surendettement des particuliers, que faire ?
Conseils surendettement, dossier de surendettement, mesures recommandées et/ou imposées, PRP (Procédure de Rétablissement Personnel), commission de surendettement
Excès de crédits, crédit revolving, crédit à la consommation, litiges crédit renouvelable, informations juridiques, mode d'emploi surendettement

Lettre de saisine "ema"

Démarré par ema, 18 avril 2017 à 13:14:19

« précédent - suivant »

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

En bas

ema

18 avril 2017 à 13:14:19 Dernière édition: 18 avril 2017 à 13:16:29 par ema »
Bonjour,

Voici ma lettre de saisine, pourriez-vous me dire ce que vous en pensez ? Et le cas échéant si cela le nécessite m'aider à la corriger ?

En vous remerciant



ema

 Mme et Mr ......

A

Secrétariat de la commission de surendettement de Chartres

BANQUE DE France de ..........


Nous soussignés .........et demeurant au ........
Demandons à bénéficier de la procédure de traitement des situations de surendettement prévue aux articles L331-1 et suivants du code de la consommation.

En effet, nous nous trouvons actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à nos dettes.


A ce jour, nous sommes mariés depuis avril 2014, avec deux enfants à charge (.. et ..... : deux garçons de 2 ans et 4 ans). Mon mari est Chef d'Equipe depuis janvier 2017 et je suis Assistante de gestion polyvalente depuis janvier 2016 au sein d'une entreprise de garde d'enfants à domicile.
Nos revenus s'élèvent à 3515 euros pour des charges courantes de 1881 euros et un montant total de dettes de 63000 euros (mensualités de 2083 euros par mois). 
Nous avons en effet contracté au fil des années plusieurs crédits :
Pour commencer, tout d'abord en 2010 pour de l'achat de mobilier en vue de nous installer et de financer une petite voiture d'occasion (1er crédit revolving 4500 €). A cette époque, nous tenions correctement notre budget et arrivions à honorer nos créanciers sans difficultés.

Puis en 2013, nous avons pioché dans la réserve d'argent (que Madame avait à disposition suite à un achat et une souscription de carte dans une enseigne connue plusieurs années auparavant) afin de préparer l'arrivée de notre premier fils (revolving 2000 €).

2014, nous nous préparons à accueillir notre deuxième garçon et les difficultés financières commencent à se faire ressentir. En effet, suite à des problèmes médicaux dus aux deux grossesses successives, Madame est alitée et ne peut donc pas travailler ce qui engendre une baisse de revenus. À la vue des difficultés, nous sollicitons notre banque qui nous propose de souscrire un prêt qui aura pour objectif de rembourser le 1er crédit revolving et d'éponger notre découvert, ce que nous acceptons. Notre plus grosse erreur a été de ne pas fermer ce crédit revolving, puisque par la suite, les difficultés allant de surcroit nous avons pioché dans le capital remboursé et c'est à ce moment que l'engrenage a commencé.

2015 et 2016 : Nous survivons comme nous le pouvons en honorant toujours nos paiements avec nos deux enfants à charge.
Madame souhaite reprendre une activité pour essayer de nous en sortir, elle trouve un poste de garde d'enfant à domicile qu'elle tient en parallèle d'un poste d'assistante de direction (cdd tous les 2), puis un cdi en janvier 2016 (poste actuel). Nous déménageons pour un logement plus grand en novembre 2015, ces changements entre le déménagement et la garde des enfants engendrent de gros frais, ce qui nous pousse à souscrire à plusieurs revolving (crédits faciles d'accès et sans demande de justificatifs, nous nous laissons piéger).
Janvier 2016 : Monsieur est muté à 80 kilomètres du domicile en CDI pour un an, en vue de revenir dans notre ville par la suite. Baisse de salaire de 400 euros plus des frais d'essences et repas exorbitants, le revenu de Madame servant à payer la nourrice pour nos deux enfants, nous souscrivons encore à plusieurs crédits revolving pour subvenir à nos besoins, payer la nourrice, payer les différents frais de voiture (pannes récurrentes, moteur cassé pour finir : ce qui engendre le dernier prêt de janvier 2017 en vue de racheter un véhicule d'occasion et de payer nos factures).
Les crédits revolving servant toujours à essayer en plus des imprévus d'éponger le découvert, les retards de loyer le cas échéant, les factures, les courses...

Nous prenons aujourd'hui conscience de l'état de notre endettement et de la situation périlleuse dans laquelle nous sommes, nous reconnaissons nos erreurs et notre entêtement, nous pensions, à tort, pouvoir nous en sortir sans aide. Madame, suite à une dépression et un arrêt pour burn out en janvier 2017, est suivie par une psychologue pour l'aider à aller mieux.

Nous faisons aujourd'hui le constat de nos erreurs, la suscription de tous ces crédits ont aggravé notre situation financière et fragilisé notre quotidien et notre équilibre familial.
Dans l'état actuel des choses nous ne pouvons plus honorer nos créanciers sans mettre en péril l'équilibre financier de notre foyer et assurer nos besoins vitaux. Nous ne pourrons pas nous sortir de cette situation sans l'intervention rapide de votre Commission.
Nous nous en remettons donc à votre bienveillance afin de nous aider à trouver une solution qui corresponde à notre situation actuelle et nous permette de repartir sur de bonnes bases financières pour assurer au mieux l'avenir de nos enfants.

Nous nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.

Nous vous vous remercions de votre attention et vous prions d'accepter, Madame, Monsieur, l'expression de nos salutations distinguées.

Fait à ................... , le mardi 18 avril 2017

bisane

il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

bisane

Dans l'ensemble, c'est trop détaillé, mais certaines précisions n'apportent rien !  ;)
Essai.




Nous soussignés .........et demeurant au ........
Demandons à bénéficier de la procédure de traitement des situations de surendettement prévue aux articles L 711-1 et suivants du code de la consommation.

En effet, nous nous trouvons actuellement dans l'impossibilité absolue de faire face à nos dettes.


Nous sommes mariés depuis avril 2014 et parents de deux garçons de 2 ans et 4 ans. Monsieur est Chef d'Equipe depuis janvier 2017 et madame est Assistante de gestion polyvalente depuis janvier 2016 au sein d'une entreprise de garde d'enfants à domicile.
Nos revenus s'élèvent à 3515 euros pour des charges courantes de 1881 euros et un montant total de dettes de 63000 euros (mensualités de 2083 euros par mois). 

Nous avons en effet contracté au fil des années plusieurs crédits, d'abord en 2010 pour de l'achat de mobilier en vue de nous installer et de financer une petite voiture d'occasion. A cette époque, nous maîtrisions notre budget et arrivions à honorer nos créanciers sans difficultés.

Puis en 2013, nous avons pioché dans la réserve d'argent afin de préparer l'arrivée de notre premier fils.

En 2014, nous nous préparons à accueillir notre deuxième garçon et les difficultés financières commencent à se faire ressentir. En effet, suite à des problèmes médicaux dus aux deux grossesses successives, Madame est alitée et ne peut donc pas travailler ce qui engendre une baisse de revenus. Devant ces difficultés, nous sollicitons notre banque qui nous propose de souscrire un prêt qui aura pour objectif de rembourser le 1er crédit revolving et d'éponger notre découvert, ce que nous acceptons. Notre plus grosse erreur a été de ne pas fermer ce crédit revolving, puisque par la suite, les difficultés allant de surcroit nous avons pioché dans le capital remboursé et c'est à ce moment que l'engrenage a commencé.

En 2015 et 2016 : Nous survivons comme nous le pouvons en honorant toujours nos paiements.
Cependant, madame souhaite reprendre une activité pour essayer de nous en sortir, elle trouve un poste de garde d'enfant à domicile qu'elle tient en parallèle d'un poste d'assistante de direction (cdd tous les 2), puis un cdi en janvier 2016 (poste actuel). Nous déménageons pour un logement plus grand en novembre 2015. Ces changements engendrent de gros frais, ce qui nous pousse à souscrire à plusieurs revolving (crédits faciles d'accès et sans demande de justificatifs, nous nous laissons piéger).
En Janvier 2016 : Monsieur est muté à 80 kilomètres du domicile en CDI pour un an, en vue de revenir dans notre ville par la suite. Baisse de salaire de 400 euros plus des frais d'essences et de repas exorbitants, le revenu de Madame servant exclusivement à payer la nourrice pour nos deux enfants, nous souscrivons encore plusieurs crédits revolving pour y faire face et payer les différents frais de voiture, ce qui aboutit à la souscription d'un dernier crédit en janvier 2017 en vue de racheter un véhicule d'occasion.
Les crédits revolving servant toujours à essayer en plus des imprévus d'éponger le découvert, les retards de loyer le cas échéant, les factures, les courses...

Nous prenons aujourd'hui conscience de l'état de notre endettement et de la situation périlleuse dans laquelle nous sommes. Madame, suite à une dépression et un arrêt pour burn out en janvier 2017, est suivie par une psychologue pour l'aider à aller mieux.
Nous faisons aujourd'hui le constat de nos erreurs, la suscription de tous ces crédits a aggravé notre situation financière et fragilisé notre quotidien et notre équilibre familial.

Nous nous en remettons donc à votre bienveillance afin de nous aider à trouver une solution qui corresponde à notre situation actuelle et nous permette de repartir sur de bonnes bases financières pour assurer au mieux l'avenir de nos enfants.

Nous nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire que vous jugerez utile au bon déroulement de la procédure.

Nous vous vous remercions de votre attention et vous prions d'accepter, Madame, Monsieur, l'expression de nos salutations distinguées.

Fait à ................... , le mardi 18 avril 2017
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

ema

Difficile de faire la part entre trop personnel et pas assez merci beaucoup pour votre aide.
J'ai donc corrigé ma lettre et vais aller déposer mon dossier tout à l'heure avant la fermeture  :P
C'était le dernier élément manquant au dossier, j'espère que nous réussirons à convaincre la commission, j'en doute mais l'espoir fait vivre  xxl!

bisane

Elle en a vu d'autres, hein, la commission !  ;)
il n'y a que les combats que l'on ne livre pas que l'on est sûr de perdre...

En haut